Archives de catégorie : ARTS & EXPOSITIONS

Une élégante rétrospective

 

Les plus belles robes d’Hubert de Givenchy réapparaissent le temps d’une exposition organisée par la Fondation Bolle. Les plus célèbres aussi, celles que le créateur a dessinées pour Audrey Hepburn, sa fidèle amie.

Lorsqu’en 1953, on lui annonce la visite de Miss Hepburn, le jeune couturier alors âgé de vingt-quatre ans pense rencontrer la star internationale Katharine Hepburn qu’il admirait. Mais la jeune femme qui se présente à son atelier n’est autre qu’Audrey Hepburn, une ravissante actrice encore méconnue, à l’allure tropézienne en pantalon corsaire et t-shirt. L’œil du créateur tombe sous le charme de cette beauté atypique, si différente des stars en vogue. Chaussée de ballerines, la taille ultra fine, elle est aussi gracieuse qu’une danseuse étoile, sa première ambition.

Pour son prochain film Sabrina, elle recherche d’urgence une vingtaine de tenues. Les capacités de confection de son atelier étant limitée, Givenchy commence par refuser. Comme tant d’autres, il s’émeut devant cette femme-enfant irrésistible, bien décidée à le convaincre « faites ce que vous pouvez mais j’aimerais que ce soit vous qui m’habilliez »

Devenue star internationale, elle exigea d’être habillée par Givenchy dans tous ses films. On se souvient de la somptueuse robe bustier, brodée d’une guirlande de fleurs, portée dans Sabrina où elle tourbillonne dans les bras de William Holden, ou de la robe mythique du film oscarisé « Breakfast at Tiffany’s », la plus célèbre de la maison, un fourreau de soirée en satin noir, au dos subtilement dénudé et orné de cinq rangs de perles, un chic inimitable. « C’est lui qui m’a donné un look, un genre, une silhouette. C’est lui qui, visuellement, a fait de moi ce que je suis devenue » dira la star avec cette belle modestie qui lui ressemble.

Givenchy compta parmi ses célèbres clientes Liz Taylor, Jean Seberg, Brigitte Bardot, Jacqueline Kennedy… un beau palmarès. Il reconnaît pourtant que l’amitié qui l’a lié à Audrey Hepburn est unique, jamais il n’a eu « une telle complicité avec quiconque. » Audrey est une véritable icône, omniprésente et inspirante. L’admiration est réciproque et dura jusqu’au dernier jour de l’actrice disparue prématurément, même au-delà « elle est toujours présente dans mon cœur, il en sera toujours ainsi ».

Le magnifique catalogue de l’exposition « Audrey Hepburn & Hubert de Givenchy : une élégante amitié » réalisé avec la complicité du grand couturier présente une galerie de dessins et photos de ses sublimes créations, annotés d’anecdotes intimes et révélatrices d’une belle amitié.

Ann Bandle

Exposition « Audrey Hepburn & Hubert de Givenchy. Une élégante amitié »
Jusqu’au 17 septembre 2017 sur trois sites :
Musée Alexis-Forel
Château de Morges

Ferdinand Hodler au-delà des Alpes

hodler1908A découvrir au Musée Marmottan Monet, une vingtaine d’œuvres majeures de Ferdinand Hodler prêtées par des collectionneurs privés. Des paysages lumineux peints durant les vingt dernières années de sa vie.

Peindre l’impossible, la transparence de l’eau, la douce ondulation des vagues, l’éclat de la neige, le ciel voilé, une mer de brouillard, esquisser le silence, la sérénité de l’aube… sont autant de difficultés  qui en auraient effrayé plus d’un. Pas Ferdinand Hodler.

