Archives de catégorie : LITTÉRATURE

Versailles d’hier… à aujourd’hui

Visiter le château de Versailles autrement, au bon vouloir de l’alphabet, pourquoi pas. Dans son « Dictionnaire amoureux de Versailles » Franck Ferrand nous invite à flâner dans le plus beau château du monde. Hors des circuits habituels et encombrés.

Depuis sa tendre enfance, l’écrivain scrute l’âme de ce lieu magique pour lequel il éprouve des sentiments passionnés « seul dans le saint des saints, au milieu des ombres, j’ai senti que je pouvais franchir les siècles et, véritablement, touché du doigt l’Histoire». Avec enthousiasme, il ranime le faste de la vie de Cour par une multitude de détails « qui ne se révèlent qu’à la centième promenade » assure-t-il, alors que l’on croit avoir tout vu et tout admiré. Au-delà de l’éblouissement au premier regard, il décrypte la face cachée des lieux, quelque deux mille trois cents pièces et des jardins à l’infini au passé vertigineux. Tout le mystère réside dans ce qui fut et qui n’est plus, transformé ou détruit pour renaître sous la volonté des puissants maîtres, de Louis XIV à Charles de Gaulle. Anecdotes insolites, indiscrétions savoureuses, scandales… l’ouvrage se lit avec délectation.

D’entrée, l’Allée-Royale s’impose, anoblie sous Louis XIV par des embellissements statuaires. Le Roi-Soleil avait coutume d’organiser des courses de traîneaux sur les parterres enneigés entre le bassin d’Apollon et celui de Latone.

A la vue de l’immense château, on n’imagine guère l’entassement des courtisans. Plusieurs milliers de nobles y vivaient à l’étroit dans le perpétuel souci de plaire. Messes, bals, cérémonies du lever, du débotté, du souper et du coucher du roi imposent un rythme effréné, où il est bon d’être vu en grands atours glissant élégamment sur les parquets. L’étiquette est des plus strictes jusqu’aux animaux de compagnie. Seuls les chiens et chats médaillés de lys blanc étaient tolérés à la Cour.

Les appartements se visitent à la lueur de leurs occupants. Celui de Mme de Montespan remporte la palme de l’exotisme. Perroquets, singes et même un ours distrayaient la favorite au temps de son apogée. Plus loin, on découvre notamment l’étonnant appartement des Bains alors que le Roi-Soleil ne pratiquait que la toilette sèche, destiné aux plaisirs du bain avant d’être affecté… à Mme de Montespan en disgrâce. Il n’en reste aujourd’hui que quelques décors aquatiques qui témoignent de sa destination initiale.

Après  « Ils ont sauvé Versailles » et « Gérard Van der Kemp, un gentilhomme à Versailles », Franck Ferrand nous dévoile d’autres facettes de son lieu de prédilection. Contrairement aux hommes, tous ces chefs d’œuvres traversent les siècles pour autant que l’on en prenne soin souligne-t-il. Il y a urgence à s’installer à Versailles, si ce n’est pour admirer « La Proserpine de M. Girardon et le Milon de M. Puget, à l’entrée de l’Allée-Royale. A eux seuls, ils justifient le voyage – peut-être même un déménagement. » On ne peut guère être plus convaincant !

Ann Bandle

 

Franck Ferrand
Dictionnaire Amoureux de Versailles
Editions Plon
557 pages

 

 

 

 

La route de vos vacances passe par Aix-en-Provence ?

De la Bibliothèque de Genève aux cimaises de la Galerie Bucher. C’est l’itinéraire étonnant d’une jeune fille pas si sage, devenue une figure majeure de l’avant-garde artistique parisienne du XXème siècle.

La route de vos vacances passe par Aix-en-Provence ? N’hésitez pas à vous rendre au Musée Granet qui rend hommage à la galeriste Jeanne Bucher. Alsacienne d’origine et épouse du célèbre pianiste suisse Fritz Blumer , cette jeune fille de bonne famille n’était programmée pour devenir l’une des galeristes les plus marquantes d’une vingtième siècle. Mais son œil, son charisme et son talent en ont décidé autrement. Bibliothécaire à l’université de Genève, trilingue, traductrice de Rilke, la jeune femme débarque dans les années 20 à Paris et devient l’assistante du couple de comédiens Georges et Ludmilla Pitoeff. Jeanne se lie avec le couple Pierre Chareau, qui lui permet d’ouvrir une petite librairie rue du Cherche Midi au-dessus de leur bureau. L’adresse deviendra très vite le point de rencontres de nombreux artistes et se transformera tout naturellement en galerie. Jeanne Bucher expose très vite les meilleurs du moment Jean Lurçat, Picasso, Braque, Chirico en autres puis plus tard Nicolas de Staël.

Si Jeanne Bucher décède trop vite d’un cancer en 1946, deux de ses descendants vont assurer la pérennité de la galerie qui existe toujours et s’est transportée rue de Seine.

Béatrice Peyrani

A découvrir Jusqu’au 24 Septembre.

Musée Granet
Place Saint Jean de Malte
13100 Aix-en-Provence
Accès PMR : 18 rue Roux-Alphéran

 

Ma mère, cette inconnue

 

Philippe Labro lui aussi est amoureux de la Suisse – il y revient souvent skier en famille – se penche sur l’enfance chahutée et très secrète de sa maman, Netka, décédée en 2010, fille naturelle d’une institutrice et d’un conte polonais qui la confie à des mamans de substitution. Abandonnée, la jeune femme prendra pourtant sa revanche sur la vie, grâce à l’amour. Elle va rencontrer l’homme de sa vie Jean Labro (le père de Philippe), ils vont se marier, avoir quatre garçons et ensemble sauveront de nombreux Juifs pendant la guerre. Mère et grand-mère exemplaire, Netka a adoré la vie. Avec intensité et fougue elle a vécu jusqu’à…99 ans. BP

Philippe Labro Ma mère, cette inconnue
Gallimard

 

 

Un personnage d’aventure de Chantal Delsol

Sur l’enfance, la famille, les parents, à ne pas manquer: Chantal Delsol. Un personnage d’aventure. Petite Philosophie de l’enfance. Editions du Cerf.

Un essai philosophique sur l’aventure de l’enfance, des parents, de l’école. Comment être formé et dé
terminé sans être conditionné ou formaté. Comment retrouver « la petite vie » dont parlait Charles Péguy qui fait grandir et éclaire chaque journée. BP

Un père ne meurt jamais…

Metin Arditi signe l’un de ses plus beaux romans en ce début d’été. «Mon père sur mes épaules » qu’il publie ces jours chez Grasset doit être glissé d’urgence dans votre valise de vacances.

« Mon père prenait le temps qu’il fallait. Les problèmes des autres ne devenaient jamais les siens, et cette liberté lui permettait de garder sur ses interlocuteurs un ascendant absolu ». Phrase clé du dernier roman de Metin Arditi, l’écrivain revient vingt ans après sa mort sur l’homme qui a le plus compté dans sa vie : son père. Comment ont-ils tissé leur relation? Qu’a pesé la distance kilométrique entre ces deux êtres ? Comment cette relation l’a-t-elle façonné à son tour dans ses liens ses propres enfants, se demande avec émotion, l’auteur, devenu à son tour père et grand-père.

Le jeune Metin est venu vivre en Suisse à l’âge de sept ans pour rejoindre seul un pensionnat de Paudex. Il a du s’arracher encore tout petit à son pays natal la Turquie et à sa famille restée à Istanbul. L’enfant a passé sa jeunesse, y compris la majeure partie de ses vacances en République Helvétique. Il y retrouvait sa maman radieuse et solaire à peine ou plus un mois d’été et son papa élégant, héroïque, admirable que quelques jours par an, tous deux dans cette même Confédération Suisse, en terrain neutre. Comme si ce père tutélaire et infaillible voulait protéger son fils d’une jeunesse istanbuliote aussi dorée que trompeuse ? Faut-il s’imposer un tel sacrifice pour élever son fils ? Mais avait-il d’autre choix pour le faire grandir ? Le père de Metin avait vécu avant-guerre à Vienne. Il y avait eu la guerre, l’exil pour lui. Il avait rebondi en Turquie, il y avait assez bien réussi en y important des balances analytiques Mettler. Tout aurait pu être simple. Mais il y avait un fantôme dans la famille de Metin. Il s’appelait Tülin, c’était une petite fille de deux ans. La sœur de Metin, morte avant sa naissance à l’âge de deux ans. Le couple parental ne s’était jamais remis de la perte de la petite fille, une sœur dont ils ne parlaient jamais. Pourquoi s’ épancher sur ce qui fait mal….

Sur le papier, l’exil forcé de Metin s’est déroulé comme sur des roulettes: élève brillant, physicien titulaire d’un troisième cycle en génie atomique, d’un MBA à Stanford, adolescent pas très sportif, il a toutefois la chance d’y rencontrer Géraldine Chaplin, puis la femme de sa vie. Il y croise aussi un jeune homme prometteur, un certain John Kerry. Arditi est devenu homme d’affaires à succès, écrivain reconnu. Il est resté en Suisse et vient de lui consacrer un superbe Dictionnaire Amoureux. Pourtant, malgré les honneurs et les consécrations publiques, la blessure restait ouverte : l’ex pensionnaire semblait en quête d’une estime, d’une admiration, d’une reconnaissance paternelle jamais dévoilée. Mais l‘amour des livres les a sauvé sans qu’ils ne s’en rendent compte tout de suite. Pour eux, le papa de Metin n’entendait pas compter parce que les livres, c’est autre chose. Oui c’est autre chose, un livre. Un livre c’est différent d’une tenue de Hockey sur glace coûteuse et inutile. Avec un livre, un père ne meurt jamais et devient immortel. Oui c’est bien cela, avec Mon père sur mes épaules, Metin Arditi a retrouvé son père, plus vivant que jamais. Tout comme son lecteur retrouve dans son roman le sien. Avec délice.

