Archives de catégorie : COUPS DE COEUR

À la poursuite du DIAMANT BLEU

Travelling avant – Réception du Beau-Rivage Palace, de la côte lémanique, Julia, jeune actrice Hollywoodienne vient passer quelques jours de repos en compagnie de son petit ami et agent artistique. Mais c’est sans compter sur les hasards d’un coup de foudre qui va peut-être faire d’elle une détective de choc en compagnie d’un séduisant gentleman.

  • Blanc et noir
  • Extérieur nuit, zoom sur la Jaguar
  • Comme au cinéma
  • Mise au point sur moi…
  • Plans serrés, musique d’ambiance, quelquefois on se trompe de séquence.

Je ne sais pas si vous souvenez de cette chanson mi-parlée mi-entonnée par Alain Delon dans les années 90 et bien si vous êtes un peu nostalgique, de cette période, un conseil : plongez dans LE DIAMANT BLEU d’Abigaelle Lacombe-Didier. Imaginez justement dans les années 90 : l’arrivée d’une belle et flamboyante actrice Julia. Elle n’a que 21 ans mais s’est déjà fait un beau nom à Hollywood. Entre deux films, elle descend cet hiver 1991 au Beau-Rivage Palace pour passer quelques jours avec Walter, son amoureux et agent. Trop occupés et préoccupés par leur carrière, ces quelques jours entre neige et lac devraient leur permettre au couple de resserrer leurs liens et rallumer la flamme de leur amour.

Séquence Cinéma

Mais voilà c’est sans compter  les caprices de l’amour, quand justement …Julia va croiser un  certain Robert Stevens à la réception même de l’hôtel. Et voilà la jeune star qui va devenir pour quelques jours… détective, car Robert est en réalité un agent de la Llyods et celui-ci vient enquêter sur la disparition d’un célèbre Diamant Bleu, propriété de la Baronne Adelaïde de Castel. Qui a pu parmi les amis de l’excentrique milliardaire qui demeure dans les environs de Vevey s’emparer du joyau ? Brice, le bienveillant majordome, Nicolas Tournon, le professeur expert en gemmologie, la belle princesse désargentée Sophia.

De Lausanne, à Montreux en passant par Les Pléiades, au-dessus de Blonay, le duo Julia-Robert nous entraîne dans une enquête haletante sur la riviera lémanique, où chaque protagoniste va peut-être livrer sa part de mystère. La suite est à lire dans DIAMANT BLEU, un joli polar d’Abigaelle Lacombe-Didier publié aux éditions Mercia Du Lac, à emmener cet été au …bord du lac ou de la mer, bleu turquoise évidemment !

Béatrice Peyrani

RENDEZ-VOUS : Vous pourrez retrouver Abigaelle Lacombe-Didier au Festival du Làc en dédicace Samedi 8 et Dimanche 9 Juin 2024  à partir de 10h
– lors d’une table ronde – Samedi 8 Juin 2024  animée par Patricia Vicente de 11h30 à 12h  Thème du débat : Les diamants au coeur de l’Aventure avec également Olivier Rigot, auteur de La Fille de Diamant publié aux éditions Slatkine

 

Le piège de papier, parmi les finalistes du Prix du livre de Lausanne

C’est l’histoire d’une amitié contrariée entre deux étudiantes, de rivalité malsaine et d’odieuses trahisons. C’est surtout l’histoire de vies tourmentées par la jalousie. Une œuvre de fiction, avertit l’auteure, Kyra Dupont Troubetzkoy, puisée cependant dans la réalité.

Au commencement, il y a une idylle avec Victor qui s’essouffle, malgré les stratèges de séduction de la narratrice. Mais depuis l’arrivée de L. au lycée, l’espoir d’un possible rebondissement de leur amour est compromis. La nouvelle étudiante sème le trouble. Trop belle, trop énigmatique, elle évolue dans une atmosphère choisie, entourée d’une garde rapprochée. « Elle trône en reine à la cafétéria » et fait tourner les têtes. Celle de Victor. La jalousie naissante de l’autrice devient irrépressible et vire à la détestation. C’est le début de sa traque déjantée qui donnera lieu à de fausses interprétations, à un sentiment d’infériorité infondée.

L’amitié fusionnelle

Le bac en poche, la vie universitaire met fin aux flirts lycéens et aux états d’âme puérils… Pour la narratrice, une renaissance dans un monde inconnu, sans Victor, et sans L. Dans l’amphithéâtre bondé des Sciences politiques, l’ébullition est intense. Chacun cherche du regard un visage qui lui serait familier. C’est alors que L. apparait, l’air ingénu, visiblement transformée. Des cheveux plus flamboyants, un teint plus lumineux, elle est tout simplement resplendissante! De Victor, il n’en est plus question, remplacé par un grand blond séduisant… A priori, rien n’entrave désormais une réconciliation, voire une amitié sincère. Telles des sœurs complices et inséparables, égales en toute chose, elles nouent une relation fusionnelle. « Je ne sais pas ce qui pousse deux êtres à devenir si proches qu’ils ne peuvent se passer l’un de l’autre, comme les faces d’une même pièce » jusqu’à en perdre sa propre personnalité.

D’ignobles trahisons

La mésentente va bientôt s’immiscer dans leurs rapports trop exclusifs, fermés aux autres. En cause, le coup de foudre de la narratrice pour Bruno, « il m’ouvrait les yeux, me donnait le courage d’être moi-même ». Une prise de conscience salutaire qu’elle juge inutile de justifier. Que lui importe le chagrin de L., son incompréhension, ses suppliques et ses larmes… rien n’éveille la moindre compassion : « je trouvais même une sorte de plaisir pervers à rester silencieuse ». Un brusque retournement où l’amitié rompue cède à une rivalité terrifiante allant crescendo. L. devient jalousée, enviée, épiée, admirée, détestée.