De tous les artistes de son époque, il fut le premier à relever le défi de peindre la montagne, la reproduire avec son écrasante immensité sur la surface restreinte d’une toile. Hodler excelle dans les nuances subtiles et bleutées, les reflets dorés du coucher de soleil. A force d’admirer la nature, son âme s’en émut profondément « et l’extase qui avait pris possession de son être, il nous l’a communiquée par la magie d’une évocation fixée pour l’éternité » écrira Henry Van de Velde lui rendant un ultime hommage lors de sa disparition en juillet 1920.

Les dernières années de sa vie, c’est assis à la fenêtre de son appartement Quai du Mont-Blanc à Genève où la maladie le retient, qu’il continuera à saisir inlassablement le paysage pour nous restituer sa puissante beauté.

Hodler Monet Munch

L’exposition « Peindre l’impossible » du Musée Marmottan Monet à Paris présente pour la première fois les œuvres de Ferdinand Hodler intimement liées à celles de Monet et Munch. Pas vraiment contemporains, les trois peintres ne se sont jamais rencontrés. En revanche, ils ont vécu la même période historique, celle de la transition entre le 19ème siècle et l’époque moderne. Représenter le monde, la nature et ses paysages, une même conviction pour ces précurseurs d’un style nouveau. Ils ont exercé chacun à sa manière une influence déterminante sur l’orientation de la peinture.

Ann Bandle

images

Du 15 septembre 2016 au 22 janvier 2017
Musée Marmottan Monet
2, rue Louis-Boilly – Paris 16ème

Dès le 3 février et jusqu’au 11 juin 2017
En Suisse, au Musée Gianadda à Martigny

 

Vous avez aimé cet article ? Soutenez la culture romande

Du Léman à Nice

img_3323Retour sur la construction de la plus belle route de montagne du monde

Offrir une route nationale qui irait de Thonon-les-Bains à Nice sans interruption ? C’est en 1903 l’idée révolutionnaire du conseil général du département de la Savoie, conscient du futur développement du tourisme et désireux de sécuriser des voies d’accès à la mer, en dehors de l’Italie, au cas où un conflit éclaterait. Bien sûr une route des Alpes s’est déjà construite au fil du temps, avec 600 kilomètres de voies plus ou moins carrossables, qui ont permis, dès l’Antiquité, aux envahisseurs tel Hannibal ou César de passer les Alpes, mais des sections comme le col de la Cayolle reliant les Alpes-Maritimes aux Hautes Alpes et celles du col de l’Iseran en Savoie sont à édifier pour permettre un accès d’Evian à Nice, sans ruptures de voie. En 1907, ce projet pharaonique pour une circulation automobile encore balbutiante, est chiffré à 4 millions de francs (équivalent selon les convertisseurs INSSE à plus de 15 Milliards d’Euros d’aujourd’hui).

Cher, trop cher pour un département comme les Hautes-Alpes, rongées par l’exode et la désertification agricole, qui ne peut régler sa quote-part : 376 000 francs (1.5 Million d’Euros).

Qu’importe un homme Abel Ballif, président du Touring-Club de France n’hésite pas à imaginer un vrai partenariat public-privé afin de rendre possible le démarrage du chantier. Association fondée en 1890, le Touring Club de France qui entend développer le tourisme, compte déjà quelques 100’000 membres. L’association installe des chalets refuges, des tables d’orientation, des panneaux de circulation pour favoriser la découverte de nouveaux paysages et l’essor des cyclistes et premiers automobilistes. Il a l’intuition que le tourisme sera un secteur clé de la France du XXème siècle. Le Touring Club sait aussi se doter de ressources. Il donne des conférences, édite des cartes et des guides pour aider les voyageurs à sillonner cols et routes. Il a déjà soutenu la construction de la corniche de l’Estérel reliant Saint Raphaël à Cannes, qui a permis un vif essor des stations balnéaires du littoral. Et c’est tout naturellement que le Touring Club accepte de financer 50% de la part du département des Hautes- Alpes.

