« Pas de dernier métro » pour le couturier Robert Piguet

CPiguet_couv_BD_391txgd 2inquième enfant d’une dynastie suisse d’hommes politiques et de banquiers, l’enfant rêveur d’Yverdon a créé l’une des maisons de couture les plus en vue du Paris des années 30. Ami du poète Jean Cocteau, ce défricheur de talents a fait débuter dans ses ateliers les jeunes Christian Dior et Hubert de Givenchy. Ce n’est pas le moindre talent du styliste helvétique. Cinquante ans après leur création ses parfums « Bandit » ou « Fracas » connaissent encore le succès! Une biographie la première du genre, illustrée par de superbes photos et dessins rend hommage à ce timide surdoué.

Novembre 1940, les élégantes parisiennes se pressent en vélo taxi au 3 Rond Point des Champs Elysées pour découvrir la dernière collection de Robert Piguet, l’un des couturiers les plus adulés de l’époque. Robert Piguet est né à Yverdon en Suisse, il appartient à une vénérable famille de banquiers et d’hommes politiques, mais à Paris, il est surtout reconnu comme l’un des créateurs les plus lancés de la capitale, ami du poète Jean Cocteau et du génial décorateur Christian Bérard.

En cet automne 1940, la guerre prive la France d’essence. Les aristocrates et grandes bourgeoises parisiennes ne peuvent plus faire fonctionner leurs automobiles Bentley ou Packhard mais qu’importe, les belles accourent dans les salons de la maison de Haute Couture pour admirer les nouvelles robes du soir créées par le Maître et baptisées «  Boléro », « Noël », « Béatrice » ou « Espoir ». Tout un programme….

Contrairement à Coco Chanel qui a préféré fermer sa maison dès 1939, Piguet, comme Lanvin, Worth, Paquin, Molyneux, Lelong, Schiaparelli ou Balenciaga vont maintenir l’activité de leurs maisons. Un pari risqué, critiquable mais qui s’explique semble-t-il surtout pour Robert Piguet par son souci de ne pas mettre à la rue ses employés. Près de 300 personnes travaillent directement pour lui. Les ventes de l’été 1939 ont été bonnes pour l’ensemble des maisons parisiennes et les clientes ont continué de commander comme pour conjurer les incertitudes du temps. Robert Piguet lui continue de surprendre. Aussi réaliste qu’imaginatif, il a dessiné pour sa collection automne 1939 le très remarqué et pragmatique modèle « Saute en Cave », combinaison de lainage gris avec pèlerine à capuchon, transformable en…couverture.

Malgré l’époque trouble et morose, le couturier suisse connaît toujours le succès nous apprend Jean-Pierre Pastori, auteur de la première biographie consacrée à Robert PiguetUn prince de la mode, qui vient de sortir aux éditions de la Bibliothèque des Arts. Avec ses modèles «Permission», «Service Secret» ou «Dernier Métro», Piguet agite les gazettes, mais il n’est pas dupe. «Il y a encore deux trois folles pour penser à leurs robes, mais leur nombre va décroissant», écrit-il à une de ses amies.

Comme des millions de Français, lorsque l’invasion a eu lieu, les couturiers ont pris d’abord le chemin de l’exode, tentant pour beaucoup de s’installer à Biarritz, mais après la débâcle, ils sont vite revenus à Paris même si la vie commence à y être difficile. De son coté, l’occupant nazi souhaite faire de Berlin la nouvelle capitale de la mode et entend y …transférer les couturiers établis dans la capitale pour réaliser ce nouveau dessein. Que nenni, les créateurs parisiens, Lucien Lelong, en tête font la sourde oreille. Les sanctions sont immédiates pour tous, rationnement et contingentements des tissus et des matières premières. Piguet continue donc vaille que vaille, tentant d’abord de vendre ses collections en zone libre à Cannes ou Lyon puis travaillant par la suite souvent…gratuitement pour ses amis artistes.

Ainsi Robert Piguet donne -t-il un coup de main son ami Jean Marais pour les costumes de Britannicus, présenté sur la scène des Bouffes Parisiens ave Serge Reggiani et Gabrielle Dorziat. Très lié avec le décorateur de théâtre Christian Bérard, en 1934 Piguet avait déjà mis à la disposition de celui-ci ses ateliers pour la fabrication des maquettes de « La Machine Infernale » de Jean Cocteau. Pendant la guerre et après la guerre, Robert Piguet va habiller de nombreuses actrices sur scène et à la ville comme Michèle Alfa, Arlette, Marie Déa, Jeanne Moreau ou Edwige Feuillère.

A la différence d’une Chanel ou d’un Christian Dior, que Piguet a fait débuté en 1938 (il n’y restera que pour trois collections, étant mobilisé en 1939), le style Piguet s’est lentement effacé des tablettes de la Haute Couture, peut-être par excès de créativité comme le note le Figaro en novembre 1937 : « à chaque nouvelle collection, Robert Piguet tourne résolument la page; il enrichit la mode d‘aspects originaux et met le chroniqueur en face d’idées neuves…». Mais il aura su flairer le talent des plus grands comme Hubert de Givenchy qui lui aussi aura débuté chez cet esthète aussi élégant que discret. «Le style Piguet était sobre, simple, raffiné, le vrai bon goût », écrit ce dernier dans la préface de l’ouvrage de Jean-Pierre Pastori. «Piguet savait qu’il n’y a d’élégance que dans la simplicité et me l’apprenait. Je lui dois beaucoup, et tout d’abord de m’avoir fait confiance alors que j’avais encore très peu d’expérience», reconnaît pour sa part Christian Dior, le créateur du New Look , dans ses mémoires. Belle reconnaissance de la part de deux des plus grands couturiers du XXème siècle !

Malade, Robert Piguet décide en 1951, faute de successeur idéal de fermer sa maison pourtant très prospère, il meurt à l’hôpital cantonal de Lausanne, le 21 février 1953. Mais cinquante ans plus tard son nom continue de briller sur les étagères des parfumeries du monde entier avec ses fragrances au nom aussi espiègle et inattendu que « Bandit » ou « Fracas ». Des noms aussi non conformistes et iconoclastes que leur créateur. Sacrée revanche pour l’ancien écolier rêveur de l’Ecole Nouvelle de Lausanne !

Béatrice Peyrani

Pour en savoir plus : Robert Piguet Un Prince de la mode – Jean Pierre Pastori, préface de Hubert de Givenchy

Défilé de mode à la Maison Robert Piguet:

 

 

Leave a Reply