Category Archives: EVENEMENT

Le dernier-né des festivals de Megève séduit par sa programmation éclectique


Littérature, musique, films, théâtre, le « Festival Savoy Truffle » bouscule les codes par une programmation originale et multidisciplinaire, mais pas seulement.

A Megève, au cœur de ce village bucolique au pied du Mont-Blanc, le festival rend hommage au patrimoine culturel de toute une région, le Pays de Savoie, et fait la part belle à ses artistes : Renaud Capuçon, originaire de Chambéry, le skieur de l’impossible et rescapé de l’Himalaya Sylvain Saudan, l’harpiste Xavier de Maistre, sans parler du célèbre auteur Eric-Emmanuel Schmitt qui se met volontiers en scène pour « rompre la solitude de l’écrivain… » ou encore la projection de films tels que le Guépard avec Alain Delon, une épopée au temps où le duc de Savoie régnait sur l’Italie.

Il y a trois ans déjà que l’idée du festival a germé dans l’esprit des fondateurs désireux de mettre sur pied un événement singulier de haute qualité. Rien d’autre qu’un savoureux cocktail de plaisirs culturels qui s’adresse à un large public sans oublier les enfants. Tous les soirs, le KidsCorner leur propose des représentations théâtrales, lectures de fables ou ateliers, libérant ainsi leurs parents pour courir d’autres événements.

A noter que c’est du 17 août au 2 septembre 2018 qu’aura lieu la première édition de ce festival baptisé du nom du groupe pop Savoy Truffle, ou en hommage au fameux tube des Beatles de l’année 68… Deux semaines de spectacles en continu, autant divertissants que diversifiés, pour plaire à tous. Le programme publié en ligne promet une fin d’été féerique, à des prix accessibles, une belle prouesse !…

Ann Bandle

Lausanne, capitale mondiale de la danse

Chaque hiver depuis 1973, créé à l’origine par un couple de mécènes, Philippe et Elvire Braunschweig, la capitale vaudoise devient le rendez vous incontournable des chorégraphes et compagnies de danse les plus prestigieuses au monde. Leur objectif : lors d’un très sélectif concours, qui dure une semaine, y dénicher la future star mondiale des dix prochaines années.

Une grande salle, pleine de tapis et de coussins blancs, à côté une table en bois avec des eaux minérales et des fruits. Tout près du studio 1, où le chorégraphe, Ducan Rownes, dispense une master class, deux, trois jeunes femmes s’affairent pour offrir une petite pause aux près de soixante-dix jeunes danseurs et danseuses, qui toute cette semaine du 29 janvier au 3 février, vont tenter de remporter la 46ème édition, du Prix de Lausanne, l’un des concours de danse les plus prestigieux au monde.

Cours de danse et coachings, consultation médicale et conseils diététiques, drastiques épreuves de sélection, gala au théâtre de Beaulieu, leur programme sera dense et intense. Mais leur motivation est farouche, tous ont déjà passé avec succès un sévère premier filtre : heureux candidats présélectionnés parmi les 380 danseurs, qui avaient envoyé leur candidature au jury sur vidéo,- ou prometteuses graines de star invitées parce que – déjà très remarquées – lors d’un autre concours de danse à Pékin ou Moscou.

Ces jeunes gens, ils ont entre 14 ans et six mois (contre 15 ans l’an dernier, les compagnies désirant recruter leurs élèves de plus tôt en plus tôt pour mettre en place le cursus le plus performant possible) et 18 ans. Tous rêvent de décrocher un stage, une formation et peut-être un engagement parmi les 72 écoles et compagnies partenaires du Prix de Lausanne. Tous viennent chercher à Lausanne, leur premier grand succès professionnel. Originaires d’une quinzaine de pays différents, la majorité des candidats viennent de loin…. ils sont japonais, sud coréens, chinois ou australiens. Il y a toutefois cette année, malheureusement pas de Suisse en course, mais deux jeunes danseurs français.

Enfants du Pacifique ou du Vieux Continent, peu importe, tous savent que, seule une poignée d’entre eux décrochera en Suisse, le précieux sésame pour le Ballet am Rhein Düsseldorf Duisburg, le Boston Ballet School, l’Ecole de l’Opera de Paris (qui fait son grand retour cette année comme partenaire au Prix), le Royal Ballet de Londres ou encore …le très recherché Het National Ballet d’Amsterdam, qui a accueilli le lauréat de l’an dernier, l’italien Michele Esposito.

Une certitude les candidats de la session 2018, sont tous bien décidés à gagner et à donner le meilleur d’eux-mêmes, pour le plus grand plaisir des spectateurs, qui pourront les découvrir sur scène au théâtre de Beaulieu, jusqu’au dimanche 4 février 2018.