Béatrice Peyrani

Mon père sur mes épaules
Metin Arditi
Editions Grasset
Parution : Mai 2017

 

 

 

Ils ont fait l’histoire… en bandes dessinées

Découvrir les épopées chevaleresques des plus grands personnages historiques sous les crayons affûtés de dessinateurs talentueux, c’est l’idée originale des Editions Glénat.

Avec la complicité d’historiens, scénaristes et dessinateurs, les grands disparus de notre planète, entendez ceux qui ont marqué l’histoire, reprennent vie : Charlemagne, Jeanne d’Arc, Louis XIV pour n’en citer que quelques-uns.

Chaque album illustre un personnage célèbre, vous l’avez compris, avec une précision qui ne laisse rien au hasard. Atmosphères, lieux, dialogues, tout est là minutieusement reproduit et micro-détaillé pour nous immerger dans les pérégrinations courageuses de nos précurseurs. Une alternative séduisante pour les réfractaires aux volumes encyclopédiques ou les amateurs de BD tout simplement.

Martin Luther en bande dessinée

Tout juste sorti de presse, le dernier de la série propose un retour au début de l’époque moderne. Consacré au réformateur Martin Luther, il raconte en quelque cinquante pages passionnantes les prémices du protestantisme et l’influence des religions en politique.

Peu d’hommes ont laissé autant de documents nous rappellent les auteurs. « Son renom ne doit rien à ses origines, mais il s’explique à son succès d’auteur le plus lu à son époque ». Après Luther, d’autres théologiens tels que Jean Calvin et Ulrich Zwingli ont à leur tour contribué à la Réforme. Ils sont à l’origine d’un bouleversement sans précédent dans l’histoire de l’Europe avec des répercussions non seulement dans le domaine religieux, mais aussi politique, économique et social, dont on parle jusqu’à nos jours…

Ann Bandle

Scénario : Olivier Jouvray
Historien : Matthieu Arnold
Dessin : Filippo Cenni
Couleur : Alessai Nocera
Editions Glénat / Fayard – 2017

La Suisse vue par des Femmes

Un guide de voyage pas comme les autres, fruit d’une ONG, Women in action worldwide.

C’est vraiment une bonne idée qu’ont eu Elisabeth Thorens et Carin Salerno. Ces deux copines de classe, elles se sont rencontrées à 4 ans sur les bancs de l’école, ont fait chacune un joli parcours professionnel, la première comme enseignante après avoir étudié et vécu aux Etats-Unis, l’autre à la direction de la coopération et du développement, ont en commun d’avoir beaucoup voyagé et de s’être confronté au grand défi qu’on attend toujours d’une femme et dans tous les pays savoir tout réussir de front: une carrière, un mariage, des enfants…Quadrature du cercle qui n’en finit pas de tous nous questionner. De leur expérience et leur amitié, Elisabeth Thorens et Carin Salerno ont décidé d’apporter leur propre contribution au débat : en créant à Genève avec quelques autres femmes de bonne volonté, une ONG, Women in action Wordwide, dont le but est de promouvoir l’empowerment socio-économique des femmes. Leur premier projet : lancer une collection de guide de voyages, vue à 100% par des femmes, histoire de s’affranchir des visions un peu machiste que la presse peut parfois donner d’une destination touristique. Trois guides[1] sont déjà sortis, dont l’un justement sur la Suisse.

Un carnet de voyages qui nous fait découvrir chaque grande ville ou localité de charme par une femme emblématique. Bien sûr, certaines figures étaient aussi inévitables qu’attendues. On s’étonnera pas de rencontrer à Lausanne, Gisou Van der Goot , force vive de l’EPFL, à Genève la dynamique Carole Hubscher qui dirige la mythique fabrique de crayons de couleurs Caran d’Ache ou Angela de Wolff, la pionnière de la finance durable qui a crée sa propre structure Sustainable Geneva, mais le Monde des Femmes SUISSE nous fait découvrir bien d’autres femmes aussi charismatiques que talentueuses : comme Aurélie Branchini, technicienne en restauration d’horlogerie ancienne à la Chaux-de-Fonds, Elena Ramelli, une tessinoise de 72 ans, qui tient depuis soixante ans, un stand de saucisses et de souvenirs au col du Gothard, en dépit de terribles épreuves personnelles, ou encore Anne-Françoise Buchs, propriétaire avec son mari de l’hôtel historique le Bella Tola, à Saint-Luc, devenu grâce à leur énergie un fleuron de l’hôtellerie de montagne suisse.

La Suisse vue par women in action worldwide. Une formidable initiative. Une jolie façon de
découvrir la Confédération avec ces surdouées de la vie qu’on aimerait toutes avoir pour amies.

Béatrice Peyrani

Le Monde des Femmes Suisse
Women in action worlwide.  

[1] Tanzanie, Birmanie…

Vous avez aimé cet article ? Soutenez la culture 

Histoire Vaudoise

Revivre l’histoire fascinante du plus grand canton romand, c’est l’invitation que nous lancent les auteurs de l’ouvrage « Histoire Vaudoise ».

Près de six cents pages et une iconographie souvent inédite restituent la métamorphose du Pays de Vaud depuis la Préhistoire à nos jours. Voilà plus d’un quart de siècle qu’aucun ouvrage de cette ampleur n’avait été publié sur le canton. Si l’attrait pour l’histoire régionale semble avoir disparu, nul doute que ce très beau livre va raviver la curiosité pour les épopées historiques. Ses vingt chapitres magnifiquement illustrés révèlent des aspects jusqu’ici méconnus et rendent hommage à la recherche menée au cours de ces dernières années.

Au fil des pages, les regards croisés des historiens sur l’économie, la politique mais aussi la culture et l’architecture reconstruisent le passé dans toute sa diversité. Notamment celui de Roger Francillon qui nous livre un savoureux portrait du Vaudois, « moins français et effacé que le Genevois, moins bourguignon que le Neuchâtelois, moins allemand que le Fribourgeois, moins savoyard que le Bas-Valaisan, il est davantage lui, relativement à tous ceux-là… » sous la plume de l’écrivain et poète Juste Olivier. C’est précisément à cette même époque, en 1837, que Sainte-Beuve est invité pour donner son fameux cours sur l’abbaye du Port-Royal à l’Académie de Lausanne.

Le chapitre remarquable dédié à l’architecture passionne tout autant. A la fin du 19e siècle, de prestigieux bâtiments sont érigés à Lausanne, l’Hôtel des Postes, fleuron de la place Saint-François, le Palais de Rumine, la nouvelle gare de Lausanne, l’hôtel du Beau-Rivage… toutes ces somptueuses constructions rehaussent l’éclat de la ville et attirent les touristes. Il ne reste hélas qu’une photo pour apprécier le majestueux hall central du Grand magasin Innovation démoli dans les années cinquante. Mais l’histoire s’envole emportant notre passé.

A l’heure des avancées technologiques fulgurantes, où l’actualité est omniprésente, se plonger dans les sources historiques promet aussi de belles découvertes… pour l’avenir !

Ann Bandle

Unknown

Histoire Vaudoise
Editions Infolio et Bibliothèque Historique Vaudoise
Olivier Meuwly, directeur scientifique de la publication

 

Damier pour la culture franco-suisse a partagé un lien.

 

 

 

La Suisse de Metin Arditi

IMG_4451 (1)L’auteur du Turquetto sort un Dictionnaire amoureux de la Suisse chez Plon. Jubilatoire.

Si vous épelez – S comme ski, U comme Union démocratique du centre, I comme Internats suisses, S comme Seconde guerre mondiale, S comme Simon Michel, acteur génial et genevois jusqu’au bout des ongles, E comme Ecoles Polytechniques en reliant chacune des initiales, vous trouverez un pays qui s’appelle bien entendu la S-u-i-s-s-e.

Metin Arditi a eu la bonne idée de sortir chez Plon, son « dictionnaire amoureux de la Suisse » et comme ses prédécesseurs, Jean-Noël Schifano pour Naples ou Philippe Sollers pour Venise, il brosse un extraordinaire portrait par petites touches colorées et subtiles de A à Z, de sa bien-aimée.

En effet, la Suisse est, en quelque sorte, sa fée clochette puisqu’il avoue qu’elle lui a tout offert. « Dire que ce pays m’a beaucoup donné serait peu. Il m’a comblé. », avoue l’auteur de son grand roman à succès « Le Turquetto ».

Il y a fort à parier que son nouvel ouvrage, qui comprend plus de 180 entrées et qui traite tant des hommes (de Calvin à Cendrars en passant par Giacometti ou Albert Cohen, sans oublier Roger Federer… ), des lieux ( Zurich, les quais du lac Léman, la Rue du Rhône à Genève, Lausanne avec sa rue du Bourg …) que de notre vie quotidienne (la Migros, la loterie Romande, les vins, la RTS…) sans oublier les standards, revus et corrigé avec son humour et sa perspicacité (les montres, les banques, la fondue, le cirque Knie…) sera un beau succès tant il le mérite.