Le projet de la plus belle route de montagne du monde est donc lancé. Les travaux vont vite et le circuit est inauguré dès juillet 1911 ; au total neuf cols à franchir, dont 5 dépassent les 2000 mètres, une altitude cumulée de plus de 10 600 mètres… la Route des Alpes a de quoi retenir l’attention des media, qui très vite se précipitent pour découvrir ses merveilles .

Une visite officielle président de la République est même attendue pour le 10 août 1914 de Nice à Evian. Elle n’aura jamais lieu, la Grande Guerre de 1914 en ayant décidé autrement. La France déclare la mobilisation générale le 1er août 1914.

La Route des Alpes devra attendre le retour à la paix et l’été 1919 pour voir enfin ses premiers vrais touristes. Le Touring Club organise de nombreux voyages de presse pour faire découvrir les six grandes étapes du circuit (Nice – Barcelonnette, Bercelonnette – Briançon, Briançon –Grenoble, Grenoble – Aix-Les-Bains, Aix-Les-Bains – Chamonix, Chamonix – Evian-Les-Bains). Les journalistes britanniques s’extasient sur les beautés de cette route magnifique qui vous transporte des jardins de la riviera regorgeant de palmiers, de mimosas, de figuiers aux reflets bleus argentés du Léman, en passant par les glaciers de Chamonix. En 1924, la voie d’hiver entre Nice et Aix-Les-Bains est ouverte. Elle permet d’allonger la saison d’été à Thonon et Evian et de proposer aux automobilistes les plus aventureux de goûter aux charmes de la Côte d’Azur en dehors de la saison haute (qui se situait alors en février avec les fêtes de Carnaval). Souvent les établissements hôteliers de Nice et Evian se partagent les mêmes directeurs qui peuvent ainsi accompagner leurs grands clients …toute l’année. Les derniers tronçons de la route des Alpes, désormais consacrée Voie Royale sont parachevés en 1937. En 1938, l’Hexagone compte 1 520 000 véhicules, le Touring Club 300 000 membres, une belle occasion pour le président de la République Albert Lebrun de rendre hommage à ses dirigeants décidément si visionnaires.

Dans les années 50, la France va bientôt se passionner pour les exploits cyclistes d’un certain Louison Bobet qui forgera sa légende dans l’ascension de ses cols. Bientôt ce seront des millions de Français et d’étrangers qui vont sillonner chaque année les axes Briançon – Grenoble ou Grenoble – Aix-Les-Bains. Quant à la légende la Route des Alpes, elle continue de s’écrire.

Béatrice Peyrani

Pour en savoir plus : Photos des voitures autocars grises et rouges Berliet, affiches de promotion de la compagnie PLM, guides des étapes clés de la Route mythique des Alpes sont à découvrir dans une jolie exposition consacrée à l’histoire de la Route des Alpes à la Maison Gribaldi d’Evian jusqu’au 13 novembre 2016.

 

 

 

Passions secrètes d’un français pour Dubuffet, Basquiat et les autres à Lausanne

1990_toroni_artist_5_b
Il a choisi de rester anonyme mais a souhaité partager sa passion pour la peinture des années 50 à nos jours. A la Fondation de l‘Hermitage, un mécène français nonagènaire (avec un bon ADN artistique…son père peignait, sa mère collectionnait, son frère dessinait…) dévoile jusqu’au 30 octobre plus d’une centaine de ses peintures et sculptures. Une promenade enchanteresse au travers de ses coups de cœurs et de ses amitiés pour Louise Bourgeois, Andrew Mansfield, Robert Barry…

Depuis plusieurs années, la Fondation de L’Hermitage de Lausanne a noué avec succès des liens étroits avec certains collectionneurs lui permettant de montrer au public des œuvres inédites. C’est encore le cas cette fois ci avec cette exposition « Basquiat, Dubuffet, Soulages…une collection privée » où un esthète français, qui a préféré garder l’anonymat, a accepté de prêter pour quelques mois plus d’une centaine de ses peintures et sculptures, qui ont souvent été choisies et acquises dans les ateliers mêmes des artistes.

