Category Archives: INTERVIEWS

Pays de Vaud, Terre d’élection

L’historien vaudois Olivier Meuwly, directeur scientifique et coauteur du collectif « Histoire vaudoise » se penche sur la période mouvementée du début du XIX siècle, alors que le pays de Vaud est libéré de la tutelle bernoise et traverse de nombreuses réformes. Entretien en préambule à sa conférence du 26 septembre prochain à 20.00 au château de Germaine de Staël à Coppet.

La réorganisation du Canton de Vaud, libéré de la tutelle bernoise, a-t-elle permis un essor significatif ?
Olivier Meuwly: 
Une fois créé, le canton de Vaud a un triple objectif: prouver sa capacité à se débrouiller seul, sur le plan politique, économique et militaire. Il va déployer tous ses moyens pour l’atteindre… avec succès! Vaud s’attachera à s’afficher comme un partenaire fiable et loyal au sein de la Confédération, là aussi avec succès. Le canton de Vaud sera dès lors l’un des piliers de la Suisse entrain d’advenir.

Quels sont les personnages d’influence sur la scène politique vaudoise à l’époque de Germaine de Staël ?
Olivier Meuwly: Frédéric-César de La Harpe est un personnage important mais réside à Paris, d’où il tire les ficelles et d’où il oriente la révolution de 1798. Il est en retrait durant la période de la Médiation et revient au premier plan durant le Congrès de Vienne où sa proximité du tsar Alexandre lui permet de travailler pour le maintien de l’indépendance vaudoise. Mais il peut compter sur un trio de personnalités de grande envergure en terre vaudoise: ceux que l’on appelle les « Pères de la patrie », Jules Muret, Auguste Pidou et Henri Monod. Ce dernier, proche ami de La Harpe, jouera un rôle éminent.

Napoléon, l’ennemi de Germaine de Staël, est-il craint ou admiré ?
Olivier Meuwly: 
Napoléon est redouté partout… sauf dans le canton de Vaud. C’est Bonaparte qui, en édictant l’Acte de Médiation, a posé les bases de la Suisse fédéraliste moderne, consacrant la souveraineté vaudoise. Vaud devient un canton comme les autres, avec sa Constitution, son organisation. Les Vaudois ne l’oublieront pas.

Que vous inspire Germaine de Staël, en particulier son rôle de femme engagée en politique?
Olivier Meuwly: 
Germaine de Staël est indiscutablement la mère spirituelle du libéralisme qui émerge à son époque. Il serait passionnant de chercher dans les oeuvres de Constant et de Staël ce qui appartient en réalité à Benjamin ou à Germaine. Leur pensée s’est formée à travers  un enrichissement réciproque fascinant, dans une extraordinaire symbiose.

Réalisé par Ann Bandle pour les Rencontres de Coppet

Corinne ou l’Italie, le roman-fleuve de Germaine de Staël au titre singulier

corinneL’intrigue est digne d’un excellent thriller. Tout commence par une rencontre invraisemblable à Rome. Celle de Corinne, poétesse admirée pour son génie, et d’Oswald, lord anglais de passage dans la ville éternelle. Fasciné par l’esprit et la grâce de Corinne, il la suit dans les plus beaux endroits de Rome « on peut y découvrir un charme dont on ne se lasse jamais » jusqu’au jour où leur passé inconsciemment lié resurgit. S’ensuit un retournement de situation rocambolesque qui tient le lecteur en haleine… pendant plus de six cents pages.

Bien que l’héroïne « Corinne » ne soit pas née dans l’esprit de Germaine de Staël en Italie, mais à Weimar alors qu’elle assistait à une représentation de La Saalnix, l’ambiguïté du titre laisse songeur. Faut-il voir dans Corinne ou l’Italie un guide de voyage ou l’histoire d’une femme ? Michel Delon, professeur de littérature à l’Université Paris-Sorbonne et spécialiste du siècle des Lumières, nous répond :

La dualité du titre du roman Corinne ou l’Italie intrigue, que faut-il comprendre ?