Né à Ankara en1945, en Turquie, venu vivre à Paudex à l’âge de sept ans, « Suisse à quatre sous, comme on dit ici », le naturalisé n’a pas voulu payer une dette, mais oser une déclaration. Une déclaration d’amour à la Confédération Helvétique. Une jolie histoire, qui est née de sa rencontre un soir à Paris – autour d’une bonne bouteille – avec le créateur de la collection des Dictionnaires amoureux chez Plon, Jean-Claude Simoën et un ami commun, le poète Elias Sanbar, auteur d’un Dictionnaire amoureux de la Palestine.

La soirée fut belle et fructueuse puisqu’elle nous permet de découvrir quelques unes des facettes brillantes ou plus discrètes d’un pays plus mystérieux qu’on ne croit.

Metin Arditi commence sa promenade sur les chapeaux de roue, à toute allure avec à la lettre A comme Alinghi, le super bateau symbole de la Suisse qui gagne, belle performance « pour un pays privé de mer », mais qui sait construire « un bateau juste, à l’extrême pointe des connaissances du moment », explique-t-il et, dont les initiateurs ont su mobiliser tous les talents et les énergies. Continuant sur cette Suisse innovante nous re-découvrons la saga de la famille Piccard qui du professeur Tournesol à « Impulse Solar » mobilise l’intérêt des 7 à 77 ans…

Après nous irons flâner sur quelques hauts lieux touristiques comme le Château de Chillon, une forteresse qui « a de la gueule » ou au Château Mercier à Sierre,  «qui fait penser aux chambres d’un sultan », et nous nous aventurerons dans la « ville travail » de la Chaux de Fonds, la cité horlogère où «tout est tendu, pensé, réfléchi, calculé. La Chaux –de-Fonds est bâtie en damiers, d’est en ouest, en parallèle à la vallée, le « plan Junod » comme on dit. Point de banlieue. D’un pas, on quitte la ville pour se retrouver à la montagne ».

L’écrivain emprunte aussi les Chemins de fer fédéraux – avec lesquels il a fait ses premiers voyages d’enfant pour rallier Bex à Chésières, près de Villars-sur-Ollon afin de gagner son home d’enfants pour les vacances d’été. Plus tard il partira à l’assaut de Zermatt et Gornergrat- « plus intimidants » tout en réaffirmant que « toute occasion de se retrouver dans un wagon CFF est une joie ». Ne manquez pas son arrêt a la gare de Genève qui lui donne l’occasion d’écrire un amusant « Propre en ordre », expression typiquement suisse puisque le pays s’est construit
aussi sur ces deux valeurs et qu’il illustre par la description minutieuse et amusante du travail d’un préposé au nettoyage.

N’oublions pas la gourmandise avec le T de Toblerone qui s’affiche avec l’effigie de sa montagne la plus reconnaissable, le Cervin et, si on est fondu de F-Fromages- on rendra grâce à ces vaches « qui sont les plus belles du monde ».

Autant de pérégrinations festives qui n’empêche pas l’auteur d’écrire tout le mal qu’il pense des forfaits fiscaux qui consiste à « pirater de riches contribuables de pays appelés « amis » et qui sont souvent dans des situations économiques bien plus défavorables que la Suisse… » et tout le bien des « sociétés de lecture » dont celle « parmi les plus délicieuses » de Genève.

On l’aura compris, il y a autant de passion que d’humour dans ce dictionnaire de la Suisse qui mérite bien son adjectif « d’amoureux ».

Béatrice Peyrani

Vous avez aimé cet article ? Soutenez la culture romande

La Suisse de Diane von Fürstenberg

IMG_4269Lausanne a joué un grand rôle dans la vie de la créatrice de la fameuse robe portefeuille, désignée par Forbes comme l’une des femmes les plus influentes de la planète mode.

Bâle 1952, une femme très élégante et sa petite fille de cinq ans sont photographiées sur le quai de la gare. Elles sont des touristes belges, vraisemblablement en partance pour une station de ski huppée de la Suisse. Luxe, calme et beauté…Elles vont illustrer un article pour un magazine. Quelle revanche, pour cette mère apparemment si belle et si épanouie. Comment croire, que sept ans plus tôt, cette même femme pesait à peine 29 kilos et rentrait des camps nazis. Pour ses bourreaux, Lily Nahmias, la mère de la petite Diane, n’aurait jamais du survivre et encore moins avoir un enfant. Mais elle a toujours cru qu’elle s’en sortirait et qu’elle triompherait de la barbarie. Non seulement elle a survécu mais vécut, elle a prodigieusement aimé la vie. Et cet amour indestructible de la vie, elle l’a aussi su le transmettre à sa progéniture. Diane, la petite fille de 1952 est devenue la grande Diane von Fürstenberg, « DVF », grande papesse mondiale de la mode. Grâce à sa mère Lily, à son courage et à sa détermination, DVF jure être bien devenue la femme qu’elle voulait être.

Pas étonnant alors si cinquante ans plus tard, ce même cliché de 1952 trône toujours sur les étagères de la chambre de l’ appartement New-Yorkais de la créatrice de la fameuse robe portefeuille, qui n’a jamais voulu oublier d’où elle revenait…de loin. Chaque nouvelle année, sa mère lui écrivait « Dieu m’ a sauvé la vie pour que je puisse te donner naissance…Je t’ai donné la vie et tu m’as rendu la mienne. Tu es le flambeau et l’étendard de ma liberté… », raconte Diane von Fürstenberg. [1] Dès le plus jeune âge, Lily a appris à Diane à se battre, à résister à la peur, à dormir dans le noir sans broncher ou prendre le train seule toute jeune.

Enfant, Diane est pensionnaire quelques années à l’école Cuche à Lausanne. Elle s’y fera une grande amie qui quelques années plus tard, lui permettra de rencontrer lors d’une fête d’anniversaire son futur premier mari : Egon de Fustenberg, neveu des Agnelli. La Suisse a donc visiblement porté bonheur à Diane. C’est du moins ce qu’on découvre en lisant cette biographie que la créatrice a fait d’elle-même et qui est sortie en français chez Flammarion.

Jeune mariée, la ravissante Diane von Fürstenberg aurait pu se contenter de faire la une des magazines. C’était sans compter sur sa soif insatiable d’indépendance. La jet set ne lui suffisait pas. Cette battante a donc conquis sa liberté et fait fortune grâce à sa fameuse robe en jersey. Sans bouton ni fermeture éclair, cette tenue a de quoi séduire les femmes libres. La rédactrice en chef du Vogue Amérique adore et on connaît la suite, 5 millions de wrap dresses vendues en 1976 ! Diane veut construire sur son nom, une marque mondiale. Mais trop jeune, trop inexpérimentée, trop impulsive peut être, ses affaires peinent dans les années 80. Un divorce, plus tard un cancer auraient du la laisser sur le bord du chemin.

C’était mal la connaître, Diane, plus motivée que jamais, rebondit . Elle n’a plus de magasins ni de réseau de distribution efficace, elle ira donc vendre elle même…à la télévision. La planète mode la croyait obsolète. Elle jugeait le télé-achat ringard. Tant pis pour elle. Diane von Fürstenberg est redevenue pour les femmes une icône. Ses robes portefeuilles, plus tendance que jamais, s’arrachent de nouveau et font les beaux jours des célébrités sur les tapis rouges. Inoxydable peut être, toujours combattante et déterminée, Diane n’en a jamais oublié de vivre, d’aimer, et de danser de Capri à Bali. Ses enfants (Alexander et Tatiana) dit-elle sont pourtant sa plus grande réussite. La businesswomen n’entend pas abdiquer son rôle de mère et de grand-mère très glamour.

Diane von Fürstenberg consacre désormais la majorité de son temps à la fondation qu’elle a crée avec son mari depuis 2001, l’homme de média Barry Diller qui œuvre en faveur de l’éducation, de la culture et des droits de l’homme. Non Diane n’a pas oublié qu’elle revenait de loin.

Béatrice Peyrani

[1] La Femme que j’ai voulu être, édition Flammarion.

Vous avez aimé cet article ? Soutenez la culture romande

Comprendre les Suisses le temps d’un aller Genève-Paris

andre_crettenand(ou l’inverse !) en TGV Lyria. C’est le sacré défi lancé par le guide que publie André Crettenand: « La Suisse, invention d’une Nation. »

Proposée par une jeune collection, ce nouvel ouvrage entend se pencher sur la genèse de la Suisse pour en décoder l’âme de son peuple. Sage initiative, quand malgré la globalisation de l’économie, la compréhension mutuelle des hommes semble se réduire comme une peau de chagrin.

Revenir aux racines culturelles et historiques sans se perdre dans les méandres de la fabrication des Etats Européens et …en quelques dizaines de pages, semble une gageure. Et pourtant le défi paraît relevé avec « La Suisse, invention d’une Nation ».

A bon entendeur, d’abord pour les amoureux des mythes : non Guillaume Tell n’a peut être jamais existé, précise son auteur André Crettenand, directeur de l’information de TV5 Monde. Mais sa légende a rendu un fier service aux Suisses : elle a façonné leur identité.

On s’en souvient Guillaume, le facétieux guerrier avait plus d’une flèche à son arc. Il a su utiliser la première pour viser la pomme que l’ horrible bailli (acoquiné aux Habsbourg) avait posé sur la tête de son fils et réservé la seconde pour tuer le vilain seigneur félon.