L’exposition commence avec une œuvre surprenante du suisse Christopher Draeger (le crash du R101, Beauvais, 5 octobre 1930), tableau inspiré d’une catastrophe, l’incendie d’un dirigeable britannique, qui avait causé la mort de 47 personnes à Beauvais et particulièrement marqué enfant le collectionneur, alors âgé de 4 ans. Le petit garçon avait vu les flammes du dirigeable alors qu’il était la nuit dans sa chambre chez son grand–père. Le lendemain, il était allé voir la carcasse de l’appareil avec son père et se souvient encore des agents de police qui assuraient le périmétre de sécurité. Un souvenir très présent dans sa mémoire qui a fait peut être qu’il ne pouvait qu’acquérir l’œuvre de Draeger. Qui sait.

Le parcours de l’exposition se poursuit par des accrochages plus prévisibles qui font la part belle à l’art de l’après-guerre : une salle consacré à l’œuvre foisonnante et facétieuse de Dubuffet, des toiles du danois Asger Jorn, fondateur du mouvement Cobra, et au néo- expressionnisme : Michel Marcelo (et ses natures mortes…), Jean-Michel Basquais, Anselm Kiefer. La création européenne est bien représentée avec les œuvres de Pierre Soulages, Niele Toroni (empreintes de pinceau numéro 50 répété à intervalles réguliers de 30 cm), Louis Soutter, Bertrand Lavier….Une belle sélection d’artistes américains Carl André, Mark Tobey, Cy Twombly …parachève cet ensemble unique. Sans oublier le coup de cœur du mécéne pour Derain, (Portrait du fils de l’artiste dans l’atelier, vers 1946-1950).

EXPOSITION « BASQUAIS, DUBUFFET, SOULAGES… UNE COLLECTION PRIVÉE » DU 24 JUIN AU 30 OCTOBRE 2016 – FONDATION DE L’HERMITAGE 

Béatrice Peyrani

 

 

Un Suisse roi de l’affiche : Gene (Jean) Walther

C’était IMG_8977IMG_9003-1dans les années 50 à New York. Il s’appelait Jean Walther. Le Musée Forel de Morges lui rend hommage. Une belle initiative qui s’inscrit dans la même démarche qui avait conduit ce même Musée à nous faire redécouvrir il y a quelques mois la vie tumultueuse du mannequin vedette Capucine.

Pour Jean Walther, ce sont ses descendants qui ont eu l’heureuse idée de confier au conservateur du Musée ses archives et de remettre un coup de projecteur sur ce grand affichiste. Jean Walter est né à Naters dans le Valais en 1910 dans une famille d’artistes. Après avoir suivi des cours dans l’atelier école de Georges Aubert à Lausanne , il intègre à Paris le bureau du plus célèbre affichiste de l’époque à savoir Cassandre (Adolphe Jean Marie Mouron) dans les années 30, avant de gagner l’Amérique et d’y connaître un beau succès. L’exposition de Morges nous fait découvrir ses créations colorées et élégantes de Jean Walther  (qui signe désormais son travail Gene Walther ) comme pour la compagnie aérienne TWA, la destination Lausanne ou la marque Nescafé. Sa mort prématurée à l’âge de 58 ans l’a sans doute privée de la reconnaissance qu’il méritait. Une injustice que le Musée de Morges tente de réparer.

Louis-Auguste Brun, retour au Château de Prangins

IMG_1917Peintre, collectionneur, marchand d’art, homme politique, l’exposition « De Prangins à Versailles » retrace la  trajectoire de Louis-Auguste Brun (1758-1815).  A l’âge de vingt-trois ans, cet ami de la famille Guiguer du Château de Prangins quitta la Suisse pour s’ouvrir à de nouveaux horizons.

