Rentrée gourmande : en Suisse aussi !

crop.900x500_ec1659d6a7926851fed3c0e24af4b45120444353

Le Chou-Chou praliné noisette de Jean-François Piège

Les inaugurations sont moins médiatisées qu’à Paris, mais la semaine du goût qui débutera le 17 septembre pour dix jours dans tout le pays devrait permettre quelques belles découvertes sur tout l’Arc Lémanique.

A Paris, c’est la troisième rentrée de la saison, après celle des écoliers et des écrivains, celles des chefs. Etoilés ou non, ils sont nombreux à choisir l’automne pour ouvrir, ré ouvrir une nouvelle table à Paris, en quête de lauriers et de succès. Pour le Figaro, c’est sûr pas moins d’une vingtaine de restaurants devraient se tailler la vedette ces prochaines semaines, comme Christian Constant qui inaugure une deuxième adresse avec  ses fameuses « Cocottes », qui après la rue Saint-Dominique, rive gauche, s’installent aussi rive droite au sein du Sofitel Arc de Triomphe, avenue Bertie-Albrecht ou le très médiatique Christophe Michalak qui s’apprête à ouvrir une très gourmande pâtisserie dans le Marais. Pizzerias ou italiens branchés (Capucine, Faggio dans le IXème arrondissement), restaurants gastronomiques (Le grand restaurant de Jean-François Piège dans le VIIIème, Le Balcon à la nouvelle Philarmonique dans le XIXème), bars à vins (le Boudoir dans le VIIIème, le Gravity dans le Xème) comptoirs world-food (Desi Road, rue Dauphine dans le VIème) la palette paraît large.

En Suisse, pour l’heure, moins de battage médiatique. Pourtant si la presse romande tarde à nous révéler les nouvelles tables helvétiques à suivre cet automne, nul doute que cela ne devrait pas tarder. Rien qu’à Genève, près de 600 restaurants et cafés changent de main par an. Alors autant dire qu’il a y de quoi explorer. Et pour se mettre tout de suite en appétit et passer soi–même aux travaux pratiques, pas de temps à perdre, il faut se brancher vite sur le site de  la Semaine du goût. Cette manifestation hautement festive se déroulera du 17 au 27 septembre et promet en autres de belles découvertes sur tout l’Arc Lémanique.

Béatrice Peyrani

Leave a Reply