Une même passion pour l’écriture

Si les romans de L. remportent des prix prestigieux et font la une des médias, la narratrice – moins chanceuse  – sombre dans les turpitudes morales, les comparaisons avilissantes. Le talent de sa rivale, ses succès éclatants sont autant de meurtrissures, sans qu’elle n’imagine la moindre réciprocité. De plus en plus rares, leurs réconciliations forcées ne sont qu’illusions fugaces. La vengeance va alors atteindre son paroxysme par le déploiement d’un stratagème perfide et dangereux, mettant le lecteur sous tension tel un thriller palpitant qui vous tient en haleine. Une démonstration vertigineuse des revers de la jalousie, un sentiment à bannir d’urgence nuisible qu’à ceux qui l’éprouvent.

La jungle littéraire

Le piège de papier de Kyra Dupont Troubetzkoy est un roman envoûtant sur la jalousie mais aussi sur la rivalité provoquée par ce terrible syndrome d’illégitimité, écrit dans un style alerte, mêlant suspens et intrigues, un livre coup de ! L’auteure rappelle en préambule la vie éphémère d’un nouvel ouvrage, – trois semaines tout au plus – avant de disparaître au mieux dans les rayons des libraires, ou renvoyé à l’éditeur. Un « guillotinage littéraire » aux séquelles inguérissables chez tous ceux qui ont œuvré corps et âme… Ici, le piège de papier est bien réel !

Ann Bandle

Finalistes du Prix du livre de la ville de Lausanne 2024

Les secrets de nos cœurs silencieux,
Isabelle Aeschlimann (Éditions les Nouveaux Auteurs)

Noor 
Étienne Barilier (Éditions Phébus)

Le piège de papier
Kyra Dupont Troubetzkoy (Éditions Favre)

Generator
Rinny Gremaud (Sabine Wespieser éditeur)

La folie du pélican
Jean-François Haas (Bernard Campiche Éditeur)

 

On ne vit que deux fois

Made in Korea, le nouveau livre de la romancière suisse Laure Mi Hyun Croset est aussi drôle que grave, émouvant qu’enthousiasmant. A lire d’urgence. 

Il était une fois un garçon de trente ans peut-être, un geek parisien, qui ne sort plus guère de sa chambre. Développeur de jeux et créateur de mondes virtuels, il se nourrit d’images et de junk food. Ainsi pourrait continuer sa vie, dont il a strictement limité les interactions sociales,  réservant quelques rares coups de fils à ses parents, le dimanche. Sa vie est elle belle, rose ou grise ?

C’est finalement sans importance jusqu’au jour où le docteur Alix Rivière lui assigne une terrible vérité : sans changement drastique d’hygiène de vie, ce garçon diabétique et sans doute obèse met sa vie en danger. Branle bas de combat, le jeune homme s’impose une décision radicale : il va partir en Corée du Sud. Un pays dont il ignore tout puisqu’il l’a quitté à l’âge de deux ans pour être adopté en Europe, tout comme d’ailleurs l’autrice Laure Mi Hyun qui partage avec son personnage la même odyssée familiale.

Pourtant n’allez pas croire que le héros de Made in Korea soudain torturé par une quête identitaire entend se précipiter à la rechercher de ses parents biologiques. Que neni, comme il l’assure à ses chers parents …adoptifs il souhaite aller  à Séoul  tout simplement pour y apprendre le taekwondo. Le taekwondo ?  Un art martial d’origine sud koréenne dont le nom peut se traduire par « La voie des pieds et des poings », qui se pratique sans arme et promet à ses adeptes de renforcer la maîtrise de son esprit grâce aux mouvements de combat.  Le jeune protagoniste de Made in Korea espère aussi profiter de son périple pour s’initier à la saine diététique de ce pays qui semble si bien réussir à ses seniors.

L’expérience de la frugalité

Notre héros s’achète un billet d’avion en business classe et décide de trouver une chambre dans l’une de ces vieilles pensions du centre de Séoul où il pourrait «  dormir sur un sol chauffé par un système très répandu en Corée, pour une somme modique. Il veut désormais expérimenter la frugalité. », lui qui a tant vécu au royaume du gras et du sucré.  Avec l’humour et la finesse qui caractérise sa plume Laure Mi Hyun Croset nous raconte les tribulations d’un jeune français qui  reprend goût à la vie, grâce aux bonnes rencontres qui savent faire changer le sens des rivières ! Avec Tim, l’étudiant irlandais, « le gars le plus empathique et bienveillant qu’il avait rencontré », venu comme lui apprendre le taekwondo, l’ex parisien solitaire va découvrir les joyeux quartiers de Séoul (Hongdae, Hongik, Gangnam, Itaewon…), humer les fumées d’une marmite de poissons, courir les temples. Made in Korea est drôle et jubilatoire, comme le précédent roman de Laure Mi Hyun Croset Le Beau Monde, paru il y a quelques années chez Albin Michel, avec peut-être quelques grains d’optimisme en plus ! Et tant mieux ! On ne va pas bouder notre plaisir de savourer Made in Korea, tant l’auteure n’a pas son pareil pour narrer cette belle allégorie d’une renaissance aussi inattendue que poétique.

Béatrice Peyrani

Made in Korea de Laure Mi Hyun Croset, publié chez bsn.okama -Uppercut Roman

Amélie Nothomb sur les quais de Morges

Généreuse et bienveillante, Amélie Nothomb s’est plongée dans l’effervescence de la quatorzième édition du Livre sur les quais à Morges. Une joie pour ses fidèles lecteurs avides d’échanger quelques mots avec la célèbre romancière.