Béatrice Peyrani

Pour en savoir plus sur les épreuves et spectacles diffusés en direct sur internet et sur la billetterie au théâtre de Beaulieu :
site internet https : www.prixdelausanne.org
site theatredebeaulieu.ch

La bonne fée de Lausanne

Une fois n’est pas coutume, ce n’est pas Cendrillon la vedette de ce ballet iconique revisité par  Jean- Christophe Maillot mais sa marraine ou plus vraisemblablement sa mère, la bonne fée. Le chorégraphe, qui  dirige la compagnie des Ballets de Monte-Carlo et obtenu le Prix de Lausanne de la danse en 1977 a imaginé une version pour le moins décapante et inspirante  du célébrissime conte. Finie l’histoire à l’eau de rose ! Maillot préfère entrainer le spectateur sur la manière dont  le souvenir des personnes disparues peut réinventer le futur de ceux qui restent. Gagné, la danseuse japonaise Mimoza Koike a effectivement enchanté ceux qui ont pu la voir à l’Opera de Lausanne. 

Béatrice Peyrani

Jeûne fédéral, une célébration moyenâgeuse

imagesSolennel pour les uns, ordinaire pour les autres, le Jeûne fédéral est un jour historique ancré dans la culture suisse. Tout a commencé au XVè siècle par des journées de jeûne imposées au peuple, aussi bien dans les cantons protestants que catholiques. Craintes de représailles, guerres et autres catastrophes naturelles figuraient parmi les raisons invoquées pour dédier du temps à la prière et au recueillement. « Quand le ventre est vide, l’esprit s’élève mieux vers Dieu» abonde dans ce sens le réformateur français Jean Calvin.

Il faudra attendre jusqu’en 1832 pour que soit instauré par la diète un jour précis, le troisième dimanche de septembre, à cette célébration d’action de grâce. Une décision qui n’est pas du goût des genevois qui n’entendent pas s’y soumettre ni renoncer à leur propre « Jeûne genevois» du jeudi, institué après le massacre de la St-Barthélémy et décrété jour férié.

Au fil des ans, la signification religieuse tend à s’atténuer alors que les milieux ecclésiastiques invitent au rassemblement. Il n’en reste pas moins que la tradition de se restreindre en substituant un repas par une tarte aux pruneaux, saison oblige, demeure immuable dans certains cantons. Une pénitence que l’on subit volontiers.

Ann Bandle

Rentrée gourmande : en Suisse aussi !

crop.900x500_ec1659d6a7926851fed3c0e24af4b45120444353

Le Chou-Chou praliné noisette de Jean-François Piège

Les inaugurations sont moins médiatisées qu’à Paris, mais la semaine du goût qui débutera le 17 septembre pour dix jours dans tout le pays devrait permettre quelques belles découvertes sur tout l’Arc Lémanique.

A Paris, c’est la troisième rentrée de la saison, après celle des écoliers et des écrivains, celles des chefs. Etoilés ou non, ils sont nombreux à choisir l’automne pour ouvrir, ré ouvrir une nouvelle table à Paris, en quête de lauriers et de succès. Pour le Figaro, c’est sûr pas moins d’une vingtaine de restaurants devraient se tailler la vedette ces prochaines semaines, comme Christian Constant qui inaugure une deuxième adresse avec  ses fameuses « Cocottes », qui après la rue Saint-Dominique, rive gauche, s’installent aussi rive droite au sein du Sofitel Arc de Triomphe, avenue Bertie-Albrecht ou le très médiatique Christophe Michalak qui s’apprête à ouvrir une très gourmande pâtisserie dans le Marais. Pizzerias ou italiens branchés (Capucine, Faggio dans le IXème arrondissement), restaurants gastronomiques (Le grand restaurant de Jean-François Piège dans le VIIIème, Le Balcon à la nouvelle Philarmonique dans le XIXème), bars à vins (le Boudoir dans le VIIIème, le Gravity dans le Xème) comptoirs world-food (Desi Road, rue Dauphine dans le VIème) la palette paraît large.

En Suisse, pour l’heure, moins de battage médiatique. Pourtant si la presse romande tarde à nous révéler les nouvelles tables helvétiques à suivre cet automne, nul doute que cela ne devrait pas tarder. Rien qu’à Genève, près de 600 restaurants et cafés changent de main par an. Alors autant dire qu’il a y de quoi explorer. Et pour se mettre tout de suite en appétit et passer soi–même aux travaux pratiques, pas de temps à perdre, il faut se brancher vite sur le site de  la Semaine du goût. Cette manifestation hautement festive se déroulera du 17 au 27 septembre et promet en autres de belles découvertes sur tout l’Arc Lémanique.

