La Suisse de Marthe Keller, rencontre avec une actrice cosmopolite et sans langue de bois

2549_3652_image«Les Suisses sont complexés à tord….Ici la qualité de vie est exceptionnelle, l’économie, la nature, cela crée aussi de la  jalousie côté français mais attire les étrangers». 

C’est l’affluence des grands soirs dans les salons du Lausanne Palace. Pas une table de libre, ni au bar, ni dans un petit salon sur le côté. Dans le hall, il reste bien ce canapé et deux fauteuils, drôle d’endroit pour une rencontre avec une star, qui ne devrait guère être propice aux confidences. Qu’importe si l’endroit manque un peu d’intimité pour Marthe Keller : «ce sera parfait », assure-t-elle, l’actrice n’est pas là pour parler d’elle. Depuis le festival de Cannes et la sortie d’Amnesia de Barbet Schroeder, elle enchaîne les entretiens avec les journalistes du monde entier et vient de finir quatre films en une année. Ereintée, elle a frôlé l’été dernier le burnout, elle n’a plus envie de se raconter. Pas ce soir, du moins. Elle est venue ce jeudi à Lausanne pour honorer un prix. Mais elle s’est renseignée, le dernier train pour Martigny part à 22 heures. Elle a gentiment décliné l’invitation du directeur du Palace qui lui offrait de l’héberger. Non, elle montera chez elle à Verbier. Elle a besoin de « rentrer à la maison », de voir la nature, les montagnes, les marronniers, les sapins. Oui, si Marthe Keller a accepté de nous rencontrer, ce soir, nous les fondatrices de Damier, ce n’est pas pour parler une énième fois de sa vie, mais c’est seulement parce qu’elle trouve l’idée d’une association en faveur de la culture franco-suisse formidable. Quand j’ai entendu « culture franco-suisse » j’ai tout de suite accepté notre rencontre, cela me parle, une situation a laquelle j’ai été moi-même confrontée, il y a un réel besoin d’échanger… L’activité culturelle en Suisse est exceptionnellement dense et c’est réjouissant… Je soutiens votre initiative, je suis même disposée à être marraine d’un événement culturel franco-suisse ».

Suisse, Marthe Keller est née (à Bâle), suisse elle est restée dans son cœur, même si elle a vécu plusieurs années aux Etats-Unis, parle couramment quatre langues et vit en grande partie à Paris. Ses collaborations avec la scène helvétique sont encore peu nombreuses et récentes, dans une carrière bien remplie et multi-facettes (cinéma- télévision-théâtre-mise en scène d’opéra au Metropolitan s’il vous plaît), qui a démarré en fanfare et trompette avec Philippe de Broca… en 1968 sans jamais ralentir. Incroyable le temps ne semble pas avoir de prise sur l’inoubliable interprète de Fedora.

Son lien avec la Suisse, son histoire avec Bâle n’est pourtant pas si simple. Son père a quitté l’Allemagne nazie, il est venu se réfugier en Suisse. Il élevait des chevaux. Comment est -il venu? Comment a-t-il vécu son exil? Marthe Keller avoue n’en avoir jamais parlé avec lui, vraiment. « On est inconscient, quand on est jeune, on veut s’amuser ». Ce jeudi 8 octobre, la comédienne n’en dira pas plus sur le sujet. Mais diable, la terrible actualité de ces jours, les guerres aux portes de l’Europe, l’afflux de migrants, lui parlent. « Je m’intéresse à la politique, vous savez ». Le questionnement sur l’identité, les origines, les racines jalonne depuis toujours le choix de ses rôles que ce soit au théâtre avec Tchechov (Les Trois Sœurs ), James Joyce (Les Exilés), avec Yannick Haenel (Jan Karski), à la télévision avec le réalisateur Denis Malleval dans « Le Lien » où Marthe Keller joue le rôle d’un professeur qui retrouve sa petite fille, qu’elle croyait disparue dans la Shoah, ou tout récemment sur le grand écran avec « Amnesia ». Un film, où elle incarne une femme qui, apprenant l’existence des camps de concentration, se refuse à l’avenir de parler sa langue natale : l’allemand. Longtemps, l’allemand a été la seule langue que parle Marthe Keller couramment. Pourtant bizarrement la Suisse aujourd’hui pour elle, c’est surtout la Suisse romande, celle où on parle le français. Mais pour elle pas question de s’y tromper, les Suisses romands ne sont pas des Français et vis et versa. « Les Suisses sont complexés à tord, ils ont leurs qualités : sens du détail et de la précision, du graphisme, ce n’est pas un hasard s’ils sont excellents pour l’horlogerie ou les … documentaires. Ils ne parlent pas ou peu, mais s’observent entre eux… Je me souviens, enfant, ma mère m’avait donné un coussin pour m’accouder à la fenêtre! Mais les Suisses, ont une vraie gentillesse, une grande tolérance. Ici, en Suisse, la qualité de vie est exceptionnelle, l’économie, la nature, ce qui crée aussi de la jalousie du côté français et attire les étrangers. Le multiculturalisme que l’on trouve en Suisse avec un taux élevé d’étrangers pouvant atteindre 38% et les 113 communautés recensées en sont la preuve. Mais pour être franche, je suis pour l’Europe, mais contre l’intégration de la Suisse à l’Union Européenne, la Suisse est un trop petit pays géographiquement. »

Comment vit alors cette vraie Suissesse à Paris? « De plus en plus difficilement, avoue-t-elle. Comme dans toutes les grandes villes du monde, l’air est mauvais, l’ambiance, la circulation, le stress, ne me conviennent plus, j’ai besoin de calme et de la nature. J’aimerais m’installer aux abords d’une petite ville, comme Trouville (qu’elle a redécouvert en septembre dernier quand elle a été juré du Festival américain de Deauville), j’aime l’eau… ». De l’espace, de l’air, du calme, de la sérénité, c’est que Marthe Keller avoue rechercher de plus en plus souvent en Suisse.

Echanger pour mieux se comprendre, le programme de Damier plaît à Marthe Keller, elle aimerait nous aider, monter des spectacles avec nous, faire des lectures, dans toute la Suisse. Qui sait le rendez-vous sera peut-être pour bientôt. En attendant, on peut déjà réserver ses places pour retrouver cette femme aussi exigeante que secrète au théâtre de Rolle, dans la lecture de poèmes de Pablo Neruda, mis en scène musicalement par Vincent Prezioso.

Sur le site du théâtre de Rolle : MOI, PABLO NERUDA

Propos recueillis par Béatrice Peyrani et Ann Bandle

Leave a Reply