Pourtant, la file d’attente pour atteindre le graal est interminable. Sous un soleil pesant, elle ondule autour de la tente du festival. Mais qu’importe la chaleur, les inconditionnels de ses livres patientent allégrement dans l’espoir d’une dédicace. Ils ne seront pas déçus ! La romancière aux mille chapeaux aime son public. Indulgente, elle se prête aux selfies, dialogue, s’informe, avant de signer d’une écriture déliée un message qui vient du cœur.

De succès en succès

Devant elle, une sélection de ses derniers ouvrages – tous bestsellers – que l’on s’arrache avec frénésie. Amélie Nothomb publie au rythme effréné d’un roman par an. À chaque sortie, le miracle se reproduit. Son génie littéraire se concrétise en histoires puisées dans la réalité, comme en témoigne Le livre des sœurs, « j’ai la chance d’avoir une sœur, Juliette, et je l’adore ! », lance-t-elle spontanément. Avec sa plume limpide, elle raconte les voluptés de l’amour sororal, né d’une défaillance. Celle de parents aveuglés par leur relation fusionnelle, négligeant leurs deux filles, Tristane et Laeticia. Un délaissement qui va avoir des effets dévastateurs, l’aînée se substitue à la mère. Elle donne le biberon à sa sœur, change les couches, la console. « Puisque Tristane aimait ses parents, elle essayait alors de tenir le rôle qu’ils avaient prévu pour elle. Cela ne réglait pas le problème : il semblait qu’ils n’aient pas de place à lui attribuer » précise la narratrice.

Revers d’une complicité excessive

Les deux sœurs partagent la même chambre, dorment dans les bras l’une de l’autre. « Rien ne sied tant à l’amour qu’un sommeil partagé ». Livrées à elles-mêmes, elles reproduisent inconsciemment le modèle de leurs parents : une relation fusionnelle qui influera sur leur propre identité et changera le cours de leur existence.

Dans leur isolement, elles imaginent une cérémonie secrète, une forme d’union face à la déshérence de leurs parents. Un pacte qui scelle leur amour sans faille et éternel. Ne serait-ce que pour atténuer le vertige de la solitude, si éloigné d’une enfance insouciante…

 Une petite fille terne

Un soir, le drame surgit dans toute sa dimension ravageuse. À travers la cloison, l’aînée entend les bribes d’une conversation entre ses parents. « Tristane a l’air d’une petite fille terne ». Cet affreux verdict la transperce comme une flèche. Elle court à la salle de bains, se regarde longuement dans le miroir. Rien de plus juste ! À huit ans, son regard est à l’évidence éteint. Mais comment aurait-il pu être étincelant après une telle critique ? Elle le compare à celui de sa sœur, et constate qu’il est plus sémillant. Cette tragédie se mue en obsession, en une hantise profonde. Regard terne ! Est-ce une fatalité, l’expression d’une tristesse infinie, une fêlure à jamais inguérissable ? « Chaque âme a sa blessure, voici la mienne » admit-elle. Désormais, elle scrute les yeux d’autrui pour y déceler l’étincelle de la vie.

Des rêves de rock stars

Adolescentes et libres comme l’air, Tristane et Laeticia ambitionnent de créer un groupe de rock. À l’origine de cette nouvelle passion, un disque de Led Zeppelin découvert dans la maison. « C’est ça que je veux faire comme musique », déclare la cadette. « Le génie musical, comme le génie mathématique, se révèle dans l’extrême jeunesse. Il n’est jamais trop tard pour devenir écrivain, philosophe ou peintre. Il est presque toujours trop tard pour devenir un mathématicien ou un compositeur digne de ce nom. Ce sont des domaines qui exigent un engagement absolu. »

Les deux sœurs foncent dans l’aventure. L’une à la basse, l’autre à la guitare, elles y croient plus que jamais. Après avoir recruté un jeune batteur, elles fondent « Les Pneus ». Le groupe se prend très au sérieux, s’entraîne avec professionnalisme. Le garage des parents est transformé en studio de répétition. Bientôt, des tournées sont organisées dans les petites villes. Comme un aboutissement, l’invitation à faire la première partie à Bercy ravive leur conviction. L’extase ! Mais le public impatient de voir l’idole, les siffle…

Une pensée vivante

Avec plus d’une trentaine de romans, sans oublier les nouvelles, la magie opère. Les récits d’Amélie Nothomb sont imaginatifs, déroutants, fluides. D’une intensité crescendo, ils créent l’étonnement. Un art qui ne recèle aucun mystère pour la romancière : « Les mots ont le pouvoir qu’on leur donne…»

Ann Bandle

Amélie Nothomb
Les deux soeurs
Albin MIchel – 2022

 

Une soumise rebelle !


Étouffée par l’époque, étouffée par le XVII
e siècle, siècle d’hommes ? Tel fût le destin de Jacqueline Pascal, poétesse et sœur du célébrissime scientifique et homme de lettres Blaise Pascal. Pourquoi et comment ? C’est ce que raconte le passionnant roman de Christine Orban, Soumise, publié aux éditions Albin Michel.