Grâce à son talent, il réussit à pénétrer le cercle très fermé des peintres de la Cour de Versailles, participa aux folles chevauchées de la dauphine à Fontainebleau et aux Bois de Boulogne. Deux toiles de Marie-Antoinette à cheval et une centaine de portraits et dessins illustrent cette période de gaieté, d’insouciance, et d’élégance. La rétrospective que lui consacre le Château de Prangins restitue l’œuvre de l’artiste dans ce lieu qu’il fréquenta. A voir absolument jusqu’au 10 juillet 2016.

Elisabeth Greffulhe, la vraie duchesse de Guermantes

UnknownElle fut et restera la plus élégante comme en témoigne une récente exposition au Palais Galliera des robes de la comtesse Greffulhe, véritables trésors de la haute couture parisienne. Griffées Worth, Lanvin, Babani ou Soinard, elles ont contribué à la fascination exercée par celle qui inspira à Proust la duchesse de Guermantes.

Des tenues audacieuses, taillées dans des tissus précieux, qui dénotent son désir d’extravagance. Certains modèles, tels ce manteau de jour créé par Jeanne Lanvin en 1936 en satin de soie avec ses manchons et poches en fourrure, ou la robe noire dessinée par Vitaldi Babani en 1925 brodée de fils de soie verts et or, ont survécu aux courants de la mode et sont toujours d’actualité.

Tout le mystère est dans l’éclat

Immensément belle, élégante et gracieuse, ses apparitions suscitaient l’émoi, une figure de reine du monde comme il ne s’en trouve jamais que fort peu dans une génération écrira Emile Herriot. Photographiée inlassablement par Paul Nadar, Proust remua ciel et terre pour s’approprier quelques clichés. Subjugué, il alla des dizaines de fois à l’opéra pour le seul plaisir de la voir note-t-il dans son cahier de brouillon. Tout le mystère est dans l’éclat, dans l’énigme surtout de ses yeux. Je n’ai jamais vu une femme aussi belle… Elle sera l’héroïne de son œuvre « A la recherche du temps perdu ».

Les grandes auditions musicales de Greffulhe

Au-delà de son incontestable beauté, Elisabeth Greffulhe est brillante, une femme d’esprit, passionnée de musique. Elle est à l’origine de la création de la Société des grandes auditions musicales, en assura la présidence et le financement grâce à ses prestigieuses relations. On lui doit l’organisation du concours international de musique sous le patronage du prince Albert 1er de Monaco, la programmation de chefs-d’œuvre inédits ou rarement entendus en France, qui furent un immense succès, et l’émergence de nouveaux talents.

Sans aucun à priori, elle recevait chez elle à la rue d’Astorg diplomates, ministres et célébrités de la Belle Epoque… Clémenceau, Briand, Poincaré, le roi Carlo du Portugal, les princes d’Orléans, Léon Blum, Pierre et Marie Curie… dans l’ambiance féérique des six cent mètres de salons en enfilade aux parfums vaporeux de jasmin et de roses.

Séjours à Genève, à l’Hôtel de l’Écu

Ses fréquents voyages l’amenèrent le plus souvent en Suisse. Elle séjournait à l’Hôtel de l’Ecu, place du Rhône à Genève, ou au Château de Coppet chez ses amis le Comte et la Comtesse d’Haussonville avant de poursuivre sa route le long de la Riviera vaudoise. C’est aussi en Suisse qu’elle choisit de passer les dernières années de sa vie pour le bien de sa santé. Cette amie des arts ferma définitivement ses beaux yeux à Genève après avoir tenu pendant plus d’un demi siècle l’un des salons les plus brillants de Paris.

Pour en savoir plus :

la-comtesse-greffulhe-l-ombre-des-guermantes,M182578greffulhe_1ere_de_couv_validee

Ann Bandle

Courir à la visite guidée « Des Seins à dessein »

Des-seins-à-desseinNe manquez pas les derniers jours de cette audacieuse exposition d’art contemporain, la troisième du genre organisée par la Fondation Francine Delacrétaz, qui se mobilise en faveur des femmes atteintes d’un cancer du sein.