Michel Delon : Le personnage de Corinne est une allégorie ou un symbole de l’Italie, l’histoire de sa vie de femme et de créatrice sert à s’interroger sur le destin d’un pays qui a été essentiel dans le devenir de l’Occident et qui, au tournant du XVIIIe au XIXe siècle, est morcelé et occupé par plusieurs puissances étrangères.

Corinne, l’héroïne principale du roman, mène une vie exceptionnelle en toute liberté. La société italienne était-elle plus permissive que celle des pays voisins au début du 19e siècle ?

Michel Delon : L’Italie est alors un pays marqué par l’emprise catholique et n’a rien de permissif, mais des coutumes comme celle du sigisbée troublent les voyageurs qui ont des difficultés à interpréter ces couples à trois. Corinne représente l’Italie, mais elle est britannique par son père, elle a fui en Italie et la liberté qu’elle revendique est plutôt une conquête personnelle.

Germaine de Staël y décrit avec passion l’effet enchanteur de la musique italienne « …de tous les beaux-arts c’est celui qui agit le plus immédiatement sur l’âme… » écrit-elle. Quelle est la source d’un tel engouement ?

Michel Delon : Corinne est poétesse et musicienne, elle improvise sur son luth. À la différence des arts plastiques qui s’adressent à la sensualité, la musique serait un art spirituel qui parlerait directement à l’âme sans pouvoir être traduite en mots ni en images.

Comment expliquez-vous la fascination qu’exerce Germaine de Staël près de deux cents ans après sa disparition ? 

Michel Delon : Nous redécouvrons aujourd’hui Germaine de Staël comme une femme qui a voulu concilier vie personnelle et vie publique, création artistique et engagement, passions amoureuses et réflexion intellectuelle, mais aussi libéralisme économique et cohésion sociale.

Découvrez la conférence de Michel Delon au Château de Coppet dans le cadre des Rencontres de Coppet.

Réalisé par Ann Bandle pour les Rencontres de Coppet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Délire passionnel d’un autre temps

41w0XsAkRTL._SY291_BO1,204,203,200_QL40_Deux cent ans après sa publication, Adolphe de Benjamin Constant continue de nous passionner. L’œuvre raconte la vraie misère du cœur humain. C’est du moins ainsi que son auteur l’a définie. Après avoir courtisé avec assiduité Ellénore, une belle polonaise mère de deux enfants, Adolphe est pris au piège de sa liaison étouffante y rencontrant encore du plaisir mais n’y trouvant plus de charme. Or que faire contre un sentiment qui s’éteint.

Malgré les reproches mutuels, les scènes parfois violentes, il ne parvient pas à rompre car rien n’altère l’amour que lui porte Ellénore. Tandis qu’il la délaisse, elle s’attache de plus en plus jusqu’à en perdre la raison. Au bord de l’abîme, elle sombre dans un délire sans retour «elle voulut pleurer, il n’y avait plus de larmes; elle voulut parler, il n’y avait plus de voix…» Une fin tragique pour cette histoire à l’apogée du romantisme, qui nous rappelle celle de l’héroïne Corinne de Germaine de Staël.

Aujourd’hui encore, on s’interroge sur la part autobiographique du roman. François Rosset, professeur et ancien doyen de la Faculté de lettres de l’Université de Lausanne, nous éclaire sur certaines mésinterprétations :

Photo_SiteQuelles sont les femmes qui ont inspiré à Benjamin Constant le caractère d’ « Ellénore » ? Mme de Staël aurait perçu qu’elle en était l’un des modèles… ?

François Rosset : La première chose à dire à propos d’Adolphe mais aussi de Corinne, c’est que ce sont des romans, des œuvres littéraires, c’est-à-dire des univers de récréation; ce ne sont pas des chroniques mondaines, ni non plus des transpositions autobiographiques simplistes. Germaine de Staël n’est ni plus, ni moins présente dans le filigrane du personnage d’Ellénore que les autres femmes que Benjamin Constant a rencontrées, désirées et aimées ou que certaines figures féminines de fiction qu’il a rencontrées dans ses lectures. Mais c’est une chose que le public, gavé de « peopleries », a beaucoup de peine à comprendre; et c’était déjà le cas à l’époque. C’est pourquoi, si Germaine de Staël s’est offusquée, ce n’est pas tant à la lecture du roman de Constant qu’elle connaissait très bien, mais à cause des ragots qui ont commencé à circuler à la publication d’Adolphe en 1816 et qui l’identifiaient à Ellénore. Elle n’était pas seulement touchée personnellement par ces interprétations triviales, mais aussi en tant qu’écrivaine, déçue de la mécompréhension qui affecte trop souvent les œuvres littéraires.