Méconnue et pourtant essentielle dans la vie et l’œuvre de l’illustre mathématicien Blaise Pascal, les poésies de sa sœur Jacqueline ont séduit ses plus illustres contemporains alors qu’elle n’était encore qu’une adolescente. Une reine Anne d’Autriche, un cardinal Richelieu et un écrivain célèbre Corneille ont loué ses talents et lui ont témoigné toute leur admiration. Pourtant cette jeune fille brillante et passionnée choisira de renoncer à  ses dons pour prendre le voile et se retirer dans une  cellule de l’austère Abbaye janséniste de Port Royal.
Ce fut  son choix. Mais pourquoi une telle résolution, pour quelle élévation ? Pour quel amour ou renoncement ?  C’est ce qu’a réussi à raconter avec brio dans son dernier roman Soumise l’écrivaine Christine Orban. Une bibliographie romancée qui dévoile le destin incroyable de la cadette de la famille Pascal et plonge le lecteur au cœur d’une France du XVIIe siècle,  très majoritairement catholique mais divisée comme nous le verrons entre plusieurs courants, jésuites et jansénistes.

Prendre le voile

En 1648, Jacqueline après s’être consacré à la carrière son frère qu’elle aime et admire passionnément, décide subitement de devenir religieuse.  Elle a eu la petite vérole, elle y a survécu, en garde des séquelles ce qui inspirera à  Blaise ses fameuses pensées sur la beauté (qui n’ait finalement rien quand on aime quelqu’un car la beauté peut s’envoler au fil des ans ou des maladies). Jacqueline ira rejoindre l’abbaye de Port Royal de Paris : la sévère et influente abbaye, qui se réclame de la doctrine formalisée dans l’œuvre de l’évêque Jansénius (1585-1638). Pour Jansénius et les Jansénistes, l’homme depuis le pêché originel est irrémédiablement corrompu. Seule la grâce divine pourra sauver quelques élus, mais indépendamment du mérite ou des efforts des hommes. Tout est donc écrit pour les jansénistes, la grâce de Dieu nécessaire au salut de l’âme est refusée ou acceptée par avance. Le pardon ne se mérite pas par rapport à ce que l’on fait. Un non sens pour les Jésuites qui croient farouchement en la liberté individuelle et la possibilité pour l’homme de sauver son âme, en faisant de bonnes actions au cours de son existence.

Séduite par les prédicateurs de Port Royal, qui ont su attirer les plus fins esprits du siècle, Jacqueline accepte de différer son départ de Port Royal pour ne pas faire trop de peine aux siens. Elle attendra la mort d’Étienne, son père pour rejoindre les ordres.  Le 24 septembre 1651, Étienne, cet ancien magistrat de province, devenu figure du monde savant parisien, chef de famille  et veuf hors norme pour l’époque, qui avait décidé de s’occuper lui-même de l’éducation de ses enfants (y compris de ses filles !) rend l’âme.

Le 3 janvier 1652, la veille du départ pour Port Royal « fut comme une sorte d’exfiltration menée avec la complicité de Gilberte » explique Christine Orban. « Les deux sœurs ont mis au point un scénario. Gilberte raconte à Blaise que Jacqueline part pour une retraite… Blaise réagit fort mal.  A-t-il conscience du mensonge ? … Au petit matin, Gilberte apporte un bol de lait chaud et une tranche de pain beurré à Jacqueline, puis l’aide à ranger ses affaires dans un petit sac : toute une vie en si peu de place. Elle lui propose d’emporter un souvenir de la maison. Jacqueline refuse, aucun objet matériel ne l’attache. »
Il fait un froid atroce ce matin là, Jacqueline quitte la maison et le monde. Elle a 26 ans.

Un vrai miracle ?

Jacqueline est devenue Sœur Sainte-Euphémie et n’écrira plus de poèmes. « Ma sœur, qui avait des talents d’esprit tout extraordinaires et qui était dès son enfance dans une réputation où peu de filles parviennent dans un âge plus avancé, fut aussi tellement touché des discours de mon frère qu’elle résolut de renoncer à tous les avantages, qu’elle avait tant aimées jusqu’alors et de se consacrer tout entière à Dieu…et elle se fit religieuse. », écrit Gilberte, l’aînée de la famille Pascal qui rédigera les Mémoires de Blaise et de Jacqueline.

Sœur Sainte-Euphémie va utiliser son savoir et ses connaissances utilement. Elle rédigera un règlement pour les enfants et va s’investir dans la conduite du noviciat. Le 24 mars 1656, sa petite nièce, pensionnaire à Port Royal, Marguerite Périer, la fille de Gilberte qui souffrait depuis plusieurs mois d’un ulcère lacrymal purulent et devait être opéré par le chirurgien Dalencé, se voit subitement soulagée par une relique, épine de la Couronne du Christ que la sœur Catherine de Sainte Flavie avait eu l’idée d’approcher de la jeune malade. Rappelé d’urgence le médecin ne peut que …constater le miracle. Pour Jacqueline et Blaise, cette miraculeuse guérison n’avait pour eux rien d’un hasard, mais au contraire bien l’approbation divine de la doctrine de Port Royal.

Fini les carrosses

Quelques jours avant sa mort le 4 octobre 1661, Jacqueline se résout après une longue résistance à signer le fameux formulaire (profession de foi que doivent signer tous les ecclésiastiques du Royaume de France pour condamner la doctrine janséniste jugée trop dangereuse pour l’autorité de l’Église et de la Monarchie). « On ne sait pas quel mal l’emporte. Peut-être d’avoir signé trois mois auparavant », souligne Christine Orban. « Jacqueline a obéi. Jacqueline s’est soumise à ce qu’on attendait d’elle. »

Blaise avait lui depuis belle lurette renoncé aux divertissements et choisi la pauvreté (après sa nuit de feu le 23 novembre 1654 lui apportant la révélation de l’existence de Dieu). Il a remisé  son carrosse, sa bibliothèque et son argenterie pour venir en aide aux miséreux, s’est rapproché de Port Royal mais ne renonça jamais à l’écriture et à la science. Il mourut dix mois seulement après Jacqueline, le 19 août 1662. Son ouvrage phare Les Pensées sont publiées à titre posthume en 1670, grâce au travail de Gilberte et de sa famille. Jusqu’au bout Gilberte et Jacqueline auront donc œuvré à l’immortalité de Blaise.