Guillaume « ne savait pas faire de grandes phrases », rappelle André Crettenand, mais « il vise juste ». Agir plutôt que briller. Tiens donc? Serait-ce l’un des premiers secrets de l’âme suisse traqués par l’auteur ? On ne sait pas soulever des montagnes, percer des tunnels ou construire des ponts par hasard. La Suisse n’ a pas de château de Versailles ou d’Empire State Building. Mais elle est entourée de sommets de plus de 4000 mètres, qui au fil des siècles ont forcé ses habitants à savoir « monter et gravir l’inaccessible ». Pour sûr, un serment entre montagnards sur une prairie (le fameux pacte du Grütli scellé par les premières communautés, renouvelé par le général Guisan en 1940), n’a pas donné à la Suisse une légende grandiloquente, mais il a cimenté une communauté de destins, et enfanter une Nation entreprenante et courageuse. Travailler sans bruit, ni murmure, au prix d’une neutralité quelquefois difficile à assumer comme pendant la Seconde Guerre Mondiale, relève André Crettenand.

Peiner, endurer, avancer… en 2016 la Confédération reste la championne des dépôts de brevets, des machines outils, des montres, des nouvelles technologies qui en font un…. paradis des start-up de pointes.

Une réussite qu’elle doit à coup sûr à ses habitants. Se pencher sur leur supplément d’âme, n’est pas inutile en ces temps difficiles… Les deux grands témoins interrogés par André Crettenand ont eu aussi leurs idées sur la question. On lira avec intérêt l’entretien mené avec l’écrivain Metin Arditi sur le sens du collectif et de la responsabilité des Suisses.

Béatrice Peyrani

Vous avez aimé cet article ? Soutenez la culture romande

Découvrir la Suisse d’aujourd’hui en bonne compagnie

2016_couverture_suisse_village_vdC’est le propos d’un livre collectif publié par les Editions de l’Aire. Des artistes nous racontent leur Genève, Morges, Vevey ou Zurich. Rêveries attachantes de promeneurs aux aguets.

La Suisse revisitée par une vingtaine d’auteurs contemporains. C’est la bonne idée des Editions de l’Aire qui publient un joli recueil «La Suisse est un village », prétexte aux flâneries ironiques, tendres ou mordantes d’artistes, au parcours très divers. Trois français, amoureux de la ConfédérationMaurice DenuzièreMichel ChipotIsabelle Leymarie ont choisi de croquer avec humour leur Vevey, Zurich, ou Genève.

On ne présente plus Maurice Denuzière, journaliste à France-Soir puis au Monde, auteur de sagas à succès Louisiane ou bien sûr . Sa ville suisse de prédilection: Vevey, qu’il apprécie sans modération lors de la fête des Vignerons, sorte de « Thanksgiving à la mode vaudoise….célébration reconnaissante de la générosité de la nature. » Sensible à l’esprit des lieux, Denuzière qui a parcouru Vevey en long et en large au fil des ans, saison, après saison, n’ a qu’un vœu que Charon, le passeur des âmes vienne le chercher au jour dit …sur les fameuses rives du Léman.

Le mathématicien Michel Chipot qui a élu domicile à Zurich, la ville la plus américaine et aussi la plus chère de Suisse, nous raconte le goût sans complexe de cette cité pour les traditions et les avant-gardes : fête de la Sechselaüten (mise à mort de l’hiver symbolisé par un Böögg, une sorte de bonhomme de tissu jeté au bûcher), festival pride, lieu de prédilections des dadas… Isabelle Leymarie, dont le père professeur d’histoire de l’art à l’Université de Genève où de jeunes iraniennes rentraient parfois pour le week-end à Téhéran nous fait elle revivre le grand Genève des années 50 où l’on croisait Tristan Tzara, Alberto Giacometti ou Michel Simon. Voilà pour la nostalgie peut-être, mais n’allez pas croire que le livre est un guide de voyage comme un autre. C’est plutôt un guide flâneries en bonne compagnie, Madeleine KnechtBertrand BaumanJon FergusonCédric PignatChristian Campiche ont visiblement pris le parti de raconter leur Carouge, Château-d’Oex, Bienne, ou La Chaux-de-Fonds d’aujourd’hui, de leur quotidien, avec leurs coups de gueule et coups de cœur.

A découvrir : « La Suisse est un village », éditions de l’Aire

Béatrice Peyrani

Littérature romande, toute une histoire

200px-rodolphe_toepfferA la fois chef-d’œuvre et ouvrage de référence, « Histoire de la littérature de la Suisse romande » se lit aussi aisément qu’un roman. Cette nouvelle édition rassemble les quatre tomes édités entre 1996 et 1999, épuisés depuis longtemps, et intègre plus d’une centaine de jeunes auteurs tels que Noëlle Rivaz, Blaise Hofmann ou encore Joël Dicker.

A l’origine de ce travail gigantesque, Roger Francillon, professeur émérite de littérature française à l’Université de Zurich et fervent défenseur des lettres romandes. Depuis plus de trente ans, il ressuscite les auteurs romands, trop vite oubliés. Invité récemment par la Société de lecture, il a présenté quelques pépites, pimentant son récit d’anecdotes.

Pour commencer, le Genevois Rodolphe Töpffer qui connut un succès considérable de son vivant. Grâce à la dot de son épouse, Töpffer fonde un pensionnat pour garçons à Genève, étrangers pour la plupart. Ce pédagogue inventif partage avec ses élèves sa passion pour le théâtre, la littérature, mais aussi les randonnées pédestres. A la belle saison, les cours se poursuivent en pleine nature. On esquisse les reliefs du paysage, on note ses impressions… Ainsi sont nés les Voyages en zigzag qui nous ont tant charmés par leurs pages délicates et sensibles.

Rousseau, modèle littéraire des auteurs romands

Interrogé par Sainte-Beuve, Töpffer aurait confié avoir pour modèles littéraires de nombreux auteurs et plus particulièrement Rousseau « bien que le personnage et son œuvre n’aient pas été très appréciés au 19e siècle » rappelle Roger Francillon et qu’au-delà de ces ostracismes « il me paraît capital de voir dans Rousseau et précisément dans La Nouvelle Héloïse, Les Confessions ou Les Rêveries, le modèle incontournable de la genèse littéraire de Töpffer à Pourtalès ».

Dans la Revue des Deux Mondes, Saint-Beuve relève que « Monsieur Töpffer est de Genève, mais il écrit en français, en français de bonne souche et de très légitime lignée, il peut être dit un romancier de la France » avant de poursuivre « c’est une étrange situation que celle de ces écrivains qui, sans être Français, écrivent en français au même titre que nous… ».

Le monumental journal intime de Henri-Frédéric Amiel

Contrairement à Töpffer, Henri-Frédéric Amiel ne peut se targuer d’avoir conquis un lectorat. Dans son mémoire, il défend la naissance d’une littérature romande indispensable pour se démarquer fondamentalement de l’esprit français qu’il critique sans détour « D’un bout à l’autre de l’histoire de France, on retrouve ces traits de caractère national qui sont l’irréflexion et l’incapacité des Français à appréhender la réalité dans son unité ». D’autres avant lui ont relevé la superficialité des Français comme Rousseau ou Bridel. Cette méfiance envers la France et sa politique de grande Nation sont le corollaire de l’amour pour sa patrie analyse Roger Francillon. Cela dit, les poèmes et publications d’Amiel n’ont guère été appréciés à l’exception de son journal intime, un monument de 16900 pages publiées posthume et que l’Europe entière applaudit jusqu’à Tolstoï. Les dernières années de sa vie, Tolstoï ne lisait plus que deux livres, le Nouveau Testament et le Journal intime d’Amiel.

L’invasion de la modernité

Toujours avec verve, Roger Francillon nous fascine encore en relatant les souvenirs d’enfance de  Philippe Monnier. Dans ses récits de la fin du XIXe siècle, Monnier évoque la campagne perdue, la disparition des métiers, l’invasion de la modernité… cela fait sourire. Puis, il enchaîne par quelques mots sur notre grand poète, écrivain et photographe vaudois Gustave Roud, et d’autres écrivains tout aussi talentueux Henri de Ziegler, Charles Ferdinand Ramuz… Mais le temps file et Roger Francillon nous quitte déjà sous un tonnerre d’applaudissements. Retrouvez-le et tous les auteurs romands dans cette magnifique encyclopédie.

Ann Bandle

hist_litt_rom_couv

 

 

Editions ZOE – 1728 pages

 

Saint Moritz ou Zermatt sous le soleil exactement de la Dolce Vita

9782840496618 2Dans « In my Fashion », Bettina Ballard correspondante américaine de Vogue à Paris avant guerre puis après la Libération nous fait revivre les grandes heures de la haute couture en compagnie de Chanel, Dior ou Givenchy. Un délice à déguster comme un Spritz en été.

C’était d’un temps pas si lointain où le marquis Emilio Pucci habillait les élégantes sur les pistes de Saint Moritz ou Zermatt, photographiées par la créative Toni Frissel. C’est cette plongée dans les mémoires que ressuscitent Bettina Ballard dans son journal tout juste publié par les éditions Séguier. Emilio Pucci raconte Bettina « voyage sans cesse entre les 33 pays dans lequel il vend des vêtements. Il s’amuse aussi vite qu’il travaille, et parvient souvent à combiner les deux. Quand il skie comme un professionnel à Saint Moritz, il est sûr de croiser sur les pistes une de ses clientes qui lui commandera trois pantalons supplémentaires. » De Paris à Rome, en passant par New York ou Saint Anton, pas un des endroits fréquentés par la Café Society [2] ne manque à l’agenda de celle qui fut l’une des plus influentes journalistes américaines de l’avant et après- guerre. Mais surtout pas un des couturiers éminents n’échappe à la galerie de portraits que croque avec talent et rigueur la rédactrice. Néanmoins, pas simple spectatrice de son époque, elle s’engagea comme volontaire pour la Croix-Rouge pendant la seconde guerre mondiale et fut expédiée en Afrique du Nord pendant le conflit.