Lors des lectures d’Adolphe devant divers publics, les femmes ont toutes fondu en larmes. Le roman est-il révélateur des tourments relationnels de l’époque ? 

François Rosset : Les larmes sont une forme d’expression omniprésente dans le champ littéraire et social de la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Elles sont le signe, l’extériorisation de la sensibilité, non pas une marque de sensiblerie comme on aura tendance à les interpréter plus tard. Si des femmes (mais aussi des hommes) ont pleuré en assistant à des lectures publiques d’Adolphe ou dans l’intimité de la lecture personnelle, il n’y a rien d’extraordinaire. Ce qui est intéressant, c’est que des témoins aient relevé explicitement ces torrents de larmes. Il faut d’abord y voir le signe que le texte touchait les contemporains et que la réponse « sensible » des lecteurs ou des auditeurs trouvait à s’exprimer par ce langage-là. C’est moins une affaire de « tourments relationnels » qui seraient plus ou moins intenses à une époque donnée qu’une affaire de formes d’expression des affects humains. Et à cette époque, les larmes sont particulièrement opératoires dans ce sens.

Les héroïnes « Corinne » de Germaine de Staël et « Ellénore » de Benjamin Constant ont toutes deux une fin tragique. Un dénouement heureux pour les amants aurait-il été contraire aux mœurs et heurté l’opinion publique ?   

François Rosset : Comme cela a déjà été dit, nous avons avant tout affaire à des œuvres littéraires ambitieuses, écrites à une époque où la hiérarchie des genres est encore solidement ancrée dans le modèle classique; là, la tragédie et le tragique sont les plus valorisés. Un dénouement heureux pour ces œuvres aurait peut-être contenté des lecteurs naïfs, mais il aurait surtout eu pour conséquence de saboter le projet esthétique de ces œuvres. On parle de Germaine de Staël, pas de Barbara Cartland!

Ces deux romans ont-ils été écrits pour surmonter les déceptions amoureuses de leurs auteurs en se libérant de sentiments douloureux sans pour autant se dévoiler ?

François Rosset : On ne doit évidemment pas négliger la part d’autothérapie que tout écrivain place dans son activité créatrice, mais on aurait tort aussi de réduire ces deux œuvres complexes et magnifiques à des histoires d’amours malheureuses. L’investissement que leurs auteurs y ont placé ne concerne que pour une part (pas forcément principale selon moi) la question des sentiments contrariés ou des malheurs de cœurs mal ajustés. Il y a, dans Adolphe, une réflexion d’une acuité impitoyable sur la puissance et les méfaits potentiels du langage, alors que Corinne déploie tout l’éventail des préoccupations politiques, sociales, anthropologiques artistiques et culturelles de Germaine de Staël. Au reste, à supposer qu’on puisse connaître de façon fiable le projet réel de ces deux auteurs, il faudrait toujours ajouter que les grandes œuvres sont grandes justement parce qu’elles dépassent leur projet.

Benjamin Constant s’est-il décrit dans certains traits de personnalité d’ « Adolphe » ?

François Rosset : Là, il est possible de répondre affirmativement à la question. Mais le personnage d’Adolphe ne ressemble pas à Constant en tant qu’amant cruel par son indécision, ses atermoiements, ses maladresses, son égocentrisme, mais, plus généralement, en tant que cet homme tourmenté par sa propre fragilité, les contradictions de ses affects, l’inconséquence de ses agissements. Toute son œuvre intime est une longue série de variations sur ce motif; et cette instabilité concerne aussi bien la vie amoureuse que certains projets intellectuels, sans cesse recommencés (comme l’immense ouvrage sur la religion) ou la forme des engagements politiques (non pas le fond d’idées, qui, lui, est stable).