Béatrice Peyrani

 

Un Noël avec Winston. Tout en saveurs.

Pourquoi un livre sur Winston Churchill, direz-vous, alors que plus d’un millier de biographies et films documentaires lui ont déjà été consacrés – sans compter ses Mémoires en 37 volumes ? Par gourmandise pour Corinne Desarzens… car manger à la table du redoutable homme d’État est aussi un moment de vérité.

L’auteure s’y invite sans-façon et nous révèle par là même ses talents de cordon-bleu : « Comment juger le beurre autrement que par son crépitement dans la poêle ? La viande autrement que par le toucher à la phalange ? La tarte à l’odeur qu’elle dégage, la pâte sinon en la soupesant… » Un bonheur qu’elle partage avec Winston, imaginant agapes et festins gargantuesques à aiguiser l’appétit.  

Mais que serait Noël sans sa traditionnelle dinde ? Énorme chez les Churchill qui en cette année 1940 savourent la plus grosse dinde jamais vue, un cadeau de la part de leurs fermiers irlandais, gérants du domaine hérité d’une arrière-grand-mère. On retrouve ici l’habilité de Winston pour démembrer la volaille sans déchirer les muscles, la recomposer en remettant chaque morceau à sa place, un art parfaitement maîtrisé.
Une bonne dinde est un animal qui a bien cavalé, renchérit Corinne Desarzens « Regardez ses ergots… s’ils sont durs, c’est qu’elle s’est dépensée, que sa chair aura du goût… » avant dégrainer des conseils judicieux en experte.

Clementine, la reine de Winston

Après avoir été fiancé deux ou trois fois et longuement hésité, c’est au hasard qu’il doit sa rencontre avec Clementine Hosier. En 1908, assis côte à côte lors d’un dîner mondain, leur coup de foudre est immédiat. Ravissement réciproque, sensation troublante, battements de paupières suggestifs, tout est clair, translucide comme la lune ? Presque…  Mille sept cents lettres de l’amoureux transi viendront couronner la reine de son cœur.

Dans un premier temps, le couple emménage dans un appartement à cinq domestiques à sa charge. Si la position de Winston au sein des hautes sphères politiques est prestigieuse, ils ne vivent pas pour autant dans l’opulence. Le succès de ses articles et de ses livres permet d’éviter le pire, une vie « sans jamais rien voir de beau, sans jamais rien manger de bon… »

Chartwell, sweet home aux confins de Westerham

Winston a quarante-neuf lorsqu’il installe sa famille dans cet écrin de plénitude. Un manoir du style victorien dans le Kent, posé au milieu 32 hectares de parterres fleuris à l’anglaise. À n’en point douter, un lieu chargé d’histoire, magnifiquement restauré pour faire corps avec ses nouveaux habitants.
Surgit alors une passion inattendue pour la peinture. Là encore, le phénix aux multiples talents excelle ! Il peint les alentours avec la même énergie que celle déployée pour galvaniser ses troupes. Rapidement, quelque cinq cents tableaux de paysage habillent les innombrables galeries et salons de Chartwell, laissant ainsi les jardins envahir la maison…

Noël, l’heure de vérité

Chez les Churchill, Noël c’est l’heure des bilans, des éclaircissements souvent orageux.  Les chiffres s’alignent dans toute leur irréfragable vérité. Les excès en tout genre rejaillissent créant l’effroi : achats immodérés chez Harrods pour sa douce Clementine, folles nuits au casino et partie de chasse aux sangliers pour le maître, voyages à l’autre bout du monde… à chacun ses joies, ses plaisirs. L’enflure des dettes est colossale !
La consolation éveille le besoin de gras, rappelle la narratrice, « du gras, il faut du gras… que le jambon habille son os, l’agneau son épaule, que la moelle irrigue bien l’os du jarret », se remémorant une tradition typiquement suisse, celle de faire des bricelets à Noël. Pour qu’ils enchantent les palais, il faut bien sûr « du saindoux, beaucoup de saindoux ! »
Par sagesse ou nécessité, Winston impose des restrictions : cinq demi-bouteilles de champagne maximum par semaine, pas plus de quatre cigares par jour, peu de fruits, se passer de crème. Mais même l’austérité à ses limites… bientôt le vin et les alcools seront épargnés.

Winston Churchill, un portrait intimiste

Corinne Desarzens nous raconte les singularités du caractère de Churchill de son écriture insolite, dense, époustouflante, mais aussi documentée jusque dans les moindres détails. Elle n’en oublie pas cependant d’évoquer les moments phares du grand homme, ses innombrables combats, son courage, son intelligence, ses colères monumentales. On se souvient des puissants discours de cet orateur hors pair, brefs et incisifs, capable d’infléchir le cours des événements…

Avec Un Noël avec Winston, Corinne Desarzens remporte le Prix Michel-Dentan 2023. La consécration aura lieu le 29 août prochain au Cercle littéraire de Lausanne. Une fête se savoure deux fois… selon l’adage de la lauréate. Avidement la première et décelant des présages la deuxième…

Ann Bandle

Un Noël avec Winston
Corinne Desarzens
Éditions La Baconnière 2022

Félicité Herzog : Une brève libération

Prix Simone Veil 2023, Une brève libération de Félicité Herzog dépeint avec maestria l’histoire trouble des Cossé-Brissac pendant la seconde guerre mondiale. Pour tenter d’éviter ce qu’elle juge comme « une mésalliance », May de Brissac, la très belle et mondaine duchesse, envoie sa fille Marie-Pierre (par ailleurs la mère de l’auteure) dans une clinique en Suisse et s’entretient avec Paul Morand sur les rives du Léman. En vain ?