Chanel, Balenciaga, Christian Dior, Schiaparelli, la reportrice  les connut tous dans leur intimité.  Invitée dans les années 30 de la Villa La Pausa, à RoquebruneGabrielle Chanel possédait une maison sur la Riviera (que vient d’ailleurs récemment de racheter la Griffe aux deux C), Bettina Ballard restitue avec minutie le décor de la demeure chère à la couturière libératrice du corps des femmes. « La couleur dominante était le beige bien sûr. Même le piano était beige, comme toutes les chambres. On me rappela  que le duc de Westminster avait fait peindre son yacht en beige et qu’elle en avait tiré son obsession pour cette couleur en décoration…. » Mais en n’en oublie pas moins de donner quelques détails amusants sur le quotidien très privilégié des invités de la Pausa : «  On ne croisait personne le matin, et le déjeuner était le premier moment de la journée où les invités se réunissaient. Personne ne ratait ce repas, toujours très amusant. Dans la longue salle à manger, un buffet proposait des pâtes italiennes chaudes, du rôti froid, des plats typiquement français, un peu de tout en fait… ». Tout était servi sans qu’on y ait vu le moindre domestique s’affairer, Chanel ne mangeait rien ou presque note Ballard dans son journal, mais restait debout devant la cheminée, une main dans une poche, « l’autre brassant l’air, un sourire élargissant sa bouche déjà grande, alors qu’elle racontait des anecdotes drôles, touchantes ou malicieuses sur son passé ou celui de ses amis. »

Après-guerre, Bettina Ballard revient à Paris libéré et ré-enchanté par un certain Christian Dior qui fait ses débuts de couturier en 1946 chez Lucien Lelong. Entre une omelette au caviar et un soufflé au homard, Ballard et Dior construisirent une solide amitié tandis que les défilés du timide couturier enchainent triomphe sur triomphe jusqu’en 1957, année de la disparition prématurée de l’inventeur du New Look.  Le génie de la mode disparu, Bettina Ballard doit trouver ses héritiers. Nul doute  pour elle ce sera Balenciaga et le jeune Hubert de Givenchy qui vient de s’installer avenue George V. « Chaque saison les voit rivaliser pour la place d’honneur de la haute couture ; Balenciaga règne par son élégance pleine de maturité, mais Hubert de Givenchy l’emporte en jeunesse et en fraîcheur. Ce sont les deux plus importants couturiers de l’heure actuelle. » Morte en 1961, Bettina Ballard a le temps de décrire les premiers grands succès du prêt à porter américain mais n’ assistera pas à l’ ascension d’Yves Saint Laurent, dommage, elle l’aurait sûrement beaucoup aimé. Il n’empêche le livre de Bettina Ballard, si pudique sur sa propre vie privée, se savoure avec délices et ravira ceux pour qui la planète mode ne rimait pas avec frivolité mais amour de la vie.

Béatrice Peyrani

 

 

 

La vie de Château dans le canton de Vaud

UnknownVous rêviez d’en savoir plus sur le patrimoine du Canton de Vaud, la nouvelle revue Patrimonial est faites pour vous. Pour son premier numéro, l ‘équipe a choisi de consacrer la majorité de ses 140 pages aux châteaux du canton qui font l’objet de chantiers d’envergure.

Premier bénéficiaire de cette campagne le château Saint Maire, à Lausanne qui fut la demeure des évêques. Construit au XIV siècle, l’imposante bâtisse de briques rouges et de molasse, qui abrite aujourd’hui le siège du gouvernement cantonal, est en cours de réhabilitation et de réaménagement. « A l’intérieur, au premier niveau, la chambre dite « de l’évêque » conserve une cheminée et un plafond peint remarquables remontant aux aménagements d’Aymon de Montfalcon. A l’étage inférieur, des peintures murales médiévales, dont certaines viennent d’être découvertes, décorent les anciens espaces de réception », explique la Revue. Si le public devra encore patienter quelques longs mois avant de REdécouvrir Saint Maire, la revue Patrimonial permet déjà d’avoir un avant goût de la beauté des peintures murales et de comprendre la complexité de la difficile conservation des édifices en molasse. Si la revue traite longuement du chantier de l’emblématique Chillon, il vous fera peut être découvrir les châteaux Cheseaux, Bavois, Lucens ou encore de l’Isle qui vient de bénéficier d’une magnifique restauration de ses tentures de cuir doré.

Béatrice Peyrani

 

Emile de Ribaupierre, une vie en musique

de-ribaupierre-emileLa récente monographie publiée par Antonin Scherrer retrace les grands moments de la vie d’Emile de Ribaupierre, musicien passionné, violoniste et pédagogue dans l’âme. Récit d’un engagement musico-pédagogique exceptionnel.

Dans la famille de Ribaupierre, issue d’illustres seigneurs alsaciens, la vie est embellie par la musique et le parfum des roses. Cultivées par son père horticulteur, Emile de Ribaupierre hérite de cette même passion infinie pour la plus élégante des fleurs. Des roses à profusion, qui subliment sa maison, ses salles de musique, toujours à proximité, allant jusqu’à leur rendre hommage par la création des célèbres « Auditions des Roses ».

Un esprit entrepreneur

Par la multiplicité de ses talents, Emile de Ribeaupierre nous fascine. Il est tout à la fois violoniste, compositeur, chef d’orchestre et pédagogue, mais aussi entrepreneur. Avec sa sœur Mathilde, il fonde les Conservatoires de Montreux et de Vevey, et l’Institut de Ribaupierre à Lausanne. Dans la foulée, il forme l’Orchestre de Montreux dont il sera directeur et chef d’orchestre « je voulais que les élèves de mon école puissent avoir un contact symphonique, qu’ils aient la possibilité d’apprendre le métier de musicien appelé à jouer dans un grand ensemble…voyez en moi un pédagogue ». Un pédagogue attentif à la diversité des dons de l’esprit et des aptitudes de ses élèves « il n’y pas de méthode unique, il faut être souple et inventif pour trouver le moyen le plus efficace pour chaque cas » toujours à l’affût de la technique qui aidera chacun à progresser. Sa pédagogie vivante et innovante, qu’il enseigna jusqu’à la fin de sa vie, accompagna l’émergence de nombreux musiciens.

Excursions dans les Alpes, violon sur le dos

Formé lui-même dès son plus jeune âge par le talentueux Ladislas Gorski, violoniste polonais, Emile de Ribaupierre se souvient d’avoir escaladé les montagnes, violon sur le dos, profitant de la beauté de la nature pour travailler ses gammes sous l’œil exigeant de son maître, ou improviser au gré de l’humeur. Il aura vécu les années glorieuses de la Riviera vaudoise. Celles des concerts-promenade, des musiciens vêtus de blanc, des hôtels luxueux où se pressaient artistes, écrivains et musiciens trouvant sur les bords du Léman une source d’inspiration stimulante. Tchaïkovski y écrit l’essentiel de son Concerto pour violon, Stravinski, Paderewski pour ne citer qu’eux, apportent une émulation créatrice et contagieuse.

Les photos emblématiques qui illustrent ce bel ouvrage nous ramènent à une époque révolue, non sans un sentiment nostalgique.

Ann Bandle

A lire : « Emile de Ribaupierre – Une famille au service de la musique » par Antonin Scherrer paru aux Editions Infolio.

«Musiciens d’autrefois» de Romain Rolland réédité

Romain_Rolland,_Meurisse,_1914Plus d’un siècle après sa parution, Actes Sud réédite Musiciens d’autrefois, un ouvrage qui expose une autre face de Romain Rolland, celle du musicologue. Excellent pianiste, sa passion pour la musique marquera son œuvre.

Après avoir publié Les origines du Théâtre lyrique, Histoire de l’Opéra en Europe avant Lully et Scarlatti, Vie de Beethoven, il s’est penché sur l’évolution de la culture musicale et ses formes dramatiques aux XVIIe et XVIIIe siècles. La réédition récente de Musiciens d’autrefois remporte le Prix des Muses.

Prix Nobel de Littérature (1916), Romain Rolland a lancé en France la vogue des romans cycles avec les dix volumes de Jean-Christophe. Il perd dès le début de la grande guerre son cher ami Charles Péguy. Rolland est alors en Suisse, où il a pris l’habitude de séjourner presque chaque année depuis 1882. Pour garder sa liberté et se mobiliser au service du pacifisme, il décide de rester en pays neutre. Jusqu’en juillet 1915, il travaille bénévolement pour l’agence des prisonniers de guerre à Genève. En novembre 1915, il publie plusieurs articles en faveur de la paix, réunis sous le titre Au dessus de la mêlée. Un plaidoyer pour la réconciliation future de l’Allemagne et de la France, qui lui vaut autant d’admiration (un prix Nobel), que de critiques et d’inimitiés. Avec la paix revenue, Rolland tente un retour en France en 1919 mais regagne vite la Suisse pour s’établir à Villeneuve en 1922. Sur la Riviera, il reçoit Stephan Zweig avec il correspond pendant près de trente ans, mais aussi Gandhi, Tagore, Gide, Istrati. Avec eux il rêvera de refaire le monde pour tenter de tirer les leçons de la grande guerre et d’en éviter une nouvelle.

