Pourquoi la Suisse est le pays le plus heureux au monde

Selon l’historien François Garçon*

534A4D7C7C393739313032313030373436387C7C434F50Damier : Pourquoi avez-vous écrit « La Suisse, pays le plus heureux du monde » 

François Garçon : Pour une double raison. La première, est une blessure d’enfance probablement jamais cicatrisée. Suisse par mon père, mais Français par ma mère, je n’ai cessé d’entendre des remarques désobligeantes sur la Suisse de la part d’un oncle maternel. Enfant, j’étais blessé de subir des moqueries sur l’accent traînant des Suisses romands et autres stupidités du même tonneau mais, en l’absence de mon père, je n’étais pas en âge de me défendre sur le sujet. Plus tard, devenu adulte, j’ai continué à être sidéré par l’imbécilité du personnel politique français sur la Suisse. Souvenez-vous du remue-ménage de Nicolas Sarkozy à Interlaken en mai 2014 : il venait d’être battu aux élections présidentielles et, en visite dans la Confédération, un pays voisin et ami, où 150’000 Français frontaliers viennent tous les jours travailler, il s’offrait le luxe de critiquer le système politique suisse et plus particulièrement sa présidence tournante. Quelle arrogance de la part d’un ancien chef de l’Etat français de célébrer un modèle présidentiel français (alors que le pays est en quasi faillite) et de critiquer le soi-disant archaïsme de la gouvernance helvétique où sept conseillers fédéraux se repassent à tour de rôle la présidence ! Prestation carrément surréaliste pour qui veut bien se souvenir que la Suisse est l’un des pays les plus prospères du monde : avec un taux de chômage de moins de 3%, un salaire médian de près 6000 euros, une démocratie directe participative qui fonctionne.

Damier : Depuis la visite de François Hollande en Suisse en avril dernier, les relations franco-suisses se sont améliorées ? 

François Garçon : Il est sans doute le premier président français à s’intéresser sincèrement à la Suisse. Mais pour les médias comme pour la classe politique française, la Suisse doit toujours et encore sentir le souffre et rimer avec corruption, évasion fiscale, islamophobie…

Damier : Il est vrai que la presse française s’est plus appesantie sur le dossier des évadés fiscaux en Suisse que sur le réel contenu de la visite de François Hollande, qui avait pourtant consacré une large partie de son voyage à Zurich au contrat d’apprentissage.

François Garçon : Oui, l’apprentissage des jeunes, qui fait – entre autres – la force de l’économie suisse, est boudée par les médias français qui préfèrent faire et refaire le nième sujet sur un membre de l’establishment français plutôt que de se pencher sur ce dossier et de voir comment le système suisse surpasse le modèle d’apprentissage en France bien entendu, mais aussi en Allemagne ou en Grande Bretagne. Je me suis heurté au refus de grandes chaînes françaises quand je leur ai proposé d’enquêter sur ce sujet. Pas assez vendeur pour eux ! Leur politique éditoriale est irresponsable. Près de 150’000 jeunes sortent du système scolaire français illettrés et sans formation. Ils sont autant de bombes à retardement dont les éléments les plus perturbés feront le voyage vers la Syrie. Espérons qu’ils y restent, et plaignons les Syriens ! Quant à l’aveuglement persistant des médias français sur le vrai visage de la Suisse, pays dynamique et innovant, qui a su recréer des emplois industriels (57’000 entre 2005 et 2008) avec un niveau de salaire élevé, là encore rien de nouveau. La Suisse reste attractive et pas pour sa seule attractivité fiscale, n’en déplaise aux politiciens français. Elle offre des infrastructures de qualité, sait former des personnels qualifiés grâce à un système éducatif performant à tous les niveaux. Anecdotiques pour les journaux français, qui s’enivrent toujours des mêmes sujets, ceux qui ont fait la prospérité médiatique de Jean Ziegler : l’argent sale, le trafic des banques, les fonds juifs en déshérence…Paradoxalement, la presse française dite de droite a encore plus peur de vanter les succès économiques de la Suisse. La presse française dans sa globalité reste parisienne et jacobine. Le modèle fédéral suisse et sa réussite ne sont pas des sujets pour elle. L’exotisme helvétique est suspect, suspecté d’être inintelligible pour le lecteur français. On est face à une vraie désinformation sur la Suisse sur fond de paresse intellectuelle et de nombrilisme franchouillard.

Damier : Néanmoins le vote du 9 février « sur la fin de l’immigration massive » et la politique du franc fort risquent de fragiliser le leadership suisse ?

François Garçon : Force est de constater que sur le volet du franc fort, les entreprises et leurs personnels ont su s’adapter. Certaines, très exportatrices, sont passées de 42 à 45 heures sans bruit ni murmure. On est loin du hooliganisme « à la Air France » pour améliorer la productivité des personnels les mieux rémunérés. Pour ma part, je suis confiant sur l’adaptabilité et l’intelligence des Suisses. Le contentieux avec la Communauté économique européenne à propos de la libre circulation, me semble, lui, beaucoup plus complexe. Lors de la votation du 9 février, il est faux de dire que le pays s’est montré xénophobe. Les grandes villes comme Bâle, Genève, ou encore les cantons de Vaud et du Jura, où les taux d’immigrés avoisinent parfois les 45%, ont rejeté l’initiative. En revanche, c’est la Suisse des campagnes et des montagnes – où les étrangers sont pourtant peu nombreux – qui a plébiscité l’initiative, preuve que le pays intègre donc plutôt bien ses immigrés. Néanmoins la votation du 9 février a mis la Suisse en porte-à-faux vis-à-vis de ses engagements envers la Communauté européenne. Devant la Confédération se dresse désormais une sacrée paroi : les conseillers fédéraux vont devoir discuter avec des technocrates dogmatiques, jamais élus par leurs propres concitoyens. Le dialogue s’annonce compliqué, tout comme les solutions qui vont devoir être trouvées. Mais je fais confiance à l’administration suisse pour négocier des aménagements. La Confédération est une magnifique démocratie où les cantons et les administrations restent à l’écoute et au service de leur population. Il est vrai que les citoyens suisses ont en mains deux armes de destruction massive qui s’appellent le droit de référendum et l’initiative populaire. A bon entendeur, salut !

*Maître de conférences à l’Université Paris 1 où il a créé en 2006 le Master 2 professionnel Cinéma-Télévision-Nouveaux Médias – Docteur en histoire (Universités de Genève et d’Oxford -St Peter’s College), co-lauréat du prix d’histoire Gustave Ador, lauréat d’une bourse Besse (Oxford) et du Fonds National Scientifique suisse.

La Suisse, pays le plus heureux du monde », aux éditions Tallandier par François Garçon

Entretien réalisé par Béatrice Peyrani

Leave a Reply