Un écrivain parisien en exil en Suisse et une mère effrayée par le projet INSENSÉ de mariage de sa fille, dans un restaurant de Lausanne. Lui c’est Paul Morand, elle May de Brissac. Ils se sont donnés rendez-vous à La Croix d’Ouchy, un restaurant chic et discret de Lausanne.

La seconde guerre mondiale est en train de s’achever et le moins que l’on puisse dire c’est que ni l’homme, ni la femme – qui sont en train de déjeuner – n’y ont été héroïques ! Paul Morand, diplomate de carrière en poste à Londres en 1940 n’a pas fait le choix de rallier le Général de Gaulle et accepte en 1943 de devenir ambassadeur de France en Roumanie. À la Libération, il a prudemment souhaité se faire oublier et s’est installé avec son épouse sur les rives du Léman.

Elle, amie intime de Josée Laval, la fille de Pierre Laval, vice-président de l’État français et farouche investigateur de la collaboration avec l’Allemagne nazie ne s’est pas gênée de recevoir dans son splendide hôtel particulier sur les quais de Seine, (au 36, cours Albert 1er très exactement – qui abrite désormais l’Ambassade du Brésil) le Tout Paris de la collaboration. À la libération, elle sera quelque temps arrêtée, mais très vite relâchée grâce à la mobilisation de sa famille.

La vie est une fête

Qu’importe d’ailleurs ? Paul, comme May, l’un comme l’autre, n’ont pas de temps pour les remords ou pour quelconque examen de conscience, trop occupés à faire de leur vie une fête éblouissante.  

Les deux amants tentent d’élaborer une stratégie pour ramener à la raison Marie-Pierre, la fille de May et de Pierre de Brissac, qui entend épouser un brillant étudiant Simon Nora, résistant exemplaire et courageux, qui a rejoint les maquis du Vercors, fils de Gaston Nora,  éminent chirurgien de l’hôpital Rothschild de confession israélite.

Pour les Brissac, le choix de Marie-Pierre, est tout simplement inconcevable comme l’avait expliqué le duc à Gaston Nora.  La famille Brissac est de noblesse militaire… « elle compte quatre maréchaux de France, honneur qu’elle partage avec Harcourt, Noailles, Dufort et Biron. Les Brissac ont trouvé leur renom au service de l’État qui s’unifiait, et acquis le sens de la permanence du pays à travers l’accident des régimes. Ils devinrent les seigneurs du château de Brissac en 1502. Vous comprendrez donc que ce ne sont pas quatre années de régime vichyste qui changeront le cours de notre histoire… ». Tout est donc dit dans le meilleur des mondes !

Une idylle aux accents de Roméo et Juliette

Pour ramener le calme dans la famille Brissac et éloigner Marie-Pierre de Paris et surtout… de Simon, ses parents l’ont envoyé dans une clinique de Crans Montana, La Moubra, réputée dans les affections non pulmonaires et qui compta parmi ses patients le célèbre pianiste Dinu Lipatti.  L’air des Alpes pourrait-il convaincre Marie-Pierre d’accepter de convoler comme les jeunes filles bien nées de son monde avec un fiancé à particule ? En attendant May de retour à Paris, appela sa fille à la clinique pour lui intimer l’ordre de renouer avec la raison et lui répéta très précisément les paroles que Morand lui avait dictées précisément à La Croix d’Ouchy :

 « Ma chérie, vous avez eu des amours : c’était un acte individuel… Vous établissez à tord votre bonheur sur une vie de relation ; au moment où, donc, vous croyez rompre avec la société, attitude aussi romantique que démodée, vous créez d’autres lien ; vous entrez dans une société étrangère. »

Incrédulité et colère de Marie-Pierre qui rappelle l’arrivée des Nora en France bien avant la Révolution !

Avec une plume fine et aiguisée, Félicité Herzog, qui n’est autre que la fille de Marie-Pierre,  raconte dans Une brève libération le dénouement de cette idylle, aux accents d’un nouveau Roméo et Juliette, dans le Paris des années 40. Alternant les chapitres Brissac-Cossé et Nora, l’auteure met en scène avec maestria le choc de deux mondes : celui des grandes familles françaises nobiliaires, catholiques et parfois violemment antisémites et la société juive libérale, meurtrie par la guerre. Elle en profite aussi pour brosser une impressionnante galerie de portraits de Coco Chanel, en passant par Arletty ou Josée Laval sans oublier celui de sa mère, la lumineuse Marie-Pierre de Brissac, qui décrochera l’agrégation de philosophie et vient de fêter ses 96 ans.

Béatrice Peyrani 

Félicité Herzog, Une brève libération -Stock

L’amour de l’Engadine



Damier a lu « J’irais nager dans plus de rivières » de Philippe Labro. 
Un livre magnifique, une ode à la vie, où la Suisse chère au cœur de l’auteur n’est pas oubliée.

Le chant nocturne d’un torrent de montagne du côté des lacs de Sils-Maria, la quiétude de l’Engadine avec la main de Françoise, sa femme, celle qui a transformé sa vie et fut sa rencontre miraculeuse, Philippe Labro ne les a pas oubliés et leur rend hommage avec tendresse et délicatesse dans « J’irai nager dans plus de rivières ». Depuis plus trente ans, cet écrivain, cinéaste, patron de presse et parolier des plus grands  nous enchante avec ses romans, tous presque devenus déjà des classiques étudiés en classe : « L’Étudiant étranger », « Un été dans l’Ouest », « le Petit Garçon », « Quinze ans », …De même, il nous avait raconté le Paris des années 50, la découverte de l’Amérique, l’arrivée à France Soir… mais n’avait jamais en réalité dévoilé les passions, les amitiés, les amours du grand patron de presse qu’il est devenu dans les années 90.

