Pour lutter contre des conseils d’administration trop macho, le patronat suisse propose « 400 femmes »…. immédiatement prêtes à l’emploi.

Pas assez de femmes dans les instances dirigeantes des entreprises? L’Union patronale suisse (UPS) se veut pragmatique. Il n’y a pas assez de femmes dans les conseils d’administration des entreprises suisses, à peine 15% en 2015.

Pourtant “Les équipes mixtes sont plus performantes, notamment aussi dans les conseils d’administration”, plaide Valentin Vogt, le président de l’UPS. Manque de réseaux, de visibilité, les candidates idéales pêcheraient-elles même par trop de discrétion. L’UPS a donc décidé de leur donner un beau coup de projecteur en publiant une sorte d’annuaire des 400 femmes suisses aptes à entrer illico presto dans les instances dirigeantes des entreprises suisses. Il est vrai que cela peut faire gagner du temps.

La liste n’est pas exhaustive, précise l’UPS mais elle comprend un premier catalogue de 200 femmes déjà membres du conseil d’administration de grandes sociétés et un autre de 200 administratrices potentielles. Elle comporte des personnalités de toutes les branches principales de l’économie (tourisme, banques, industrie, santé, …).

Côté Suisse Romande , y figurent notamment l’ancienne ministre jurassienne Anita Rion (PLR), la présidente de la BCN Manuela Surdez et la secrétaire générale du CHUV Inka Moritz. A quand une telle liste au CNPF, PS, UMP … Car s’il est vrai que les entreprises françaises du CAC peuvent afficher 30% de femmes dans les conseils, ce quota est loin d’ être atteint dans les PME, les cénacles politiques ou la haute administration publique.

Leave a Reply