Du cancer du sein, il en est bien question dans cet accrochage, mais sans crash, voyeurisme ou larmoiement. A l’impossible, une quarantaine d’artistes d’horizon très différents, comme le photographe Matthieu Gafsou, les peintres Cendrine Colin, Céline Burnand, Ghislaine Portalis se sont attaqués. Pari gagné, ils livrent des œuvres sensibles et pleines de poésie dédiées « aux muses blessées ». A découvrir vite. Profitez de la dernière visite guidée, samedi 7 novembre, 15 heures, place de la Riponne, elle sera gratuite.

Une amie de Coppet au Grand Palais

IMG_6403Pour la première fois à Paris, une exposition d’envergure rend hommage à l’artiste femme la plus célèbre du XVIIIème siècle, Elisabeth Louise Vigée Le Brun. Durant son exil, la Suisse a été  sur le chemin de la portraitiste de Marie-Antoinette.

 Belle, talentueuse et pleine d’esprit, Louise Vigée Le Brun a connu la gloire dans toutes les cours d’Europe. Durant sa longue vie (86 ans), elle va réaliser 660 portraits et plusieurs paysages. Et pourtant, cette femme que le Tout-Paris s’arrache au XVIIIème siècle n’avait fait l’objet d’aucune rétrospective dans un grand musée européen. L’oubli est désormais réparé. A Paris, le Grand Palais présente 260 ans après sa naissance près de 150 tableaux, dont les portraits de la Reine Marie-Antoinette et de sa descendance, ceux-là mêmes qui l’ont propulsée dans les hautes sphères.

A onze ans, son père Louis Vigée, excellent portraitiste de la haute bourgeoisie, lui prédit « Tu seras peintre, mon enfant, ou jamais il n’en sera ! ». Homme cultivé, il aimait s’entourer de musiciens et des grands esprits de son temps. C’est dans cette effervescence artistique stimulante et sous le regard paternel bienveillant qu’elle acquit les notions de dessin et les rudiments de l’art du pastel. « La passion de la peinture est innée en moi » clame-t-elle, une passion qui est à la mesure de son prodigieux talent. Autodidacte, elle s’inspira aux prémices de son art de la technique d’autres peintres, tels que Greuze ou Vernet, copia leurs œuvres pour se faire la main tout en affinant son propre style.

Sa sensibilité artistique se dévoile dans les premiers portraits de son frère et de sa mère qu’elle réalise à 14 ans et qui suscitent l’admiration dans Paris. Remarquée, Louise s’impose très vite dans la société de son temps. Elle séduit par sa conversation durant les longues séances de pose et se lie d’amitié. La peinture étant le seul moyen d’avoir un portrait de soi, les commandes affluent, elle applique les tarifs les plus élevés et gagne bien sa vie. La célébrité viendra ensuite.

Au cours de l’une de ses promenades au Jardin des Tuileries qu’elle affectionne, distraction de l’époque pour voir et être vu, elle rencontre la Duchesse de Chartres, protectrice des artistes. Par son entremise, la porte de la Reine Marie-Antoinette s’ouvre… Les nombreux portraits qu’elle réalisa de la Reine sont tous d’une grande beauté, gracieux, peu importe s’ils adoucissent discrètement les défauts, la Reine s’y reconnaît.

A l’apogée de son succès, la Révolution lui fait prendre le chemin de l’exil. « Avant la Révolution, les femmes avaient le pouvoir, la Révolution les a détrônées », dira-t-elle en traversant toute l’Europe sans cesser pour autant de peindre. Un voyage qui l’amène tout naturellement en Suisse, au Château de Coppet où elle séjourne. Séduite par la beauté des paysages, elle s’exerce à les reproduire et nous laisse un tableau étonnant sur la fête des bergers à Unspunnen près d’Interlaken, elle y assiste en compagnie de son amie Germaine de Staël le 17 août 1808. L’œuvre est présentée au Grand Palais jusqu’au 11 janvier 2016.

