Capucine, la plus belle fleur de Lausanne ressuscite par la grâce de…Blaise Hofmann

Capucine-Blaise_Hofmann-livre-couverture-480x240La génération Instagram trouvera son compte dans le dernier roman de Blaise Hofmann : « Capucine », cette biographie d’une star oubliée d’Hollywood qui s’est donnée la mort à Lausanne dans les années 90. Retour sur une étoile filante, amie d’Hubert de Givenchy et d’Audrey Hepburn, partenaire de John Wayne, Dick Bogarde ou Alain Delon. Même les étoiles sont mortelles. Sauf quand un romancier leur redonne vie. Et c ‘est bien ce qui arrive à la comète «Capucine» que l’écrivain Blaise Hofmann, ressuscite pour notre plus grand plaisir.

Capucine ? Un nom qui ne vous dit rien. A oui, peut être si vous êtes Lausannois, habitant du quartier dit sous-gare et que vous avez très, vraiment très bonne mémoire, vous souvenez alors peut-être du suicide, il y a déjà bien longtemps d’une femme de 62 ans. Elle s’était jetée à la fenêtre de son immeuble du 6 chemin de Primerose, à Lausanne. Elle avait été dit-on très célébre. Un fait divers tragique qui remonte à déjà plus de…25 ans. Une histoire bien triste, oubliée depuis belle lurette.

Pas pour Blaise Hofmann, qui à travers un journal fictif nous fait revivre Capucine. Un drôle de nom pour une étoile. Capucine s’appelait de son vraie nom Germaine Lefebvre, elle fut bien une star des années 50, 60 et 80, de la mode et du cinéma, à Paris et Hollywood. Capucine? Sur la couverture du « Elle « de mars 1953, on la retrouve sous l’objectif de Georges Dambier, puis de Vogue France en juillet 1954 avec le photographe Henry Clarke. Belle, lumineuse, une silhouette longiligne, rien évidemment d’une femme banale. Egérie des grands couturiers Fath, Balmain, Dior et surtout d’Hubert de Givenchy. Partenaire de cinéma de Romy Schneider, John Wayne, Peter Sellers, Peter O’Toole, Dirk Bogarde, Alain Delon….dirigée par Frederico Fellini, Charles Vidor, Blake Edwards, Joseph Mankiewicz, amie d’Audrey Hepburn, de son vivant Capucine avait su bien s’entourer et choisi avec discernement ses rôles. Dans sa filmographie figure de nombreux classiques : « L’Aigle à deux têtes », « Le Bal des adieux », « La Panthère Rose », « Le lion »,   « Quoi de neuf, Pussy Cat ? » , « Le triomphe de Michel Strogoff », « Satyricon »…. Alors comment peut-on déjà avoir oublié Capucine en 2016? Trop d’ amants disparus. Pas d’enfant, pas de descendant pour entretenir sa mémoire. Pourtant Capucine méritait bien un retour sur sa vie aussi glorieuse que tragique.

En quelques 200 pages, Blaise Hofmann part sur les traces d’une jeune fille, à la valise pas très rangée, qui de Saumur à Cinecitta, a su se frayer un chemin des caves de Saint-Germain-des-Prés à Hollywood. Capucine n’était pas Juliette mais derrière son beau sourire, la femme fleur cachait les blessures d’une enfance cabossée et quelques autres secrets. C’est ce que vous découvrirez en vous plongeant dans ce récit lucide et cruel, qui a de quoi secouer la génération Instagram sur les misères de la célébrité et l’immortalité de l’amour fou.

Béatrice Peyrani

 

Leave a Reply