Pour en savoir plus : Conférence de François Rosset le mardi 6 septembre 2016 à 20h00 «L’orage perpétuel : Corinne de Germaine de Staël et Adolphe de Benjamin Constant » au Château de Coppet – entrée libre, inscription recommandée

Interview réalisé par Ann Bandle pour Les Rencontres de Coppet

La Littérature du Nord : Goethe et Mme de Staël

9782213654515FSEntretien avec Jacques Berchtold, directeur de la Fondation Martin Bodmer, sur l’ouvrage De l’Allemagne, publié par Germaine de Staël à l’issue de ses rencontres avec les plus grands romanciers et philosophes allemands de l’époque.


De l’Allemagne
 est-il un vaste plaidoyer en faveur de la vie culturelle germanique ?

Jacques Berchtold : Dans De l’Allemagne (1813), Mme de Staël, qui s’adresse au lectorat français, met en relation contraste les cultures respectives de la France et de l’Allemagne, en définissant leurs traits caractéristiques. Cet ouvrage revêt une importance capitale : il vise à rendre accessible à un large public français la connaissance de la littérature allemande. Le panorama offert est évidemment stylisé ; l’ouvrage donne de la pensée allemande moderne et contemporaine une certaine image partielle et partiale ! En rupture par rapport aux poncifs et préjugés conventionnels (une Germanie gothique et rugueuse), cette étude d’ensemble est sans précédent et a de toute manière le grand mérite de présenter à la patrie de Pascal, Descartes et Malebranche, une image du voisin du Nord qui détone, et notamment certains philosophes modernes très originaux (Fichte, Kant, Hegel), à côtés des dramaturges, romanciers et poètes. Bientôt l’anglophilie du 18e siècle cédera la place à un nouvel engouement pour la philosophie venue d’Allemagne.

L’estime qu’éprouvent l’un pour l’autre Germaine de Staël et Goethe naît-elle d’une certaine communion de pensée ?

Jacques Berchtold : Germaine de Staël a lu et commenté des ouvrages de Goethe et elle le rencontre à Weimar en 1804. Elle a déjà intériorisé un auteur à partir de la lecture enthousiaste de quelques-uns de ses ouvrages. Quand elle court pour le rencontrer elle s’attend à trouver un être passionné et écorché à l’image du personnage de Werther et doit déchanter sur ce point : Goethe lui apparaît comme froidement équilibré. Néanmoins elle admet volontiers que tel qu’il est, jouissant de recul et de distance par rapport à ses créations, il incarne le génie de l’Allemagne le plus accompli. Elle admire sa force imaginative qui le place au rang de Dante. Procédant volontiers de façon comparative, elle juge la conversation de son champion allemand supérieure à celle de Diderot et comprend que la scène des sorcières de Faust représente un exercice d’émulation réussi à l’égard de la scène analogue, en anglais, de Macbeth. Il n’y a pas de relation en miroir : de son côté Goethe, s’il a admiré Adolphe de Benjamin Constant, est beaucoup plus mesuré dans son appréciation de Mme de Staël.

Les réflexions de Goethe sur l’appauvrissement culturel et la disparition progressive du sens des valeurs sont-elles d’actualité dans le monde d’aujourd’hui ?