L’envol de Sonia Araquistáin, une artiste flamboyante

mourirAprès avoir publié le portrait de Gustave Courbet dans « La Claire Fontaine », David Bosc se penche sur la destinée de Sonia Araquistáin, une artiste disparue tragiquement.

L’histoire est troublante. Sonia Araquistáin, vingt-trois ans, se suicide en sautant par la fenêtre de sa chambre un matin de septembre 1945, entièrement dévêtue. Elle vivait avec son père, ambassadeur d’Espagne, à Queensway, Bayswater.

Qui était Sonia Araquistáin, cette artiste mystérieuse dont on a jamais entendu parler? Disparue prématurément, elle a laissé peu de traces. Quelques articles parus à l’époque des faits n’éclairent guère sur les tourments qui l’ont précipitée dans le vide et attribuent son geste fatal à… un déséquilibre mental. Une hérésie pour le poète surréaliste Georges Henein qui lui rend un hommage bouleversant « …Pour que cette femme déploie l’éventail de sa chute, pour qu’elle gifle à jamais l’indolence de l’espace, pour que de son beau visage de cristal brisé, elle épouse la terre ferme, creusez… »

Dans « Mourir et puis sauter sur son cheval », David Bosc creuse les rares indices pour nous raconter cette femme si singulière. A travers un journal imaginaire, il reconstitue les moments émouvants de sa brève vie d’artiste, invente ses notes de lectures, ses projets et croquis inachevés. Sonia, que seul l’art apaise nous parle de sa passion « dans le dessin aucun trait n’est premier. Il n’y a pas de point final. …» avant de détailler « j’ai commencé un nouveau portrait de papa dans son fauteuil, je n’ai fait que l’oreille,… et ce matin, j’ai compris que je ne dessinerai plus de visages. J’ai d’abord dédoublé l’oreille symétriquement, en papillon, en adoptant le rythme des circonvolutions de la chair et du cartilage ».

Sans se soucier de l’heure ou du temps qui passe, Sonia erre de plus en plus tard dans la nuit, dévalant les ruelles londoniennes, tourbillonnant au gré de ses envies comme exaltée par une soif de liberté inassouvie. Au détour d’un chemin, elle nous glisse quelques confidences sur ses amants comme ce jeune Hongrois qu’elle a écouté pendant des heures, se laissant envelopper par cette langue « aux propriétés de parfum ».

« Je ne sais à peu près rien de la vraie Sonia, Sonia Araquistáin, des bribes, ce ne sont ici que fantaisies.… » reconnaît David Bosc. La vraie Sonia est pourtant bien présente. Une photo d’elle, à la dernière du livre, nous montre une jeune femme aux traits harmonieux, un beau visage pâle, des yeux qu’elle aurait aimé bleus. La tête légèrement baissée, elle sourit. Une belle fin pour ce roman brillant et intense.

David Bosc est né en France et vit à Lausanne depuis de nombreuses années. Il a également brossé le portrait de Gustave Courbet, « La Claire Fontaine » publié en 2013 , sélectionné pour le Prix Goncourt et lauréat du Prix Marcel-Aymé, du Prix Fédéral de littérature et du Prix Thyde Monnier de la SGDL.

Ann Bandle

 

Capucine, la plus belle fleur de Lausanne ressuscite par la grâce de…Blaise Hofmann

Capucine-Blaise_Hofmann-livre-couverture-480x240La génération Instagram trouvera son compte dans le dernier roman de Blaise Hofmann : « Capucine », cette biographie d’une star oubliée d’Hollywood qui s’est donnée la mort à Lausanne dans les années 90. Retour sur une étoile filante, amie d’Hubert de Givenchy et d’Audrey Hepburn, partenaire de John Wayne, Dick Bogarde ou Alain Delon. Même les étoiles sont mortelles. Sauf quand un romancier leur redonne vie. Et c ‘est bien ce qui arrive à la comète «Capucine» que l’écrivain Blaise Hofmann, ressuscite pour notre plus grand plaisir.

Capucine ? Un nom qui ne vous dit rien. A oui, peut être si vous êtes Lausannois, habitant du quartier dit sous-gare et que vous avez très, vraiment très bonne mémoire, vous souvenez alors peut-être du suicide, il y a déjà bien longtemps d’une femme de 62 ans. Elle s’était jetée à la fenêtre de son immeuble du 6 chemin de Primerose, à Lausanne. Elle avait été dit-on très célébre. Un fait divers tragique qui remonte à déjà plus de…25 ans. Une histoire bien triste, oubliée depuis belle lurette.

Pas pour Blaise Hofmann, qui à travers un journal fictif nous fait revivre Capucine. Un drôle de nom pour une étoile. Capucine s’appelait de son vraie nom Germaine Lefebvre, elle fut bien une star des années 50, 60 et 80, de la mode et du cinéma, à Paris et Hollywood. Capucine? Sur la couverture du « Elle « de mars 1953, on la retrouve sous l’objectif de Georges Dambier, puis de Vogue France en juillet 1954 avec le photographe Henry Clarke. Belle, lumineuse, une silhouette longiligne, rien évidemment d’une femme banale. Egérie des grands couturiers Fath, Balmain, Dior et surtout d’Hubert de Givenchy. Partenaire de cinéma de Romy Schneider, John Wayne, Peter Sellers, Peter O’Toole, Dirk Bogarde, Alain Delon….dirigée par Frederico Fellini, Charles Vidor, Blake Edwards, Joseph Mankiewicz, amie d’Audrey Hepburn, de son vivant Capucine avait su bien s’entourer et choisi avec discernement ses rôles. Dans sa filmographie figure de nombreux classiques : « L’Aigle à deux têtes », « Le Bal des adieux », « La Panthère Rose », « Le lion »,   « Quoi de neuf, Pussy Cat ? » , « Le triomphe de Michel Strogoff », « Satyricon »…. Alors comment peut-on déjà avoir oublié Capucine en 2016? Trop d’ amants disparus. Pas d’enfant, pas de descendant pour entretenir sa mémoire. Pourtant Capucine méritait bien un retour sur sa vie aussi glorieuse que tragique.

En quelques 200 pages, Blaise Hofmann part sur les traces d’une jeune fille, à la valise pas très rangée, qui de Saumur à Cinecitta, a su se frayer un chemin des caves de Saint-Germain-des-Prés à Hollywood. Capucine n’était pas Juliette mais derrière son beau sourire, la femme fleur cachait les blessures d’une enfance cabossée et quelques autres secrets. C’est ce que vous découvrirez en vous plongeant dans ce récit lucide et cruel, qui a de quoi secouer la génération Instagram sur les misères de la célébrité et l’immortalité de l’amour fou.

Béatrice Peyrani

 

Audrey Hepburn: «Un instant de grâce »…en Suisse aussi.

71PrgWnDQyL._SL1240_C’est à Dublin, en Irlande, que se déroule l’histoire du dernier roman de Clémence Boulouque : « Un instant de grâce ». Mais, c’est en Suisse que son héroïne, l’actrice Audrey Hepburn, avait retrouvé le bonheur dans les prés avec ses enfants, non loin de Morges.

Dans « Un instant de grâce », qu’elle publie ces jours ci chez Flammarion, Clémence Boulouque imagine les retrouvailles d’un homme et de sa fille après trente ans d’absence. Le père est un déserteur de la vie. Il a flirté autrefois avec le nazisme. Un mauvais jour de mai 1935, il a quitté femme et enfant. Il est aussi taiseux que sombre. Sa fille, justement, il la retrouve pour la première fois, en cet été 1964. Elle s’appelle Audrey Hepburn. C’est l’actrice lumineuse et virevoltante de « Vacances Romaines », « Sabrina » ou « Diamants sur Canapé ». C’est une star, une vraie.

Le mari d’Audrey à l’ époque, l’acteur Mel Ferrer a organisé la rencontre, raconte Clémence Boulouque, dans un salon de l’hôtel Shelbourne, le plus chic et discret de Dublin. Ce petit monde sera à l’abri des journalistes et paparazzi qui épient les moindres faits et gestes de la sublime actrice.

Pourquoi alors face à Joseph Victor Anthony Ruston Hepburn, Audrey se sent elle si illégitime? Elle, l’icône d’Hollywood, l’actrice Oscarisée? La fille du renégat ne serait elle en réalité qu’une danseuse ratée ? Une usurpatrice qui aurait tout simulé  : élégance, talents, amour de la vie.

L’amour de la vie, Audrey Hepburn, l’a arraché avec une volonté de fer, trop heureuse d’avoir douté du bonheur en vain. « Les gens, plus encore que les objets, doivent être restaurés, réhabilités. Il faut leur redonner vie, les faire revenir à soi, et leur pardonner : ne jamais jeter quiconque », lance t elle à un journaliste. Le pardon l’a-t-elle sauvé ? Mystères d’une résilience.

Clémence Boulouque dessine au fil de la rencontre entre Joseph et Audrey l’incroyable destin d’une jeune fille de bonne famille, rescapée de la guerre, devenue reine d’Hollywood, mais pas seulement. Elle raconte les blessures et les fêlures d’une orpheline ressuscitée. Ressuscitée non par la gloire mais la grâce. « La grâce comble, mais elle ne peut entrer que là où il y a un vide pour la recevoir, et c’est elle qui fait le vide. », écrit Simone Weil.

