« Crans-Montana » où l’adolescence à cran des années 60

Cela fait 9782709650458-X 2belle lurette que ça dure, les montagnes suisses tour à tour salvatrices, mystérieuses, ensorcelantes ou démoniaques savent inspirer les meilleurs auteurs. Thomas Mann avait flairé le coup dans « la Montagne Magique » où il avait campé le voyage initiatique et philosophique de son héros Hans Castorp dans un sanatorium de Davos dans les années 30. Plus près de nous, c’est le cinéaste Olivier Assayas qui n’avait pas résisté à la magie de Sils Maria, petit village alpin de l’Engadine, pour mettre en scène la rencontre de deux actrices l’une débutante (Kristen Stewart) et l’autre déjà starisée (Juliette Binoche).

Mais en cette rentrée littéraire 2015,  c’est au tour d’une autre station chic du Valais de rafler la vedette : Crans-Montana : un roman à la couverture rouge à peine sorti et auréolé de critiques élogieuses. Son auteur, la genevoise Monica Sabolo n’en est pas à son  premier coup d’essai. Elle avait reçu en 2013 le Prix de Flore pour Tout cela n’a rien à voir avec moi.

Crans-Montana en est en quelque sorte la suite. Le récit se passe dans les années 60, où les parents de l’auteur, et l’auteur elle-même ont passé certaines vacances d’été et d’hiver. Pas de dialogues haletants dans ce roman, mais des portraits de filles en fleur vues par des garçons issus de la grande bourgeoisie européenne. Changement de point de vue ensuite, avec la version des filles, trois amies inséparables Chris, Charlie et Claudia, objets de tous les regards et de tous les fantasmes, qui vont dessiner elles-mêmes leur version du film. Crans-Montana,  rendez- vous mondain d’une jeunesse dont les parents avaient décidé d’oublier la guerre, ses privations, ses trahisons. Pour le meilleur : s’amuser. Ou pour le pire : se dérober, s’enivrer ou s’embourber. Tout pourrait être si simple, si facile sur ces montagnes insensibles aux premiers tumultes des années 70. Ce serait sans compter sur les personnages de Monica Sabolo, qui derrière les murs de leurs chalets douillets cachent trop bien leur solitude, leurs blessures secrètes, leurs amours déçues avant même d’avoir été vécues.

Béatrice Peyrani

Leave a Reply