Des chansons pour Johnny

Ah la belle vie pourrait-on dire au fil des 300 pages. Des rencontres avec le cinéaste Jean-Pierre Melville, les acteurs Yves Montand et  Jean-Louis Trintignant, le patron de France Soir, Pierre Lazareff, l’écrivain Tom Wolfe, le musicien Serge Gainsbourg,  Mag Bodard, la productrice inspirée des Parapluies de Cherbourg, Labro se souvient de tout. De Fabrice Luchini, à 16 ans, jeune coiffeur chez Alexandre qui lisait Nietzsche qu’il fit débuter au cinéma dans « Tout peut arriver », de Johnny Hallyday l’ami de toujours, pour qui Labro écrivit de nombreuses chansons (dont l’inoubliable « Oh ma jolie Sarah ») et qu’il voulut voir encore -une toute dernière fois- au funérarium du Mont Valérien.

Philippe Labro se souvient de Pompidou, Giscard, Chirac, et tous ces nombreux Very Important People qu’il raccompagna plus tard à la sortie des studios de RTL. Les studios RTL n’existent plus rue Bayard et la France que nous raconte Labro n’est plus tout à fait la même. Raison de plus pour plonger dans « J’irais nager dans plus de rivières ».

Béatrice Peyrani

Jean d’Ormesson, l’amoureux de la vie

L’académicien Jean-Marie Rouart signe un émouvant « Dictionnaire amoureux » de Jean d’Ormesson. Il dresse un portrait truffé d’anecdotes pétillantes et inédites qui évoquent l’esprit du grand homme.

Résumer la longue vie de Jean d’Ormesson, synthétiser ses passions, ses amours, ses succès en quelques mots-clés alignés dans l’ordre immuable de l’alphabète ? Jean-Marie Rouart a commencé par hésiter avant de se lancer et de nous livrer dans le désordre les moments phares de l’existence enviable de l’écrivain.

Un vertige romanesque

Âgé de dix-huit ans à peine lorsqu’il rencontre pour la première fois Jean d’Ormesson, Rouart reconnaît avoir eu la chance de nouer une amitié profonde avec celui qui deviendra le premier homme de lettres publié aux éditions de la Pléiade de son vivant – non sans avoir écrit au préalable plus d’une quarantaine d’ouvrages – rejoignant ainsi le cénacle des grands auteurs.
Mais avant d’atteindre cette ultime consécration, Jean d’Ormesson a mené une carrière de chroniqueur au Figaro. Lors de son élection à la tête du prestigieux quotidien en 1975, il avoue « qu’une espèce de griserie s’est emparée de moi. Elle n’était faite grâce à Dieu, ni d’orgueil – il n’y avait pas de quoi –, ni de vanité, ni de goût du pouvoir. C’était un vertige romanesque. » Cependant, l’euphorie ne dura guère et Jean d’Ormesson se trouva très vite absorbé par les fonctions de management qu’il finira par abandonner pour se vouer à son véritable amour : la littérature.

La philosophie du bonheur

Ce merveilleux conteur qui nous a tant séduits, « dont l’humour et la délicieuse conversation gagnaient tous les cœurs » dira Rouart, et celui des femmes en particulier, a su mieux que tout autre partager sa joie de vivre, sa philosophie du bonheur, nous remplir d’allégresse. On se souvient de son esprit pétillant lors de ses apparitions publiques, de son élégance décontractée, à l’aise en toute circonstance et jamais à court d’imagination. On se souvient de sa vision éclairée, sa curiosité parfois fantaisiste. Il pouvait disserter sur les sujets les plus variés sans être aucunement ennuyeux. De Châteaubriand surtout, dont il a déclaré avoir tout lu, assurément son idole, au point de pouvoir citer des passages entiers des Mémoires d’outre-tombe. Il lui consacra une biographie sentimentale Mon dernier rêve sera pour vous qui deviendra l’un de ses plus grands succès.

Dans son hommage, Jean-Marie Rouart se remémore leurs moments de complicité et d’amitié heureuse, leur passion commune pour la littérature. Nul doute, Jean d’Ormesson aimait la vie, la liberté, les belles femmes, le soleil d’Italie, la mer au-delà de tout « J’ai nagé à Venise, au Lido, à Dubrovnik, à Hvar, à Korcula, à Mljet, qui est une île avec un lac et une île dans le lac, à Capri… J’ai nagé en Corse qui est la plus belle île de la Méditerranée, à Porto, à Girolata… » Et nous, nous nageons dans la félicité à la lecture de ce singulier dictionnaire !

Ann Bandle

Dictionnaire amoureux de Jean d’Ormesson
Jean-Marie Rouart
Plon 2019

 

 

Quand Passy parlait russe

Depuis leur création en 1999, les éditions des Syrtes ambitionnent de faire découvrir à leurs lecteurs les trésors de la littérature slave. Les vacances estivales sont propices à la découverte ou re-découverte d’une des pépites de l’éditeur genevois : « Une maison à Passy », un roman écrit dans les années 1930 par une figure de la littérature russe en exil à Paris, Boris Zaïtsev. Un ouvrage visionnaire et plus actuel que jamais.