Jacques Berchtold : Goethe perçoit, dans les atermoiements de Hamlet (dans la pièce de Shakespeare), lui qui accumule des discours et retarde sans cesse l’exécution de son devoir de vengeance, la décadence d’un Occident guetté par l’exacerbation exagérée de la réflexion, au détriment du passage à l’action. De façon analogue, Faust est rencontré par le lecteur au moment où, au terme d’une portion de vie considérable vouée à l’accumulation de savoirs, il prend la mesure de l’inanité de celui-ci, de son impuissance et du fossé qui le sépare de la vie réelle. Goethe est le plus formidable puits de science qui soit mais il exprime partout sa prudence face à un optimisme béat par lequel on serait tenté (les Lumières françaises) de fonder un idéal de Progrès dans un entassement de connaissances mal encadré. Pour Goethe, le bagage culturel est un formidable outil qui permet de mieux comprendre la complexité des enjeux des mutations en cause dans la réalité politique et sociale la plus contemporaine. Goethe nous invite à ne pas perdre cette richesse et au contraire à l’accroître en comprenant mieux le prix des passerelles culturelles par lesquelles les littératures des différentes nations et des différentes langues, communiquent entre elles : si elles sont prises en compte, les diversités culturelles font la preuve qu’elles enrichissent un tout unitaire commun (Weltliteratur) et nous aident à explorer des voies nouvelles à leur tour efficientes.

Que vous inspire Germaine de Staël, en particulier son rôle comme femme écrivain ?

Jacques Berchtold : Mme de Staël est sans conteste une pionnière dans le domaine de la méthodologie de la curiosité et de l’interprétation littéraires. Par des ouvrages engagés et marquants, elle milite en faveur d’une approche consistant à comprendre préalablement la littérature dans le contexte de l’histoire des mentalités et de l’approche sociologique globale. Elle est sans conteste précurseur. À l’époque où elle le fait, le souci, de la part d’une Française, de réhabiliter, aux yeux des Français, les littératures du Nord, traduit un courage intellectuel qui ne doit pas être sous-estimé. De façon analogue, Goethe élargit considérablement l’horizon culturel de ses compatriotes lorsqu’il les invite à découvrir les littératures de l’Arabie, de la Perse et de l’Extrême-Orient. Mais Mme de Staël est de surcroît une femme. Dans un monde où les débats intellectuels sont traditionnellement dominés par les hommes, une « femme savante » qui revendique le droit de réfléchir, d’élaborer des ouvrages de réflexion et de participer au débat public et politique sur la culture, savait qu’elle allait rencontrer de gros obstacles. Le mépris exprimé par Napoléon et la censure qui a frappé De l’Allemagne lors de sa publication en sont des témoignages éloquents.

Portraits_JB-0428-2Jacques Berchtold Ancien élève du collège Calvin et de l’Université de Genève, il enseigna (1984-2000) la littérature française de la Renaissance au XIXe siècle dans les Universités de Berne, Genève, Yale et Johns Hopkins avant de devenir pensionnaire de l’Institut suisse de Rome. Professeur de littérature française du XVIIIe siècle à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (2001-2008), il obtient une chaire dans la même discipline à l’Université de Paris-Sorbonne (2008-2014). Il fut aussi professeur invité à Harvard en 2011. Il reçoit en 2014 la distinction, Chevalier de l’ordre des Palmes académiques.

Entretien réalisé par Ann Bandle pour Les Rencontres de Coppet

voir aussi les conférences organisées par Les Rencontres de Coppet en 2016

Pourquoi la Suisse est le pays le plus heureux au monde

Selon l’historien François Garçon*

534A4D7C7C393739313032313030373436387C7C434F50Damier : Pourquoi avez-vous écrit « La Suisse, pays le plus heureux du monde » 

François Garçon : Pour une double raison. La première, est une blessure d’enfance probablement jamais cicatrisée. Suisse par mon père, mais Français par ma mère, je n’ai cessé d’entendre des remarques désobligeantes sur la Suisse de la part d’un oncle maternel. Enfant, j’étais blessé de subir des moqueries sur l’accent traînant des Suisses romands et autres stupidités du même tonneau mais, en l’absence de mon père, je n’étais pas en âge de me défendre sur le sujet. Plus tard, devenu adulte, j’ai continué à être sidéré par l’imbécilité du personnel politique français sur la Suisse. Souvenez-vous du remue-ménage de Nicolas Sarkozy à Interlaken en mai 2014 : il venait d’être battu aux élections présidentielles et, en visite dans la Confédération, un pays voisin et ami, où 150’000 Français frontaliers viennent tous les jours travailler, il s’offrait le luxe de critiquer le système politique suisse et plus particulièrement sa présidence tournante. Quelle arrogance de la part d’un ancien chef de l’Etat français de célébrer un modèle présidentiel français (alors que le pays est en quasi faillite) et de critiquer le soi-disant archaïsme de la gouvernance helvétique où sept conseillers fédéraux se repassent à tour de rôle la présidence ! Prestation carrément surréaliste pour qui veut bien se souvenir que la Suisse est l’un des pays les plus prospères du monde : avec un taux de chômage de moins de 3%, un salaire médian de près 6000 euros, une démocratie directe participative qui fonctionne.

