Exceptionnel : La Fondation Martin Bodmer acquiert le manuscrit de la Lettre à d’Alembert de Rousseau

L’ouvrage de l’un des plus célèbres philosophes de la période des Lumières et citoyen de Genève est actuellement exposé au Musée Bodmer à Cologny.
Retour sur une acquisition rarissime.

Ce document autographe, qui revêt une importance considérable dans l’œuvre de Rousseau puisqu’elle se rapporte à Genève, sa ville natale, avait complètement disparu des radars de la bibliophilie. Après le décès du dernier possesseur connu, le mystère autour du précieux texte préoccupa longtemps les collectionneurs. C’est seulement en décembre dernier qu’il réapparut lors d’une vente aux enchères anonyme chez Christie’s à Paris. Une opportunité unique à ne pas manquer. « L’ouvrage est sans conteste celui qui concerne le plus étroitement Genève, sa religion, la question des théâtres » rappelle le directeur de la Fondation, Jacques Berchtold, professeur spécialiste de Rousseau. Grâce à l’exercice du droit de préemption, le manuscrit à teneur patrimoniale de Rousseau a pu échapper à une vente publique et rejoindre les joyaux de la bibliothèque Bodmer.

Une chance extraordinaire pour les Rousseauistes

La réapparition inattendue de la Lettre à d’Alembert, tracée sous la plume du philosophe, soulève une vive émotion, en particulier parmi les Rousseauistes. En cours de numérisation, elle sera bientôt accessible à tous et fera l’objet d’une édition critique et scientifique à paraître dans les Œuvres complètes de Rousseau aux Classiques Garnier. « C’est formidable que ce manuscrit retombe à nouveau dans une institution qui a vocation publique » s’enthousiasme Jacques Berchtold, également codirecteur de la collection.

De Montmorency à Amsterdam

C’est en résidence à l’Ermitage sur les terres du château de Montmorency au nord de Paris que Rousseau écrit sa Lettre à Monsieur d’Alembert en réponse à l’article sur Genève paru dans le tome 7 de l’Encyclopédie. Rappelons que d’Alembert avait questionné l’authenticité de la foi des croyances des pasteurs genevois et encouragé la suppression des lois anachroniques qui interdisaient le théâtre. Il prêchait pour une tolérance des comédiens : « Nos prêtres perdraient l’habitude de les excommunier et nos bourgeois de les regarder avec mépris… » Une aberration pour Rousseau qui s’insurge contre les propos de l’encyclopédiste n’hésitant pas à s’autoproclamer ambassadeur de Genève. Une réponse symbolique de Genève à Paris et qui parviendra de manière détournée à son destinataire. Et pour cause : En 1758, Rousseau envoie son manuscrit non pas à d’Alembert, mais à son éditeur-imprimeur genevois Jean-Michel Rey, établi à Amsterdam. Cette lettre, ainsi semi privée, le brouille avec d’Alembert et le fâche irrémédiablement avec Diderot et plus encore avec Voltaire, ardent défenseur du théâtre.

Première édition luxueuse

Le document original de la Lettre à d’Alembert comprend 79 feuillets numérotés, précédés d’une préface. L’écriture est appliquée et par définition aisée à la lecture. Quelques inévitables ratures, corrections, rajouts, et papiers collés avec phrases à intégrer passionneront les littéraires.

Vendue par souscription, la première édition de l’ouvrage, soigneusement reliée en maroquin, est certes coûteuse. Mais d’autres éditions plus petites et plus populaires suivront pour permettre à la pensée de Rousseau de résonner bien au-delà des cercles de privilégiés.

Ce manuscrit, dont on craignait la disparition, est désormais en lieu sûr, digitalisé et pérennisé. Il complète le fond de la collection « helvetica » de la Bibliotheca Bodmeriana, réunissant les auteurs suisses. Son acquisition par la Fondation Martin Bodmer est une heureuse issue qui, nul doute, aurait ravi Rousseau !

Ann Bandle

Pour en savoir plus : 

Musée Bodmer
Route Martin-Bodmer 19
1223 Cologny
Du mardi au dimanche de 14h à 18h
https://fondationbodmer.ch