Touchée par la grâce, la vraie Audrey Hepburn n’a plus jamais voulu douter du bonheur. Comme si la survivante des horreurs de la guerre, n’avait pas d’autre choix que d’être heureuse. Le bonheur, elle avait décidé de l’empoigner à bras le corps. Le bonheur, elle avait choisi de le vivre en Suisse, un pays, interdit de guerre, libre de tout enfermement. De sa maison à Tolochenaz prés de Morges, elle avait fait un refuge pour ses deux enfants. Un refuge qu’elle avait appelé « La Paisible ». Sauvée, la colombe n’avait pas pour autant oublié les orphelins de la guerre.

Nommée Ambassadrice itinérante de l’Unicef en 1989, l’actrice a consacré les dernières années de sa vie à se mobiliser pour eux sur tous les continents. Audrey Hepburn repose en paix depuis 1993 dans le cimetière de Tolochenaz.

Béatrice Peyrani

 

La leçon de flûte de Jacques-Etienne Bovard

51F9AZHQQ2L._SX272_BO1,204,203,200_Son titre intrigant laisse d’emblée présager le malheur. En vérité, le roman de Jacques-Etienne Bovard est un manifeste à la générosité.

Tout commence par les turpitudes d’une concierge hystérique –  persuadée du bien-fondé de ses agissements  – qui sèment la discorde. Rien n’échappe à cette gardienne angoissée qui veille avec assiduité au respect du règlement, surveille faits et gestes des locataires, tous âgés et comme abandonnés dans un immeuble en décrépitude, voué à une destruction prochaine.

La solitude des aînés

Au fil des pages, on découvre les souffrances, la déchéance de ces vies qui ne tiennent plus qu’à un souffle, la solitude aussi. Tout cela, c’était avant l’arrivée de Gilles, un jeune étudiant, trahi, cocu, jeté à la rue et désormais locataire du trois pièces au dernier étage. Attentif, il anticipe les besoins des uns et des autres, se rend utile… mais agace la concierge qui s’estime dépossédée de ses tâches, humiliée.

Un Guadagnini, violon inestimable

Son voisin de palier, un octogénaire violoniste, ne s’est pas fait prier. Sans façon, il invite Gilles à dîner, rapidement il est question de violon, le sien, instrument sublime, un Guadagnini, inestimable à ses yeux non pas pour son prix exorbitant mais pour tous les souvenirs qu’il recèle… Il le donne à Gilles, à lui piètre musicien, l’émotion est vive. Il a tout à apprendre, et ce sera la première des multiples leçons, des rendez-vous quotidiens qui feront naître une amitié profonde entre ces deux êtres esseulés.

L’auteur décrit de son écriture limpide les envolées musicales de l’instrument « la rigueur du manche, l’aigu des éclisses, le tranchant des cordes ployées sur la lame du chevalet n’exprimaient plus l’intransigeance de naguère mais quelque chose de léger, d’aérien, de prometteur… ». C’est beau.

Jacques-Etienne Bovard figure parmi les écrivains romands les plus lus. Il est l’auteur de seize romans et nouvelles qui s’inspirent des paysages et des mentalités de la Suisse romande. Une leçon de flûte avant de mourir a été publié par l’éditeur Bernard Campiche en 2009.

Ann Bandle

« Pas de dernier métro » pour le couturier Robert Piguet

CPiguet_couv_BD_391txgd 2inquième enfant d’une dynastie suisse d’hommes politiques et de banquiers, l’enfant rêveur d’Yverdon a créé l’une des maisons de couture les plus en vue du Paris des années 30. Ami du poète Jean Cocteau, ce défricheur de talents a fait débuter dans ses ateliers les jeunes Christian Dior et Hubert de Givenchy. Ce n’est pas le moindre talent du styliste helvétique. Cinquante ans après leur création ses parfums « Bandit » ou « Fracas » connaissent encore le succès! Une biographie la première du genre, illustrée par de superbes photos et dessins rend hommage à ce timide surdoué.

Novembre 1940, les élégantes parisiennes se pressent en vélo taxi au 3 Rond Point des Champs Elysées pour découvrir la dernière collection de Robert Piguet, l’un des couturiers les plus adulés de l’époque. Robert Piguet est né à Yverdon en Suisse, il appartient à une vénérable famille de banquiers et d’hommes politiques, mais à Paris, il est surtout reconnu comme l’un des créateurs les plus lancés de la capitale, ami du poète Jean Cocteau et du génial décorateur Christian Bérard.

En cet automne 1940, la guerre prive la France d’essence. Les aristocrates et grandes bourgeoises parisiennes ne peuvent plus faire fonctionner leurs automobiles Bentley ou Packhard mais qu’importe, les belles accourent dans les salons de la maison de Haute Couture pour admirer les nouvelles robes du soir créées par le Maître et baptisées «  Boléro », « Noël », « Béatrice » ou « Espoir ». Tout un programme….

Contrairement à Coco Chanel qui a préféré fermer sa maison dès 1939, Piguet, comme Lanvin, Worth, Paquin, Molyneux, Lelong, Schiaparelli ou Balenciaga vont maintenir l’activité de leurs maisons. Un pari risqué, critiquable mais qui s’explique semble-t-il surtout pour Robert Piguet par son souci de ne pas mettre à la rue ses employés. Près de 300 personnes travaillent directement pour lui. Les ventes de l’été 1939 ont été bonnes pour l’ensemble des maisons parisiennes et les clientes ont continué de commander comme pour conjurer les incertitudes du temps. Robert Piguet lui continue de surprendre. Aussi réaliste qu’imaginatif, il a dessiné pour sa collection automne 1939 le très remarqué et pragmatique modèle « Saute en Cave », combinaison de lainage gris avec pèlerine à capuchon, transformable en…couverture.

Malgré l’époque trouble et morose, le couturier suisse connaît toujours le succès nous apprend Jean-Pierre Pastori, auteur de la première biographie consacrée à Robert PiguetUn prince de la mode, qui vient de sortir aux éditions de la Bibliothèque des Arts. Avec ses modèles «Permission», «Service Secret» ou «Dernier Métro», Piguet agite les gazettes, mais il n’est pas dupe. «Il y a encore deux trois folles pour penser à leurs robes, mais leur nombre va décroissant», écrit-il à une de ses amies.

Comme des millions de Français, lorsque l’invasion a eu lieu, les couturiers ont pris d’abord le chemin de l’exode, tentant pour beaucoup de s’installer à Biarritz, mais après la débâcle, ils sont vite revenus à Paris même si la vie commence à y être difficile. De son coté, l’occupant nazi souhaite faire de Berlin la nouvelle capitale de la mode et entend y …transférer les couturiers établis dans la capitale pour réaliser ce nouveau dessein. Que nenni, les créateurs parisiens, Lucien Lelong, en tête font la sourde oreille. Les sanctions sont immédiates pour tous, rationnement et contingentements des tissus et des matières premières. Piguet continue donc vaille que vaille, tentant d’abord de vendre ses collections en zone libre à Cannes ou Lyon puis travaillant par la suite souvent…gratuitement pour ses amis artistes.

Ainsi Robert Piguet donne -t-il un coup de main son ami Jean Marais pour les costumes de Britannicus, présenté sur la scène des Bouffes Parisiens ave Serge Reggiani et Gabrielle Dorziat. Très lié avec le décorateur de théâtre Christian Bérard, en 1934 Piguet avait déjà mis à la disposition de celui-ci ses ateliers pour la fabrication des maquettes de « La Machine Infernale » de Jean Cocteau. Pendant la guerre et après la guerre, Robert Piguet va habiller de nombreuses actrices sur scène et à la ville comme Michèle Alfa, Arlette, Marie Déa, Jeanne Moreau ou Edwige Feuillère.

A la différence d’une Chanel ou d’un Christian Dior, que Piguet a fait débuté en 1938 (il n’y restera que pour trois collections, étant mobilisé en 1939), le style Piguet s’est lentement effacé des tablettes de la Haute Couture, peut-être par excès de créativité comme le note le Figaro en novembre 1937 : « à chaque nouvelle collection, Robert Piguet tourne résolument la page; il enrichit la mode d‘aspects originaux et met le chroniqueur en face d’idées neuves…». Mais il aura su flairer le talent des plus grands comme Hubert de Givenchy qui lui aussi aura débuté chez cet esthète aussi élégant que discret. «Le style Piguet était sobre, simple, raffiné, le vrai bon goût », écrit ce dernier dans la préface de l’ouvrage de Jean-Pierre Pastori. «Piguet savait qu’il n’y a d’élégance que dans la simplicité et me l’apprenait. Je lui dois beaucoup, et tout d’abord de m’avoir fait confiance alors que j’avais encore très peu d’expérience», reconnaît pour sa part Christian Dior, le créateur du New Look , dans ses mémoires. Belle reconnaissance de la part de deux des plus grands couturiers du XXème siècle !

Malade, Robert Piguet décide en 1951, faute de successeur idéal de fermer sa maison pourtant très prospère, il meurt à l’hôpital cantonal de Lausanne, le 21 février 1953. Mais cinquante ans plus tard son nom continue de briller sur les étagères des parfumeries du monde entier avec ses fragrances au nom aussi espiègle et inattendu que « Bandit » ou « Fracas ». Des noms aussi non conformistes et iconoclastes que leur créateur. Sacrée revanche pour l’ancien écolier rêveur de l’Ecole Nouvelle de Lausanne !