Damier : Depuis la visite de François Hollande en Suisse en avril dernier, les relations franco-suisses se sont améliorées ? 

François Garçon : Il est sans doute le premier président français à s’intéresser sincèrement à la Suisse. Mais pour les médias comme pour la classe politique française, la Suisse doit toujours et encore sentir le souffre et rimer avec corruption, évasion fiscale, islamophobie…

Damier : Il est vrai que la presse française s’est plus appesantie sur le dossier des évadés fiscaux en Suisse que sur le réel contenu de la visite de François Hollande, qui avait pourtant consacré une large partie de son voyage à Zurich au contrat d’apprentissage.

François Garçon : Oui, l’apprentissage des jeunes, qui fait – entre autres – la force de l’économie suisse, est boudée par les médias français qui préfèrent faire et refaire le nième sujet sur un membre de l’establishment français plutôt que de se pencher sur ce dossier et de voir comment le système suisse surpasse le modèle d’apprentissage en France bien entendu, mais aussi en Allemagne ou en Grande Bretagne. Je me suis heurté au refus de grandes chaînes françaises quand je leur ai proposé d’enquêter sur ce sujet. Pas assez vendeur pour eux ! Leur politique éditoriale est irresponsable. Près de 150’000 jeunes sortent du système scolaire français illettrés et sans formation. Ils sont autant de bombes à retardement dont les éléments les plus perturbés feront le voyage vers la Syrie. Espérons qu’ils y restent, et plaignons les Syriens ! Quant à l’aveuglement persistant des médias français sur le vrai visage de la Suisse, pays dynamique et innovant, qui a su recréer des emplois industriels (57’000 entre 2005 et 2008) avec un niveau de salaire élevé, là encore rien de nouveau. La Suisse reste attractive et pas pour sa seule attractivité fiscale, n’en déplaise aux politiciens français. Elle offre des infrastructures de qualité, sait former des personnels qualifiés grâce à un système éducatif performant à tous les niveaux. Anecdotiques pour les journaux français, qui s’enivrent toujours des mêmes sujets, ceux qui ont fait la prospérité médiatique de Jean Ziegler : l’argent sale, le trafic des banques, les fonds juifs en déshérence…Paradoxalement, la presse française dite de droite a encore plus peur de vanter les succès économiques de la Suisse. La presse française dans sa globalité reste parisienne et jacobine. Le modèle fédéral suisse et sa réussite ne sont pas des sujets pour elle. L’exotisme helvétique est suspect, suspecté d’être inintelligible pour le lecteur français. On est face à une vraie désinformation sur la Suisse sur fond de paresse intellectuelle et de nombrilisme franchouillard.

Damier : Néanmoins le vote du 9 février « sur la fin de l’immigration massive » et la politique du franc fort risquent de fragiliser le leadership suisse ?