Béatrice Peyrani

« Passe-moi les jumelles » sur la RTS

UnknownA ne pas manquer le vendredi sur la RTS à 20h10, un voyage au fil du Rhône.
Ecouter le clapotis d’un ruisseau de montagne, deviner le chant d’un oiseau, méditer sur le vent qui s’engouffre sous le préau d’un lavoir de montagne. Non, vous ne rêvez pas  vous regardez bien une
émission de la Radio Télévision Suisse : «Passe-moi les jumelles». Diffusé tous les vendredis à 20h10, ce magazine fait pour le moins figure d’OVNI dans le paysage audiovisuel francophone. Il y est question d’éloge de la lenteur, de beauté des paysages, de silence. Un programme pour le moins incroyable. Et pourtant passé la première minute d’incrédulité, nul doute, « Passe-moi les jumelles » ne peut pas se rater. Prendre son temps pour regarder le bleuté irisé d’une moraine, remonter le fil d’un torrent, suivre le long et patient pétrissage d’un boulanger des montagnes, à une heure où les autres chaînes préfèrent enquiller journaux télévisés et séries policières est en cette rentrée 2015 un vrai luxe. Profitons alors pendant quatorze semaines, Virgine Brawand nous propose une balade au fil du Rhône qui naît en Suisse dans le massif du Gothard pour se jeter 800 kilomètres plus tard dans la Méditerranée à Port-Saint-Louis du Rhône.

Béatrice Peyrani

Hollande célèbre l’entrée de quatre résistants au Panthéon. Qui sont les deux Suisses du Panthéon?

Lors de la cérémonie de panthéonisation, François Hollande a rendu hommage à quatre résistants français, personnalités exceptionnelles, qui incarnent l’esprit de la Résistance : Germaine Tillion, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Pierre Brossolette et Jean Zay «indissociablement soudés par le même amour, l’amour de leur patrie » a lancé le chef de l’Etat. Son long discours, annoncé comme l’événement charnière de son quinquennat, honore quatre destins «qui donnent chair et visage à la République en rappelant les valeurs» et symbolisent «la constance, l’engagement et le courage …» .

Seuls deux Suisses figurent parmi les panthéonisés : le banquier d’origine neuchâteloise Jean-Frédéric Perregaux, qui fut l’un des commanditaires du coup d’Etat du 19 brumaire, et Jean-Louis-Ebénézer Reynier, né à Lausanne, Général de division, Ministre de la Guerre et de la Marine du Royaume de Naples et Commandant du corps des Saxons.

Jean-Frédéric Perregaux (1744-1808)

200px-Jean-Frédéric_PerrégauxAppartenant à l’une des plus anciennes familles neuchâteloises, Jean-Frédéric Perregaux s’installe à Paris dès la fin de ses études, à vingt-et-un ans, et travaille pour Jacques Necker, futur ministre des finances de Louis XVI. En 1781, il fonde sa propre banque avec l’aide du financier Jean-Albert Gumpelzhaimer. Sa clientèle, constituée d’aristocrates anglais et français, dont la célèbre Germaine de Staël,  prospère rapidement.  Fortune établie, il acquiert un hôtel à la Chaussée-d’Antin, le plus beau de la rue, à l’instar de son confrère Jacques Récamier. Féru d’opéra et de théâtre, Perregaux se montre un mécène généreux et se lie d’amitié avec plusieurs artistes. Lors de la Révolution française, inquiété pour son implication dans plusieurs affaires compromettantes, il quitte précipitamment Paris pour la Suisse, mais pas pour longtemps. Sous le Directoire, il retourne à Paris et rétablit ses relations. Proche de Bonaparte, il fut l’un des commanditaires du coup d’Etat du 19 brumaire. Il en sera récompensé, Bonaparte le nomme conservateur au Sénat et Régent de la Banque de France. Décédé en 1808, ses cendres sont enterrées au Panthéon.

Jean-Louis-Ebénézer Reynier (1771-1814)

250px-Général_Jean_Louis_Ebénézer_ReynierFougueux Général de la Révolution du Premier Empire, Reynier naquit à Lausanne en 1771. Après ses études à l’Ecole des Ponts et Chaussées à Paris, il fut nommé ingénieur de l’armée du Nord. Ses aptitudes à concevoir des plans d’attaque pertinents et à mener les troupes ont été vite reconnues. Successivement adjoint à l’état major, adjudant-général, général de brigade de la division du Général Joseph Souham, chef d’Etat-major de l’armée du Rhin qui traversa l’Egypte et la Syrie. Une campagne qu’il détaille dans ses mémoires passionnantes, annotées d’observations personnelles « Si les ruines magnifiques des temples de la Haute-Egypte sont des monuments d’habilité dans les arts, n’en sont-ils pas aussi de l’esclavage… ». A la tête de l’armée d’Italie, il s’empara du Royaume de Naples et en devint Ministre de la Marine et de la Guerre. Il mourut à l’âge de 43 ans à Paris et repose au Panthéon.

Ann Bandle

Heureux comme les Suisses. Le pays se classe en tête du classement des Etats où il fait le meilleur bon vivre.

C’est le constat sans appel de chercheurs* qui pour passer au filtre du bonheur 158 Etats ont retenu six critères: le PIB par habitant, l’espérance de vie en bonne santé, le soutien social, la liberté dans ses choix de vie, la confiance calculée en fonction de l’absence de corruption politique ou dans les affaires, et la générosité. La France ne se classe dans ce même palmarès…que 29 ème!

*écrit par un groupe d’experts indépendants et publié par le SDSN -Sustainable Development Solutions Network, Réseau pour des solutions de développement durable.