Béatrice Peyrani

Pour en savoir plus : Robert Piguet Un Prince de la mode – Jean Pierre Pastori, préface de Hubert de Givenchy

Défilé de mode à la Maison Robert Piguet:

 

 

Juliette Récamier ou l’art de la séduction

Juliette_Récamier_(1777-1849)Dans la récente biographie, L’art de la séduction, l’historienne Catherine Decours présente un portrait loin d’être flatteur sur celle qui fut la plus belle femme de son temps, Juliette Récamier. Entourée de soupirants dont les espoirs sont rarement éconduits, elle fait beaucoup souffrir « les anges aussi ont leur cruauté, narcissique, cet ange-là jouissait de son pouvoir sur autrui »  comme le note à ses dépens Benjamin Constant.

Muse et mécène, Juliette Récamier est la reine des salons parisiens du XIXème siècle. Sa beauté légendaire autant que son esprit charment les plus grands hommes de son époque. La liste est impressionnante :  Ampère, Benjamin Constant, Lucien Bonaparte, Auguste de Prusse, Saint-Beuve, Victor Hugo et, au-dessus de la mêlée, René de Chateaubriand avec qui elle noua une liaison de près de 30 ans.

Durant ses multiples voyages en Suisse, la belle Juliette séjournait chez Germaine de Staël au Château de Coppet, où elle disposait d’une chambre attitrée. Et c’est au sein du cénacle d’intellectuels qui entourait son amie qu’elle rencontra pour la première fois Chateaubriand. Comme tant d’autres avant lui, l’écrivain fut bouleversé par sa beauté. De Coppet à Paris, ils se reverront grâce à l’initiative de Germaine de Staël. La suite est une romance qui dura jusqu’au dernier jour de Chateaubriand…

Ann Bandle

Juliette Récamier – L’art de la séduction – Catherine Decours publié aux Editions Perrin

Pourquoi la Suisse est le pays le plus heureux au monde

Selon l’historien François Garçon*

534A4D7C7C393739313032313030373436387C7C434F50Damier : Pourquoi avez-vous écrit « La Suisse, pays le plus heureux du monde » 

François Garçon : Pour une double raison. La première, est une blessure d’enfance probablement jamais cicatrisée. Suisse par mon père, mais Français par ma mère, je n’ai cessé d’entendre des remarques désobligeantes sur la Suisse de la part d’un oncle maternel. Enfant, j’étais blessé de subir des moqueries sur l’accent traînant des Suisses romands et autres stupidités du même tonneau mais, en l’absence de mon père, je n’étais pas en âge de me défendre sur le sujet. Plus tard, devenu adulte, j’ai continué à être sidéré par l’imbécilité du personnel politique français sur la Suisse. Souvenez-vous du remue-ménage de Nicolas Sarkozy à Interlaken en mai 2014 : il venait d’être battu aux élections présidentielles et, en visite dans la Confédération, un pays voisin et ami, où 150’000 Français frontaliers viennent tous les jours travailler, il s’offrait le luxe de critiquer le système politique suisse et plus particulièrement sa présidence tournante. Quelle arrogance de la part d’un ancien chef de l’Etat français de célébrer un modèle présidentiel français (alors que le pays est en quasi faillite) et de critiquer le soi-disant archaïsme de la gouvernance helvétique où sept conseillers fédéraux se repassent à tour de rôle la présidence ! Prestation carrément surréaliste pour qui veut bien se souvenir que la Suisse est l’un des pays les plus prospères du monde : avec un taux de chômage de moins de 3%, un salaire médian de près 6000 euros, une démocratie directe participative qui fonctionne.

Damier : Depuis la visite de François Hollande en Suisse en avril dernier, les relations franco-suisses se sont améliorées ? 

François Garçon : Il est sans doute le premier président français à s’intéresser sincèrement à la Suisse. Mais pour les médias comme pour la classe politique française, la Suisse doit toujours et encore sentir le souffre et rimer avec corruption, évasion fiscale, islamophobie…

Damier : Il est vrai que la presse française s’est plus appesantie sur le dossier des évadés fiscaux en Suisse que sur le réel contenu de la visite de François Hollande, qui avait pourtant consacré une large partie de son voyage à Zurich au contrat d’apprentissage.

François Garçon : Oui, l’apprentissage des jeunes, qui fait – entre autres – la force de l’économie suisse, est boudée par les médias français qui préfèrent faire et refaire le nième sujet sur un membre de l’establishment français plutôt que de se pencher sur ce dossier et de voir comment le système suisse surpasse le modèle d’apprentissage en France bien entendu, mais aussi en Allemagne ou en Grande Bretagne. Je me suis heurté au refus de grandes chaînes françaises quand je leur ai proposé d’enquêter sur ce sujet. Pas assez vendeur pour eux ! Leur politique éditoriale est irresponsable. Près de 150’000 jeunes sortent du système scolaire français illettrés et sans formation. Ils sont autant de bombes à retardement dont les éléments les plus perturbés feront le voyage vers la Syrie. Espérons qu’ils y restent, et plaignons les Syriens ! Quant à l’aveuglement persistant des médias français sur le vrai visage de la Suisse, pays dynamique et innovant, qui a su recréer des emplois industriels (57’000 entre 2005 et 2008) avec un niveau de salaire élevé, là encore rien de nouveau. La Suisse reste attractive et pas pour sa seule attractivité fiscale, n’en déplaise aux politiciens français. Elle offre des infrastructures de qualité, sait former des personnels qualifiés grâce à un système éducatif performant à tous les niveaux. Anecdotiques pour les journaux français, qui s’enivrent toujours des mêmes sujets, ceux qui ont fait la prospérité médiatique de Jean Ziegler : l’argent sale, le trafic des banques, les fonds juifs en déshérence…Paradoxalement, la presse française dite de droite a encore plus peur de vanter les succès économiques de la Suisse. La presse française dans sa globalité reste parisienne et jacobine. Le modèle fédéral suisse et sa réussite ne sont pas des sujets pour elle. L’exotisme helvétique est suspect, suspecté d’être inintelligible pour le lecteur français. On est face à une vraie désinformation sur la Suisse sur fond de paresse intellectuelle et de nombrilisme franchouillard.

Damier : Néanmoins le vote du 9 février « sur la fin de l’immigration massive » et la politique du franc fort risquent de fragiliser le leadership suisse ?

François Garçon : Force est de constater que sur le volet du franc fort, les entreprises et leurs personnels ont su s’adapter. Certaines, très exportatrices, sont passées de 42 à 45 heures sans bruit ni murmure. On est loin du hooliganisme « à la Air France » pour améliorer la productivité des personnels les mieux rémunérés. Pour ma part, je suis confiant sur l’adaptabilité et l’intelligence des Suisses. Le contentieux avec la Communauté économique européenne à propos de la libre circulation, me semble, lui, beaucoup plus complexe. Lors de la votation du 9 février, il est faux de dire que le pays s’est montré xénophobe. Les grandes villes comme Bâle, Genève, ou encore les cantons de Vaud et du Jura, où les taux d’immigrés avoisinent parfois les 45%, ont rejeté l’initiative. En revanche, c’est la Suisse des campagnes et des montagnes – où les étrangers sont pourtant peu nombreux – qui a plébiscité l’initiative, preuve que le pays intègre donc plutôt bien ses immigrés. Néanmoins la votation du 9 février a mis la Suisse en porte-à-faux vis-à-vis de ses engagements envers la Communauté européenne. Devant la Confédération se dresse désormais une sacrée paroi : les conseillers fédéraux vont devoir discuter avec des technocrates dogmatiques, jamais élus par leurs propres concitoyens. Le dialogue s’annonce compliqué, tout comme les solutions qui vont devoir être trouvées. Mais je fais confiance à l’administration suisse pour négocier des aménagements. La Confédération est une magnifique démocratie où les cantons et les administrations restent à l’écoute et au service de leur population. Il est vrai que les citoyens suisses ont en mains deux armes de destruction massive qui s’appellent le droit de référendum et l’initiative populaire. A bon entendeur, salut !

*Maître de conférences à l’Université Paris 1 où il a créé en 2006 le Master 2 professionnel Cinéma-Télévision-Nouveaux Médias – Docteur en histoire (Universités de Genève et d’Oxford -St Peter’s College), co-lauréat du prix d’histoire Gustave Ador, lauréat d’une bourse Besse (Oxford) et du Fonds National Scientifique suisse.

La Suisse, pays le plus heureux du monde », aux éditions Tallandier par François Garçon

Entretien réalisé par Béatrice Peyrani

Impressions de Jean-Jacques Rousseau sur Genève

41cxNMxlNgL._SY445_En passant à Genève je n’allai voir personne; mais je fus prêt à me trouver mal sur les ponts. Jamais je n’ai vu les murs de cette heureuse ville, jamais je n’y suis entré sans sentir une certaine défaillance de cœur qui venait d’un excès d’attendrissement. En même temps que la noble image de la liberté m’élevait l’âme, celles de l’égalité, de l’union, de la douceur des mœurs me touchaient jusqu’aux larmes et m’inspiraient un vif regret d’avoir perdu tous ces biens. Dans quelle erreur j’étais, mais qu’elle était naturelle ! Je croyais voir tout cela dans ma patrie parce que je le portais dans mon cœur. Jean-Jacques Rousseau – Les Confessions