François Garçon : Force est de constater que sur le volet du franc fort, les entreprises et leurs personnels ont su s’adapter. Certaines, très exportatrices, sont passées de 42 à 45 heures sans bruit ni murmure. On est loin du hooliganisme « à la Air France » pour améliorer la productivité des personnels les mieux rémunérés. Pour ma part, je suis confiant sur l’adaptabilité et l’intelligence des Suisses. Le contentieux avec la Communauté économique européenne à propos de la libre circulation, me semble, lui, beaucoup plus complexe. Lors de la votation du 9 février, il est faux de dire que le pays s’est montré xénophobe. Les grandes villes comme Bâle, Genève, ou encore les cantons de Vaud et du Jura, où les taux d’immigrés avoisinent parfois les 45%, ont rejeté l’initiative. En revanche, c’est la Suisse des campagnes et des montagnes – où les étrangers sont pourtant peu nombreux – qui a plébiscité l’initiative, preuve que le pays intègre donc plutôt bien ses immigrés. Néanmoins la votation du 9 février a mis la Suisse en porte-à-faux vis-à-vis de ses engagements envers la Communauté européenne. Devant la Confédération se dresse désormais une sacrée paroi : les conseillers fédéraux vont devoir discuter avec des technocrates dogmatiques, jamais élus par leurs propres concitoyens. Le dialogue s’annonce compliqué, tout comme les solutions qui vont devoir être trouvées. Mais je fais confiance à l’administration suisse pour négocier des aménagements. La Confédération est une magnifique démocratie où les cantons et les administrations restent à l’écoute et au service de leur population. Il est vrai que les citoyens suisses ont en mains deux armes de destruction massive qui s’appellent le droit de référendum et l’initiative populaire. A bon entendeur, salut !

*Maître de conférences à l’Université Paris 1 où il a créé en 2006 le Master 2 professionnel Cinéma-Télévision-Nouveaux Médias – Docteur en histoire (Universités de Genève et d’Oxford -St Peter’s College), co-lauréat du prix d’histoire Gustave Ador, lauréat d’une bourse Besse (Oxford) et du Fonds National Scientifique suisse.

La Suisse, pays le plus heureux du monde », aux éditions Tallandier par François Garçon

Entretien réalisé par Béatrice Peyrani

La Suisse de Marthe Keller, rencontre avec une actrice cosmopolite et sans langue de bois

2549_3652_image«Les Suisses sont complexés à tord….Ici la qualité de vie est exceptionnelle, l’économie, la nature, cela crée aussi de la  jalousie côté français mais attire les étrangers». 

C’est l’affluence des grands soirs dans les salons du Lausanne Palace. Pas une table de libre, ni au bar, ni dans un petit salon sur le côté. Dans le hall, il reste bien ce canapé et deux fauteuils, drôle d’endroit pour une rencontre avec une star, qui ne devrait guère être propice aux confidences. Qu’importe si l’endroit manque un peu d’intimité pour Marthe Keller : «ce sera parfait », assure-t-elle, l’actrice n’est pas là pour parler d’elle. Depuis le festival de Cannes et la sortie d’Amnesia de Barbet Schroeder, elle enchaîne les entretiens avec les journalistes du monde entier et vient de finir quatre films en une année. Ereintée, elle a frôlé l’été dernier le burnout, elle n’a plus envie de se raconter. Pas ce soir, du moins. Elle est venue ce jeudi à Lausanne pour honorer un prix. Mais elle s’est renseignée, le dernier train pour Martigny part à 22 heures. Elle a gentiment décliné l’invitation du directeur du Palace qui lui offrait de l’héberger. Non, elle montera chez elle à Verbier. Elle a besoin de « rentrer à la maison », de voir la nature, les montagnes, les marronniers, les sapins. Oui, si Marthe Keller a accepté de nous rencontrer, ce soir, nous les fondatrices de Damier, ce n’est pas pour parler une énième fois de sa vie, mais c’est seulement parce qu’elle trouve l’idée d’une association en faveur de la culture franco-suisse formidable. Quand j’ai entendu « culture franco-suisse » j’ai tout de suite accepté notre rencontre, cela me parle, une situation a laquelle j’ai été moi-même confrontée, il y a un réel besoin d’échanger… L’activité culturelle en Suisse est exceptionnellement dense et c’est réjouissant… Je soutiens votre initiative, je suis même disposée à être marraine d’un événement culturel franco-suisse ».

Suisse, Marthe Keller est née (à Bâle), suisse elle est restée dans son cœur, même si elle a vécu plusieurs années aux Etats-Unis, parle couramment quatre langues et vit en grande partie à Paris. Ses collaborations avec la scène helvétique sont encore peu nombreuses et récentes, dans une carrière bien remplie et multi-facettes (cinéma- télévision-théâtre-mise en scène d’opéra au Metropolitan s’il vous plaît), qui a démarré en fanfare et trompette avec Philippe de Broca… en 1968 sans jamais ralentir. Incroyable le temps ne semble pas avoir de prise sur l’inoubliable interprète de Fedora.