Ann Bandle

Capture d’écran 2015-10-25 à 18.49.29

Rentrée gourmande : en Suisse aussi !

crop.900x500_ec1659d6a7926851fed3c0e24af4b45120444353

Le Chou-Chou praliné noisette de Jean-François Piège

Les inaugurations sont moins médiatisées qu’à Paris, mais la semaine du goût qui débutera le 17 septembre pour dix jours dans tout le pays devrait permettre quelques belles découvertes sur tout l’Arc Lémanique.

A Paris, c’est la troisième rentrée de la saison, après celle des écoliers et des écrivains, celles des chefs. Etoilés ou non, ils sont nombreux à choisir l’automne pour ouvrir, ré ouvrir une nouvelle table à Paris, en quête de lauriers et de succès. Pour le Figaro, c’est sûr pas moins d’une vingtaine de restaurants devraient se tailler la vedette ces prochaines semaines, comme Christian Constant qui inaugure une deuxième adresse avec  ses fameuses « Cocottes », qui après la rue Saint-Dominique, rive gauche, s’installent aussi rive droite au sein du Sofitel Arc de Triomphe, avenue Bertie-Albrecht ou le très médiatique Christophe Michalak qui s’apprête à ouvrir une très gourmande pâtisserie dans le Marais. Pizzerias ou italiens branchés (Capucine, Faggio dans le IXème arrondissement), restaurants gastronomiques (Le grand restaurant de Jean-François Piège dans le VIIIème, Le Balcon à la nouvelle Philarmonique dans le XIXème), bars à vins (le Boudoir dans le VIIIème, le Gravity dans le Xème) comptoirs world-food (Desi Road, rue Dauphine dans le VIème) la palette paraît large.

En Suisse, pour l’heure, moins de battage médiatique. Pourtant si la presse romande tarde à nous révéler les nouvelles tables helvétiques à suivre cet automne, nul doute que cela ne devrait pas tarder. Rien qu’à Genève, près de 600 restaurants et cafés changent de main par an. Alors autant dire qu’il a y de quoi explorer. Et pour se mettre tout de suite en appétit et passer soi–même aux travaux pratiques, pas de temps à perdre, il faut se brancher vite sur le site de  la Semaine du goût. Cette manifestation hautement festive se déroulera du 17 au 27 septembre et promet en autres de belles découvertes sur tout l’Arc Lémanique.

Béatrice Peyrani

L’inoubliable Germaine de Staël

Près de 200 ans après sa disparition, Germaine de Staël fascine toujours autant. Plusieurs manifestations nous plongent dans la vie palpitante de celle qui fut l’une des femmes les pluimagess influentes de son temps:

  • Du 15 au 19 juin, le festival de théâtre Autour de Madame de Staël  a investi le Château de Coppet, là où jadis Germaine de Staël recevait Benjamin Constant, Rousseau, la belle Juliette Récamier… Son salon très convoité n’a guère changé, l’aménagement est resté intact. Ouvert au public, il mérite de s’y attarder.
  • Jusqu’au 13 septembre, Germaine de Staël est aussi présente dans le cadre de l’exposition Les livres de la liberté de la Fondation Martin Bodmer. Manuscrits, lettres et livres rares des inspirateurs du libéralisme politique et économique y sont largement commentés.
  • Dès cet automne, trois conférences avec pour thème De l’Allemagne, l’œuvre qui suscita la colère de Napoléon, sont organisées par les Rencontres de Coppet. Un concert littéraire inspiré du romantisme, mêlant musique de chambre et poésie, clôture le programme.

Alors que les biographies sur Germaine de Staël sont nombreuses, un nouveau livre sur la femme qui faisait trembler Napoléon, vient de paraître. L’auteur, Laurence de Cambronne, rend hommage à celle qui restera inoubliable.