Autrefois Dora Lvovna avait étudié la médecine à Saint-Pétersbourg. C’était il y a une éternité…dans la Russie Tsariste. Pour survivre dans ce Paris des années 20, elle masse désormais de riches compatriotes, exilés comme elle. Désargentée mais non sans ambition, Dora vit dans un petit meublé d’une modeste maison de Passy. Elle n’y est pas seule, heureusement. Elle a Rafa, son jeune fils qu’elle souhaite voir rejoindre le prestigieux lycée Janson de Sailly, comme les petits messieurs du quartier. S’intégrer et se forger un beau chemin dans ce nouveau pays, c’est le rêve, le dessein, l’obsession, le devoir de Dora. A Paris, dans cette Maison de Passy, les voisins de Dora sont presque tous des russes. Comme elle, ils ont perdu la Russie de leur enfance, comme elle, ils ont la nostalgie des héros, de la littérature, des traditions de la mère patrie. Comme Dora, les habitants de la Maison de Passy partagent les mêmes soucis d’argent, l’humiliation et l’angoisse de dépendre de la générosité de leurs amis ou connaissances russes plus fortunés qu’eux. Mais la vie dans ce quartier presque campagnard a aussi ses bons côtés.

Dans la maison de Passy, il y a cet attachant général, qui espère l’arrivée prochaine en France de sa fille et de son petit- fils et veille en attendant sur le jeune Rafa. Il y a Kapa, une encombrante voisine aussi excessive que déraisonnable, il y a aussi Valentina, une jeune couturière, une belle âme qui vit avec sa vieille mère, ce chauffeur de maître et quelques autres, comme cet… Anatoli un mystérieux vendeur d’oeuvres d’art aussi charmeur que menteur. Tous ces émigrés se connaissent, s’observent et se jalousent. Tous s’aiment aussi avec passion et fougue, farouchement solidaires dans ce douloureux exil qui les ballote, mais qu’un moine orthodoxe espère un jour adoucir, en restaurant une abbaye de la région parisienne, pour accueillir et protéger les membres les plus fragiles de la diaspora.

Avec humanité et tendresse, Boris Zaïtsev décrit la perte de ma mère patrie, avec ses misères et ses rédemptions, comme nul autre. Sous sa plume, il fit revivre ce petit Passy, de l’entre- deux guerres, qui parlait encore russe. Écrit il y a plus d’un siècle, l’ouvrage interpelle sur la lucidité de son auteur sur les gagnants et les perdants de l’intégration.

Béatrice Peyrani

Boris Zaïtsev, Une maison à Passy, 226 pages
Editions Syrtes

 

L’hommage d’Eric Vuillard, lauréat du Prix Concourt 2017, à un peintre suisse.

Si l’auteur de L’Ordre du jour campe, comme on le sait un court mais efficace et implacable récit, les débuts de l’irrésistible ascension d’Hitler, la compromission des grands industriels de la Ruhr, l’odieuse lâcheté des dirigeants politiques de l’époque, à commencer par celle du chancelier autrichien Schuschnigg et des autres…Lord Halifax en tête (le secrétaire du Foreign Office) partisan d’une politique d’apaisement avec le Führer, Eric Vuillard rend un hommage appuyé à un peintre suisse.

Louis Soutter précisément. S’il est désormais considéré comme l’un des plus grands dessinateurs du XXème siècle de son vivant, l’artiste n’eut guère la reconnaissance que de quelques écrivains – mais pas des moindres comme Ramuz ou Jean Giono qui reconnaissent immédiatement son talent.

Né à Morges le 4 juin 1871, très jeune Louis Soutter montre un talent certain pour la musique et la peinture. Le jeune homme renonce vite à ses études d’architecture pour suivre des cours de violon à Bruxelles. En 1894, il gagne toutefois Paris pour renouer avec le dessin dans l’atelier de Jean-Joseph Benjamin-Constant. Il tombe amoureux d’une jeune américaine fortunée et s’embarque avec elle pour les Etats-Unis où il va enseigner avec brio et succès au département des Beaux-Arts du Colorado College la musique et la peinture. Pourtant en 1902, il plaque tout, vie de famille et aisance matérielle, pour regagner la Suisse et vivre en ermite solitaire. En 1923, sa famille le place dans une maison de vieillards à Ballaigues, dans le Jura Vaudois. De sa prison Louis Soutter dessine avec un sentiment d’urgence. Avait -il tout deviné de la tragédie qui allait déchirer l’Europe? Eric Vuillard n’en doute guère. En 1937, le  peintre réalise ses œuvres les plus poignantes: « Ses cohortes de silhouettes noires, agitées, frénétiques », peintes avec ses doigts déformés par l’arthrose, trempés, dans l’encre sur de vieux papiers récupérés ici et là effraient ses contemporains mais filment déjà l’agonie de l’Europe. Soutter ne connaîtra pas la libération de l’Europe, il meurt en février 1942.

Béatrice Peyrani

Ma mère, cette inconnue

 

Philippe Labro lui aussi est amoureux de la Suisse – il y revient souvent skier en famille – se penche sur l’enfance chahutée et très secrète de sa maman, Netka, décédée en 2010, fille naturelle d’une institutrice et d’un conte polonais qui la confie à des mamans de substitution. Abandonnée, la jeune femme prendra pourtant sa revanche sur la vie, grâce à l’amour. Elle va rencontrer l’homme de sa vie Jean Labro (le père de Philippe), ils vont se marier, avoir quatre garçons et ensemble sauveront de nombreux Juifs pendant la guerre. Mère et grand-mère exemplaire, Netka a adoré la vie. Avec intensité et fougue elle a vécu jusqu’à…99 ans. BP

Philippe Labro Ma mère, cette inconnue
Gallimard