Son lien avec la Suisse, son histoire avec Bâle n’est pourtant pas si simple. Son père a quitté l’Allemagne nazie, il est venu se réfugier en Suisse. Il élevait des chevaux. Comment est -il venu? Comment a-t-il vécu son exil? Marthe Keller avoue n’en avoir jamais parlé avec lui, vraiment. « On est inconscient, quand on est jeune, on veut s’amuser ». Ce jeudi 8 octobre, la comédienne n’en dira pas plus sur le sujet. Mais diable, la terrible actualité de ces jours, les guerres aux portes de l’Europe, l’afflux de migrants, lui parlent. « Je m’intéresse à la politique, vous savez ». Le questionnement sur l’identité, les origines, les racines jalonne depuis toujours le choix de ses rôles que ce soit au théâtre avec Tchechov (Les Trois Sœurs ), James Joyce (Les Exilés), avec Yannick Haenel (Jan Karski), à la télévision avec le réalisateur Denis Malleval dans « Le Lien » où Marthe Keller joue le rôle d’un professeur qui retrouve sa petite fille, qu’elle croyait disparue dans la Shoah, ou tout récemment sur le grand écran avec « Amnesia ». Un film, où elle incarne une femme qui, apprenant l’existence des camps de concentration, se refuse à l’avenir de parler sa langue natale : l’allemand. Longtemps, l’allemand a été la seule langue que parle Marthe Keller couramment. Pourtant bizarrement la Suisse aujourd’hui pour elle, c’est surtout la Suisse romande, celle où on parle le français. Mais pour elle pas question de s’y tromper, les Suisses romands ne sont pas des Français et vis et versa. « Les Suisses sont complexés à tord, ils ont leurs qualités : sens du détail et de la précision, du graphisme, ce n’est pas un hasard s’ils sont excellents pour l’horlogerie ou les … documentaires. Ils ne parlent pas ou peu, mais s’observent entre eux… Je me souviens, enfant, ma mère m’avait donné un coussin pour m’accouder à la fenêtre! Mais les Suisses, ont une vraie gentillesse, une grande tolérance. Ici, en Suisse, la qualité de vie est exceptionnelle, l’économie, la nature, ce qui crée aussi de la jalousie du côté français et attire les étrangers. Le multiculturalisme que l’on trouve en Suisse avec un taux élevé d’étrangers pouvant atteindre 38% et les 113 communautés recensées en sont la preuve. Mais pour être franche, je suis pour l’Europe, mais contre l’intégration de la Suisse à l’Union Européenne, la Suisse est un trop petit pays géographiquement. »

Comment vit alors cette vraie Suissesse à Paris? « De plus en plus difficilement, avoue-t-elle. Comme dans toutes les grandes villes du monde, l’air est mauvais, l’ambiance, la circulation, le stress, ne me conviennent plus, j’ai besoin de calme et de la nature. J’aimerais m’installer aux abords d’une petite ville, comme Trouville (qu’elle a redécouvert en septembre dernier quand elle a été juré du Festival américain de Deauville), j’aime l’eau… ». De l’espace, de l’air, du calme, de la sérénité, c’est que Marthe Keller avoue rechercher de plus en plus souvent en Suisse.

Echanger pour mieux se comprendre, le programme de Damier plaît à Marthe Keller, elle aimerait nous aider, monter des spectacles avec nous, faire des lectures, dans toute la Suisse. Qui sait le rendez-vous sera peut-être pour bientôt. En attendant, on peut déjà réserver ses places pour retrouver cette femme aussi exigeante que secrète au théâtre de Rolle, dans la lecture de poèmes de Pablo Neruda, mis en scène musicalement par Vincent Prezioso.

Sur le site du théâtre de Rolle : MOI, PABLO NERUDA

Propos recueillis par Béatrice Peyrani et Ann Bandle