Jeûne fédéral, une célébration moyenâgeuse

imagesSolennel pour les uns, ordinaire pour les autres, le Jeûne fédéral est un jour historique ancré dans la culture suisse. Tout a commencé au XVè siècle par des journées de jeûne imposées au peuple, aussi bien dans les cantons protestants que catholiques. Craintes de représailles, guerres et autres catastrophes naturelles figuraient parmi les raisons invoquées pour dédier du temps à la prière et au recueillement. « Quand le ventre est vide, l’esprit s’élève mieux vers Dieu» abonde dans ce sens le réformateur français Jean Calvin.

Il faudra attendre jusqu’en 1832 pour que soit instauré par la diète un jour précis, le troisième dimanche de septembre, à cette célébration d’action de grâce. Une décision qui n’est pas du goût des genevois qui n’entendent pas s’y soumettre ni renoncer à leur propre « Jeûne genevois» du jeudi, institué après le massacre de la St-Barthélémy et décrété jour férié.

Au fil des ans, la signification religieuse tend à s’atténuer alors que les milieux ecclésiastiques invitent au rassemblement. Il n’en reste pas moins que la tradition de se restreindre en substituant un repas par une tarte aux pruneaux, saison oblige, demeure immuable dans certains cantons. Une pénitence que l’on subit volontiers.

Ann Bandle

2 thoughts on “Jeûne fédéral, une célébration moyenâgeuse

  1. Pingback: AC Milan

Leave a Reply